Brève réflexion sur la croyance en politique

Tout système politique doit créer de la croyance : la croyance qu’il permet de sélectionner les bonnes personnes pour gouverner.

Et cela se fait de manière “tautologique” (comme beaucoup de choses qui participent au “fétichisme politique” décrit par Bourdieu*) :

On se dit que ce sont les bonnes personnes au pouvoir, parce qu’elles ont été choisies par le bon système politique.

ET (en même temps)

On se dit que c’est le bon système politique, parce qu’il a permis de mettre les bonnes personnes au pouvoir.

… Et tant que cette croyance se maintient et se reproduit dans une part assez grande de la population, tout se passe plus ou moins bien. L’élu incarne la validité du système politique, et le système politique fonde la validité de l’élu.

Jusqu’à ce que, comme maintenant, le système politique n’arrive plus à créer cette croyance. C’est flagrant en Belgique, comme en France.

Alors, là, tout s’inverse : Continue reading Brève réflexion sur la croyance en politique

L’empowerment dans notre cuisine

We have handed the act of cooking over to the food industry” (Mark Hyman, MD) > > > C’est exactement ce que j’ai appelé le fait de “déléguer” à l’industrie alimentaire le soin (le pouvoir) de nous nourrir…

Il faut reprendre ce pouvoir, cette capacité. Il faut reprendre notre alimentation en main. Et ça, ça relève d’une logique d’ “empowerment”.

Ca passe par le fait d’être capable de produire ses propres aliments (#Growyourownfood), de pouvoir compter sur un réseau de petits producteurs locaux (#Localisme) et d’être capable de préparer ses propres aliments (#Makeyourownfood).

C’est pour cela que l’alimentation a une place super importante dans ce que j’écris à propos des processus d’empowerment, à côté des dimensions politiques et entrepreneuriales.

C’est souvent au niveau de l’alimentation que l’opposition entre Empowerment (reprise d’un pouvoir) et délégation est la plus évidente.

[Pour aller plus loin] :

Quelques infos sur ce livre sur l’Empowerment ? Ca avance, ça avance 😉 Je dois boucler une très grosse partie sur la politique, qui ira d’Aristote aux communs d’Elinor Ostrom, en passant par la participation citoyenne et le “Skin in the game” Nassim Nicholas Taleb. Une fois que ce chapitre sera bouclé, le plus gros sera fait 😉

 

Parution : Néo Santé, n°91, juillet-août 2019

Nouvelle parution : “Mise au point sur le pain (III)”, Néo Santé, n°91, juillet-août 2019, p. 24. : J’y aborde la question des relations entre la consommation de céréales à base de gluten et le développement de certaines pathologies mentales, comme la schizophrénie, l’autisme ou la dépression.

Une paroi intestinale poreuse expose le corps à des substances dangereuses : bactéries, toxines et substances opiacées. Ces substances, proches de la morphine, se fixent sur les récepteurs opiacés de notre cerveau, causant des problèmes neurologiques : angoisse, nervosité, dépression, etc.

> > > Et quelles sont les sources de peptides opioïdes dans notre alimentation ? Le lait (via la casomorphine, provenant de la dégradation de la caséine) et le gluten (via la gliadorphine et la gluteomorphine, provenant de la dégradation du gluten). Au point que certains affirment que le blé moderne est un opiacé (Frontiers in Human Neuroscience, 2016).

Le reste à lire dans Néo Santé…

Urbanisme, parking et personnes âgées. Brève réflexion…

Avoir un pied dans le secteur de la participation citoyenne et un pied dans le sport et la santé, ça permet de voir les choses un peu différemment. Exemple… 

Lorsque j’anime des processus participatifs concernant des projets d’aménagement urbain, il y a toujours cette question des parkings et de la place de la voiture qui revient.

Bien sûr (presque) tout le monde est conscient qu’on ne peut plus, aujourd’hui, faire des aménagements qui iraient vers le tout-à-la-voiture. Il faut favoriser la mobilité douce : vélo, voirie partagée avec piétons prioritaires sur la voiture, etc.

Mais vient toujours la question des personnes âgées et des PMR, et la nécessité de garder des places de parking les plus proches possibles des commerces, par exemple, pour qu’elles aient le moins possible à marcher.

Si ça peut paraître sensé au niveau urbanistique, c’est par contre contradictoire avec toute prescription en matière de santé ! S’il y a UNE chose dont on est sûr, c’est qu’il faut faire tout ce qui est possible pour que les personnes âgées marchent le plus possible.

