Développer une activité… subsidiée ou indépendante ?

Une étude publiée par des chercheurs de l’Université de Anvers montre que la Belgique a le secteur associatif le plus subsidié d’Europe. Sur plus de 700 associations observées, les subventions représentent en moyenne 37% de leur budget. C’est près de 2 fois plus qu’aux Pays-Bas.

On ne peut pas nier ce fait : en Belgique, très souvent, le premier réflexe de celle ou celui qui veut développer quelque chose est de “chercher des subventions”. Que ce soit sous forme d’ASBL ou de coopérative, tout se passe comme si la seule manière de développer une activité, un projet, une initiative, était d’abord de “trouver des subventions”.

C’est une mentalité très très ancrée culturellement. En particulier dans les secteurs des services à la personne, de la jeunesse, des sports, de la santé, ou de la transition (avec ce paradoxe de vouloir participer au changement vers un nouveau modèle de société, mais tout en étant dépendant financièrement de l’ancien modèle).

Même lorsque le projet est entrepreneurial, comme la création d’une coopérative à finalité sociale, le premier réflexe semble être : Cherchons des subventions pour les coopératives à finalité sociale.

Ca me rappelle toujours ce conseil de Gary Vaynerchuk aux entrepreneurs : “Make Money. Don’t Raise Money“, qu’on pourrait traduire par “Gagnez de l’argent, ne cherchez pas à lever des fonds”. Il s’adresse là aux Tech entrepreneurs et autres lanceurs de Start-ups qui lèvent des millions de dollars sur leur idée, sans même avoir vendu le moindre produit.

En Belgique, c’est la même chose, mais les Angel Investors sont toutes ces couches étatiques auxquelles on peut aller solliciter des subventions : la Région, la Province, le Fédéral, la Fédération Wallonie-Bruxelles, etc., etc., etc.

Le modèle de création d’activité est celui-ci :
1. de longues réunions de brainstorming (parfois accompagnées d’une asbl également subventionnée pour accompagner la création d’autres activités subventionnées. Il est fort probable que l’on colle des post-it : https://goo.gl/txSA4m)
2. la recherche de subventions (il est possible d’avoir des subventions pour financer la recherche de subventions).
3. la rédaction d’un dossier de candidature pour l’octroi de la subvention. Généralement, l’activité initialement prévue change (plus ou moins fortement) pour coller aux caractéristiques de la subvention (définition ou redéfinition d’un public-cible, d’un territoire-cible, nouveaux objectifs, etc.).
4. (facultatif mais utile) contacts avec des mandataires politiques qui pourraient intervenir dans l’octroi de la subvention.
5. Octroi de la subvention.
6. Engagement d’un temps plein ou d’un mi-temps et/ou achat du matériel, aménagement des locaux, etc.
7. Recherche du premier client (et rapport d’activité annuel auprès du pouvoir subsidiant).

Bref, le système est tout à fait sur sa tête. Ce dont on aurait besoin, c’est d’une dynamique inverse :
1. Avoir une idée
2. Rechercher un premier client
3. Foirer sa vente (mais le gars, sympa, nous dit “mais ton idée est bonne, hein !”)
4. Modifier un peu son idée
5. Rechercher un deuxième client
6. Réussir sa vente
7. Avoir 5 nouveaux clients
8. Avoir 20 nouveaux clients
9. Bosser dur dans son garage (en anglais, c’est “work your a** off”)
10. Attendre 2 ans avant de pouvoir payer un temps plein.

On a besoin de beaucoup plus de culture “garage land“* (ce modèle californien de création d’entreprises dans des garages, dont le CrossFit est la variante “garage gym”) et beaucoup moins de subventions.

… D’autant plus que ce qui freine fortement la création d’activités entrepreneuriales, ce sont les coûts de création d’entreprises, entre la création elle-même (comptez 1.500€ : frais administratifs + notaire + comptable) et le capital minimal légal : 18.550 € pour un SPRL. Bref, vous n’en avez pas pour moins que 20.000 €.

