A propos du rappeur Medine (et de la polémique sur son concert au Bataclan)

Parmi les actualités qui m’énervent bien – et qui me rendent très peu optimistes quant à l’avenir – il y a cette campagne bien orchestrée par la fachosphère pour empêcher le rappeur Medine de se produire au Bataclan, en octobre.

A coups de fakenews, de photo-montages grossiers et de mauvaise foi flagrante, les habituels Front National (rebaptisé Rassemblement national), Valeurs actuelles, Génération identitaire, Génération Nation, etc., font passer Medine pour un islamiste, terroriste, qui appèlerait au meurtre ! Alors, vous comprenez, “on ne peut quand même pas laisser un djihadiste salir la mémoire des victimes des attentats de 2015… “. On lit des choses grosses comme des camions sur Twitter.

Venant des groupes identitaires, de l’extrême-droite et de l’Alt-Right, ce n’est pas étonnant, mais le pire est que tout cela est repris #tranquilloupar des journalistes sans la moindre vérification dans les textes de Medine, comme Jean Quatremer par exemple, ou par des Twittos en recherche d’un sujet à récupérer pour quelques retweets de plus…

… Parce que, quand on écoute Medine (et personnellement, je l’écoute depuis près de 15 ans. C’est d’ailleurs probablement le rappeur français que j’écoute le plus), on se rend compte que son discours est à l’antipode d’une promotion du terrorisme ! Toutes celles et ceux qui relayent les propos de la fachosphère n’ont carrément pas pris la peine d’écouter le moindre morceau de Medine… ou même de lire ses textes qui sont en ligne, s’ils n’aiment pas le rap. Le site Genius France donne même des explications de chaque phrase. Bref, il n’y a pas d’excuses…

Pour être honnête, j’avais commencé à compiler toutes les phrases des textes de Medine qui montraient que son discours était l’inverse de ce que les fachos lui font dire… mais très vite, il y en avait tellement que ça n’avait aucun sens. J’aurais dû copier ici des couplets entiers d’une multitude de chansons.

Alors, si je devais synthétiser l’ensemble de ses textes, je dirais qu’il renvoie constamment dos à dos les camps opposés dans nos sociétés, telles les deux faces d’une même pièce, en montrant comment ces camps s’alimentent finalement les uns les autres. Le coeur de la plupart des textes de Medine, c’est cela : montrer que les extrêmes se rejoignent toujours, ou plus précisément, que tout extrémisme aboutit à l’inverse de qu’il défend (un peu comme l’extrême du Yin, c’est le Yang, et vice versa). Et cela montre tout le non-sens, tout l’absurde de nos sociétés, et le “double discours” permanent de celles et ceux qui, dans leur extrême sont constamment dans la contradiction. Les islamistes les plus fondamentalistes sont ceux qui ont le moins compris l’Islam, tout comme les plus laïcards sont ceux qui ont le moins compris la laïcité, etc. Tout extrême arrive à sa contradiction.

En termes d’écriture, c’est un discours qui permet toutes le figures de style classiques de l’opposition : l’oxymore, le paradoxisme, l’antilogie, l’antithèse, le chiasme. Et les textes de Medine, c’est très souvent cela : rapprocher des termes que leur sens devrait opposer, et par ce rapprochement montrer que l’opposition n’est pas où l’on croit. Le texte “Porteur Saint” en est le parfait exemple. Mais c’est aussi là-dessus que sont construits les textes “Mc Soraal”, “Grand Medine”, “Rappeur 2 Force” (avec le chiasme “la force de la culture, face à la culture de la force”), etc… Et évidemment le morceaux “Don’t Laïk”, dont est extraite la phrase que tous ceux qui n’ont pas lu ses textes citent : “Crucifions les laïcards comme à Golgotha”. Comme est-ce possible de prendre ça au premier degré, sans voir que cette phrase n’est qu’une figure de style (une “antilogie”, comme “il ne faut jamais dire jamais”) dans une chanson qui est construite sur ce modèle typique de Medine : tout extrême arrive à sa contradiction ? Ici en l’occurence, la laïcité, qui est censée être la garantie de la “liberté de culte”, poussée à son extrême, devient une “interdiction du culte”. Paradoxisme. Le morceau regorge d’antilogies :

  • L’image de la crucifixion du Christ à Golgotha associée à la laïcité
  • évangélistes et Eve Angeli (avec en plus ici une figure d’allitération).
  • « Une banane contre le racisme, du jambon pour l’intégration »
  • « Religion pour les francs-maçons, catéchisme pour les athées »
  • Etc…

En plus de tout ça, Medine est aussi un rappeur qui :

  • rappelle que le djihad est d’abord un combat interne (morceau : Jihad)
  • rappelle qu’il ne veut pas poser des bombes, mais “déminer” (morceau : Démineur)
  • affirme qu’il veut réconcilier, comme Desmond Tutu (morceau : Grand Medine)
  • rappelle que c’est par manque de culture que certains glorifient Ben Laden (morceau : Ni violeur ni terroriste)
  • rappelle que son message est celui de la paix (morceau : Salaam)
  • qualifie les Talibans d’”étudiants du Livre qui le comprennent comme des ânes” (morceau : Du Panjshir à Harlem)
  • qualifie les terroristes de “pseudo-muslims” (morceau : Allumettes).
  • rappelle qu’il faudrait utiliser le “feu de Dieu” pour s’éclairer au lieu de s’incendier (morceau : Porteur saint).

… Et je pourrais donner des dizaines d’exemples.

Face aux polémiques, Medine s’est exprimé sur son compte Facebook :

“Avant tout, afin de lever toutes ambiguïtés, je renouvelle mes condamnations passées à l’égard des abjects attentats du 13 novembre 2015 et de toutes les attaques terroristes, et assure avec la plus grande sincérité l’ensemble des familles des victimes de mon profond soutien.

Voilà 15 ans que je combats toutes formes de radicalisme dans mes albums. Un engagement qui me vaut les foudres de l’extrême-droite et de ses sympathisants, qui n’hésitent pas à détourner le sens de mes chansons “.

… Mais le mieux, ce serait que certains prennent simplement le temps d’écouter ses chansons avant d’en parler…

Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*