Il y a de très nombreuses études qui montrent que le fait de marcher est un indicateur très précis de l’espérance de vie. Plus une personne âgée marche, plus longtemps elle vivra (et surtout plus longtemps elle vivra en bonne santé)

Continue reading Urbanisme, parking et personnes âgées. Brève réflexion…

#Walgov : Brève réflexion sur la “société civile” en démocratie

Autant je peux comprendre qu’on ne soit pas convaincu par la proposition de @lacoordination et des associations très ciblées qu’elle représente, autant je ne comprends pas le dénigrement de la notion de “société civile”. Philippe Walkowiak, journaliste RTBF, en parle comme d’un “ectoplasme” ??

C’est quand même pas une notion sortie du chapeau d’Ecolo. Pour beaucoup d’auteurs, la “société civile” est un élément fondamental de la démocratie.

A mon sens, c’est Tocqueville qui en parle le mieux… (Cet article est issu d’un Thread que j’ai publié sur Twitter

Dans “De la démocratie en Amérique”, Tocqueville explique l’importance de ce qu’il appelle “la vie civile” aux Etats-unis : c’est-à-dire toutes ces associations qui ne sont ni politiques, ni industrielles.

Tocqueville compare avec la France et l’Angleterre. En France, le gouvernement tend à s’occuper de tout; en Angleterre, ce sont les grands Seigneurs; et aux Etats-Unis, ce sont les associations. Continue reading #Walgov : Brève réflexion sur la “société civile” en démocratie

Les caractéristiques communes à toutes les démocraties, selon Aristote

Dans le livre VI, chap. 2, des “Politiques”*, Aristote (384 av. JC. – 322 av. JC.) décrit : 

  • I. Le principe de la démocratie, 
  • II. Les caractéristiques communes à toutes les démocraties…

I. “Le PRINCIPE de base de la constitution démocratique, c’est la liberté. (…) Et l’une des formes de la liberté, c’est d’être tour à tour gouverné et gouvernant.”

La liberté en démocratie est donc fondée, pour Aristote, sur ce qu’il appelle “l’égalité numérique” : “il faut que chaque citoyen ait une part égale” (comprenez : une part égale du pouvoir). 

II. Sur cette base, il décrit les CARACTÉRISTIQUES communes à toutes les démocraties :

1/ Choix de tous les magistrats parmi tous les citoyens.

2/ Gouvernement de chacun par tous et de tous par chacun à tour de rôle.

3/ Tirage au sort des magistratures, soit de toutes, soit de toutes celles qui ne demandent ni expérience ni savoir. Continue reading Les caractéristiques communes à toutes les démocraties, selon Aristote

Brève réflexion : S’il fallait avoir un seul objectif…

En cette période où on parle beaucoup de l’extrême-droite, du populisme, du totalitarisme, je voudrais expliquer quelque chose…

J’ai une partie de ma famille qui vit en Pologne (ma grand-mère était polonaise), et ça m’a permis, à deux reprises, de visiter Auschwitz. Je ne veux pas dire “la chance” de visiter Auschwitz, parce que ça me semblerait très mal approprié, mais ces deux visites m’ont vraiment marqué. Ca fait certainement partie des choses qui m’ont le plus marqué dans ma vie.

La première fois, j’avais 18 ans. Et je me rappelle très clairement que je m’étais fait cette réflexion : s’il y a un jour un parti politique qui se présente, et qui dit : “Nous n’avons pas de programme ‘a priori’ (pas d’idéologie toute faite). Nous n’avons qu’un seul but : que PLUS JAMAIS on n’arrive à quelque chose comme la Shoah”, je voterai pour ce parti.

Et depuis mes 18 ans (j’en ai 40), je me répète ça : il faudrait un parti qui, dans chaque domaine, observerait (étudierait, analyserait) ce qu’il faudrait faire pour que PLUS JAMAIS une partie de la population ait la volonté ET les moyens d’exterminer une autre partie de la population.

Donc :

  • Que faut-il faire en matière d’enseignement pour que plus jamais une partie de la population ait la volonté et les moyens d’exterminer une autre partie de la population ?
  • Quel type d’économie faut-il promouvoir pour que plus jamais une partie de la population ait la volonté et les moyens d’exterminer une autre partie de la population ?
  • Quel système politique faut-il mettre en place pour que plus jamais une partie de la population ait la volonté et les moyens d’exterminer une autre partie de la population
  • Quelle politique migratoire faut-il mettre en place pour que plus jamais une partie de la population ait la volonté et les moyens d’exterminer une autre partie de la population ?
  • Comment faut-il organiser la Justice pour que plus jamais une partie de la population ait la volonté et les moyens d’exterminer une autre partie de la population ?
  • Etc… (vous avez compris le principe).