Alors, moi, je pense qu’il faudrait réduire les subventions, et utiliser tout cet argent pour réduire les frais de création d’entreprises qui constituent de véritables freins à l’entrepreneuriat !

* Autre exemple de Garage gym que j’aime beaucoup : la petite société de Skateboard de Mike Vallely, qu’il gère dans son garage, avec sa fille : https://www.streetplantbrand.com/

Share

Au coeur de la démocratie : le tirage au sort !

En pleine période électorale (en Belgique), il est intéressant de se rappeler que l’élection n’est, à la base, pas un procédé démocratique. Aristote, comme Montesquieu ou Rousseau, percevaient l’élection comme typique de l’oligarchie (Aristote) ou de l’aristocratie (Montesquieu).

Ces grands penseurs de la démocratie faisaient reposer celle-ci sur le principe du tirage au sort. De fait, cette manière de faire était au fondement de la démocratie, puisque c’était déjà utilisé sous Solon (640-558 av. JC.), à qui on attribue (à tort ou à raison) l’instauration de la démocratie athénienne.

Pourquoi le tirage au sort ?

1. Parce que la démocratie postule que tout le monde a la capacité de participer à la gestion de la Cité. La démocratie ne demande pas de compétences spéciales.

2. Parce qu’il faut une alternance entre les gouvernés et les gouvernants. L’élection pourrait induire le fait qu’on réélise toujours les mêmes (sans blague ??). Aristote l’expliquait très bien…

[Extrait  “Tous les citoyens doivent être électeurs et éligibles. Tous doivent commander à chacun, et chacun à tous, alternativement. Toutes les charges doivent y être données au sort, ou du moins toutes celles qui n’exigent ni expérience ni talent spécial. (…) Nul ne doit exercer deux fois la même charge, ou du moins fort rarement, et seulement pour les moins importantes, excepté toutefois les fonctions militaires. Les emplois doivent être de courte durée, sinon tous, du moins tous ceux qui peuvent être soumis à cette condition.”

Bref, le tirage au sort permet une alternance des dirigeants.

3. On ne peut pas prévoir à l’avance si quelqu’un va être un bon dirigeant ou pas. Donc, autant laisser le sort choisir. MAIS par contre, ce dirigeant tiré au sort sera jugé sur sa gestion, tout au long de son mandat.

Très clairement, si Aristote, Montesquieu et Rousseau observaient notre système actuel, ils ne le percevraient pas comme “démocratique” :

  • On est plus dans une “technocratie” (qui est une forme d’oligarchie) très peu participative, dans laquelle la population est désappropriée de son pouvoir de décision au profit d’une classe d’experts et de “professionnels de la politique”.
  • Il y a très peu d’alternance au pouvoir.
  • L’élection implique un choix “a priori” sur base d’un programme ou d’une bonne tête. Par contre, une fois élu, le mandataire jouit d’une immunité formelle et informelle, qui fait qu’il est très difficilement éjectable (sous prétexte précisément qu’il a été élu).

Aux prochaines élections communales, la liste Kayoux-OLLN utilise pleinement ce principe du tirage au sort. Je ne peux qu’espérer que d’autres partis (citoyens) s’en inspireront !

Share

Brève réflexion : Écologie et capitalisme sont-ils incompatibles?

Une petite réflexion suite à la démission de Nicolas Hulot en France, et aux discussions qui ont suivi en Belgique, dont le débat entre Philippe Lamberts (Ecolo) et Charlie Le Paige (PTB) dans l’émission “CQFD” sur La Première – RTBF (https://goo.gl/5JZjm9)

Le fait qu’on n’arrive pas à penser la protection de notre environnement hors du cadre capitalisme v/s socialisme, gauche v/s droite, marché v/s Etat, etc., explique en soi l’inefficacité des partis écologistes / verts, malgré l’urgence écologique…

Un véritable projet écologique devrait être au centre d’un nouveau modèle de société, construit entre autres sur la notion de “communs”, et sur la bonne échelle pour que chacun puisse participer aux décisions qui le concernent. C’est l’idée d’une gestion participative des biens qu’on a “en commun”.

Il n’y a rien qui ressemble à un capitalisme vert, pas plus qu’il n’a existé un communisme vert*. Et ON S’EN FOUT. La seule chose qu’on a à faire, c’est d’arriver à vivre sans détruire l’environnement qui nous permette de vivre, de nous reproduire et d’y laisser vivre les générations futures.

… On l’a fait durant +/- 2,5 millions d’années… en fait précisément jusqu’à l’apparition du socialisme et du capitalisme, deux produits du modèle industriel.

Se demander si l’écologie est de gauche ou de droite, c’est comme se demander si lutter contre le diabète ou l’hypertension, c’est être capitaliste ou socialiste. Ca n’a aucun sens… et c’est inefficace.

* Pour info, dans les années 80, l’URSS générait 1,5 fois plus de pollution que les Etats-unis, par unité de PNB. Source : Global Environmental Change, Volume 4, Issue 3, September 1994, Pages 201-227.

Photo : St. Petersburg, URSS, 1935.

Share

Brève réflexion : partis populistes / partis traditionnels : trop vite ou trop lent ?

Je pense qu’il y a une différence entre les partis dits “populistes” et les partis “traditionnels”, qui n’est pas souvent abordée : c’est la RAPIDITÉ avec laquelle les partis “populistes” passent à l’action v/s la LENTEUR des partis “traditionnels”.

Un bon exemple à propos de l’enseignement : on apprend aujourd’hui, en Belgique, que le Pacte d’excellence, ce pacte pour la rénovation de l’enseignement, est finalement reporté à la prochaine législature (2019), durant laquelle la Ministre Marie-Martine SCHYNS (CDH – Centre Démocrate Humaniste) qui a porté ce pacte n’est pas assurée d’être toujours au pouvoir, et encore moins ministre de l’éducation. (article : https://goo.gl/GN5Bi2)

Pour rappel, les travaux autour de ce pacte d’excellence ont débuté en 2015. La seule mise en place d’une nouvelle grille-horaire dans l’enseignement primaire est prévue pour 2020. C’est 2024 pour l’enseignement secondaire. La fin du processus de réforme est prévu pour 2028.

13 ans de travaux ! Les parents qui ont été convié à participer (puisque le pacte d’excellence prévoyait une dimension participative) ont toutes les chances de n’avoir plus aucun enfant dans l’enseignement lorsque le fruit de leurs travaux seront mis en oeuvre.

Il est intéressant de comparer avec la Pologne️ qui connaît actuellement une réforme de son enseignement : une modification complète de la structure des études qui passe d’un système avec 6 ans en Primaires, puis 3 ans en “Junior High School”, et 3 ans en “High School”, à un système avec 8 ans en Primaires, puis 4 ans en “High School”.

… Tout ça en 10 mois ! 10 MOIS !

Cette réforme est portée par le parti “Droit et Justice”, des frères Kaczynski, au pouvoir depuis 2015. Un parti classé comme conservateur, euro-sceptique, de “droite populiste”. Par là, ce parti a répondu à la demande de son électorat de revenir à un système que la Pologne connaissait avant 2009. (article : https://goo.gl/fdxcus) Continue reading Brève réflexion : partis populistes / partis traditionnels : trop vite ou trop lent ?