Continue reading Brève réflexion : S’il fallait avoir un seul objectif…

Parution de ma carte blanche sur une écologie “humaniste” (La Libre Belgique)

Parution de ma carte blanche sur le site de La Libre Belgique : “Le cœur d’une écologie “authentique” n’est pas la technologie, c’est l’Humain“.

Je ne pense pas qu’il y aura de transition écologique sans que l’Humain puisse être au centre du processus.

Entre les approches “technolâtres” se projetant (à mon sens un peu naïvement) dans le futur et les approches “technophobes” qui ressassent le passé, il y a une voie qui est celle de l’Humanisme, replaçant l’être humain dans son présent, dans les choix que nous pouvons faire ensemble, démocratiquement, ici, localement et maintenant.

Dans ce texte, je réponds à Damien Ernst et Corentin de Salle, et à leur carte blanche parue il y a quelques semaines (à lire ici). 

Je me réfère à 2 grands humanistes, que j’apprécie beaucoup : Claude Levi-Srauss et Karl Popper, et à un localiste : Kirkpatrick Sale. Trois auteurs à lire plus que jamais !

Et vous, vous en pensez quoi ?

(le texte est court, il se lit vite) 😉

Parution : Néo Santé, n°90, juin 2019

Nouvelle parution : “Mise au point sur le pain (II)”, Néo Santé, n°90, juin 2019, p. 24. 

Parution du 2ème volet de ma série sur le pain. De plus en plus de gens développent des réactions intestinales et hors-intestinales, lorsqu’ils consomment des produits à base de gluten, bien qu’ils ne soient ni atteints de maladie cœliaque, ni intolérants au gluten, ni allergiques au blé. ). On parle de « sensibilité au gluten non-cœliaque » ou NCGS en anglais.

Il s’agit d’une combinaison de symptômes similaires au syndrome de l’intestin irritable : douleur abdominale, ballonnements, diarrhée ou constipation, ainsi que des manifestations systémiques : esprit “brumeux” (“foggy mind” en anglais), maux de tête, fatigue, douleurs articulaires…

Mais ce qui définit la NCGS, c’est qu’il n’y a pas de marqueurs biologiques, actuellement connus. On s’oriente récemment vers les inhibiteurs de l’amylase-trypsine du blé (ATI), qui sont des composés protéiques naturels des céréales contenant du gluten…

Plus à lire dans Néo Santé…

CrossFit, Inc. ferme ses comptes Facebook et Instagram

Vous l’avez peut-être vu : CrossFit a décidé de fermer tous ses comptes Facebook et Instagram (CrossFit, CrossFit Games, etc.).

C’était pourtant de gros comptes : rien que le compte “CrossFit” principal représentait 3,1 millions de personnes sur Facebook et 2,8 millions sur Instagram. Et à cela, on peut encore rajouter les 5 millions de personnes connectées aux comptes Facebook (2,7 M) et Instagram (2,4 M) des CrossFit Games.

La raison ? Le refus de CrossFit, Inc. de se soumettre à la politique de Facebook.

J’ai lu pas mal de commentaires, depuis hier, qui pointent la politique de confidentialité, la vie privée, etc. Mais en lisant le texte publié aujourd’hui sur CrossFit.com, j’ai l’impression qu’il y a quelque chose de plus important.

Lien vers l’article : https://www.crossfit.com/battles/crossfit-suspends-facebook-instagram

Je m’explique.

Le texte débute avec l’idée que le CrossFit a toujours soutenu une prescription “anti-conformiste” (“contrarian” en anglais) en matière d’alimentation, de conditionnement physique et de santé.

CrossFit – et c’est ça qui me plaît, moi – est bien plus qu’une marque présente dans le sport : c’est une entreprise qui mène un réel combat pour la promotion d’un mode de vie sain, comprenant une alimentation naturelle et un mode de vie actif, dans un monde où la condition physique se dégrade, et où les maladies chroniques sont en augmentation.

Ce combat, CrossFit le mène contre les lobbies de l’industrie alimentaire, contre l’establishment du monde de la santé (associations professionnelles, etc.), et parfois contre les gouvernements. Plus encore, CrossFit dénonce depuis longtemps les collusions entre ces 3 secteurs : lobbies, associations professionnelles et gouvernements. Continue reading CrossFit, Inc. ferme ses comptes Facebook et Instagram