Share

Parution : Néo Santé, n°81, septembre 2018

Nouvelle parution : “Réponse aux arguments erronés (III) : Pas de viande sans graisse”, Néo Santé, n°81, septembre 2018, p. 24. Parution du 3ème volet de ma réponse à un article pro-végétarien de l’APSARES, dans Néo Santé, ce mois-ci. Je vous mets l’extrait du “chapeau”, écrit par la rédaction de la revue :

“Pour dénigrer l’alimentation paléo, ses détracteurs prennent beaucoup de liberté avec la vérité. Notamment sur la place de la viande et de la graisse chez les peuples ancestraux. Dans ce troisième article destiné à rectifier le tir, Yves Patte fait un crochet par Okinawa et donne la parole à Charles Darwin.” 😉

J’y parle entre autres du principe du “hara hachi bu” (腹八分目/はらはちぶんめ) à Okinawa, consistant à s’arrêter de manger lorsqu’on est rassasié à 80%. Et je cite un long extrait des voyages de Darwin, de 1831 à 1836, durant lequel le jeune paléontologue-naturaliste rencontre des peuples qui ne mangent que de la viande durant de longues périodes, mais toujours accompagnée de graisses (animales ou végétales)…

Share

Podcast #010 : Manger “paléo”. Par quoi commencer ?

Par quoi commencer lorsqu’on commence à manger “paléo” ? Le risque est souvent de se focaliser sur des choses qui sont accessoires, et de passer à côté des changements qui auront le plus grand impact sur votre santé et vos performances !

Ce podcast s’adresse aussi bien à celle et ceux qui souhaitent commencer à manger “paléo”, qu’aux coachs en nutrition qui ont à suivre une personne qui devrait reprendre sa santé en main…

Tous les autres podcasts ici ! 😉

Share

Monsanto : quand 12 citoyens font ce qu’aucun organisme public n’est arrivé à faire

Il n’est jamais facile de proposer une analyse d’un fait d’actualité, surtout d’un procès qui va encore connaître des recours et autres rebondissements.

Je voudrais juste extraire un élément qui me semble important : c’est un tribunal composé de citoyens qui a fait ce qu’aucun organisme public n’avait été capable de faire.

La décision de ce tribunal de San Francisco, condamnant Monsanto à payer 289 millions de dollars, suite à la reconnaissance du rôle du glyphosate dans le cancer de Dewayne Johnson, constitue la reconnaissance par une jury composé de citoyens, qu’une entreprise ne peut porter atteinte à notre santé et tromper l’opinion publique impunément. Ce jury a d’ailleurs accordé 39 millions de dollars au plaignant pour les dommages occasionnés, et 250 millions de dollars de “punition” à Monsanto pour avoir volontairement caché les dangers de son produit.

Rappelons quelques points importants :

1. L’absence de preuve n’est pas la preuve de l’absence

Je l’ai déjà répété plusieurs fois. Cette phrase devrait clignoter à l’entrée des bâtiments de tous les organismes publics de protection de la santé ou de l’environnement : l’absence de preuve n’est pas la preuve de l’absence.

Si on a testé 1000 cas, on ne peut produire une affirmation scientifiquement valable que sur ces 1000 cas. Pas sur le 1001ème. Encore moins sur les 100.000 autres cas qui suivent. On peut supposer, on peut faire des hypothèses, on peut proposer des probabilités, mais on ne peut pas dire qu’un événement n’arrivera jamais.

J’avais déjà utilisé cet exemple ici : Mettons 999 boules noires dans un sac, et 1 boule blanche. Je tire, une à une, 500 boules. Elles sont toutes noires. Si à partir de mes observations, j’en induis que toutes les boules du sac sont noires, je me trompe !

Probablement que chaque nouveau tirage d’une boule noire renforcera ma certitude : “vous voyez, toutes les boules sont noires”… jusqu’à ce que la boule blanche apparaisse, venant définitivement me donner tort ! Cette boule blanche, ça peut être un jardinier atteint d’un cancer parmi 1000 jardiniers.

La science peut tester ce qui est, ce qui a été (et c’est déjà assez compliqué comme ça de la faire valablement), elle ne peut pas tester ce qui va arriver. L’induction (généraliser à partir des faits singuliers) n’amène aucune certitude scientifique.

L’esprit scientifique, l’empirisme, le scepticisme, etc., se sont construits sur cette critique de l’induction. Dès le 2ème siècle, dans ses “Hypotyposes” (Livre II), Sextus Empiricus, philosophe sceptique et médecin de l’école de médecine antique “empirique”, écrivait : Continue reading Monsanto : quand 12 citoyens font ce qu’aucun organisme public n’est arrivé à faire

Share

Parution : Carte blanche dans La Libre Belgique sur les partis citoyens

Parution, dans La Libre Belgique, de ma carte blanche intitulée “Les partis ‘citoyens ‘ sont-ils bien sincères ?” (titre du journal). L’idée centrale : un parti peut se dire “citoyen” si, et seulement si, il nous permet de jouer notre rôle de citoyens et citoyennes. 

Autrement dit, il ne suffit pas de se dire “citoyen”, ni de reprendre des préoccupations portées par les mouvements citoyens, il faut proposer un modèle de société qui permette aux citoyens d’être pleinement des citoyens… sinon ce n’est que #bullshit électoral et #citizenwashing.

La participation citoyenne est au coeur de l’idée de démocratie, depuis les tout débuts à Athènes. Pas de démocratie sans citoyens. Et pas de citoyens sans démocratie. D’où l’importance des procédures consultatives, des ateliers urbains, du principe de tirage au sort, des moyens de révoquer l’élu en cours de mandat, du non-cumul, de la limitation des mandats dans le temps, de la rotation rapide des élus, de la non-professionnalisation du politique, etc. Bref, c’est sur ces choses-là que nous jugerons de la sincérité d’un parti qui se dit “citoyen”.

Si ça vous parle, n’hésitez pas à partager, auprès des listes et candidats dans vos communes, pour les prochaines élections. Ne soyons pas dupes. Exigeons de pouvoir jouer notre rôle de citoyens.

Et au plaisir de lire vos commentaires !

Lien : http://www.lalibre.be/debats/opinions/les-partis-citoyens-sont-ils-bien-sinceres-5b67358955324d3f13c4d595

Référence (version papier) : Patte, Y. 2018. “‘Citoyen’ Vraiment ?”, La Libre Belgique, 6 août 2018, p. 40.

Share

Podcast #009 : Agir grâce à la notion d’Empowerment ! (nutrition, sport, emploi, transition…)

Un podcast moins théorique, et plus en mode développement personnel. Et c’est tout l’intérêt de la notion d’Empowerment : quelle que soit la situation, ça pousse à agir ! Du coup, c’est intéressant en coaching (sportif, alimentaire, etc.), comme pour des mouvements citoyens, des groupes en transition, etc.

Pour pousser la réflexion plus loin : Si derrière la notion d’Empowerment, il y a l’idée qu’on n’a pas le temps d’attendre que “les choses” changent, et que le plus rapide est de reprendre soi-même (ou nous-mêmes) en main les choses sur lesquelles on a une emprise, est-ce que ce n’est pas une réponse à l’URGENCE de la situation (urgence climatique, urgence politique, urgence économique, etc…). Qu’en pensez-vous ?
 
Le podcast est disponible sur :
 
🔊 iTunes : https://goo.gl/xA9SmC
🔊 Soundcloud : https://goo.gl/ZuD8h9
🔊 Castbox : https://goo.gl/q7U8id
 
⏱️ Durée : 17 minutes
 
Et si vous préférez une version texte, elle est ici 😉
 
Bonne écoute ! 😉 Et n’hésitez pas à partager à toutes celles et ceux que ça pourrait intéresser ! Merci !!!
Share

Podcast #008 : Sur le concept d’Antifragilité de Nassim Nicholas Taleb

L’antifragilité : un des concepts les plus fascinants, que vous soyez intéressé(e) par la santé, l’économie ou la politique. Dans ce podcast, j’explore la dimension “santé” : l’antifragilité de notre corps.

J’espère que ça vous donnera envie de vous plonger dans l’oeuvre de Nassim Nicholas Taleb !

A écouter sur : 

Bonne écoute ! (34 minutes) 😉

Share