Brève réflexion sur les inondations (et l’intérêt de puiser dans la connaissance de nos ancêtres)

MontageCrawannes

En poursuivant cette idée un peu dingue de retrouver le château de Genappe (13ème siècle), dont l’histoire est 400 ans de lutte contre les inondations, je me rends compte que les cartes anciennes expliquent très bien les inondations actuelles !

Sur cette image, on voit qu’en juin 2016, le ri de la Crawannes, qui est censé aujourd’hui se jeter dans les égouts (juste devant ma maison), a simplement repris son lit originel, et a rejoint la Dyle, comme il le faisait en 1777… A l’endroit précis de cette jonction, présentant un aléa d’inondation “moyen” selon la Région wallonne, l’eau avait amené, rappelez-vous, tout ce qu’elle charriait : voitures, briques d’un mur effondré, etc…

On pourrait refaire la même chose pour “Fonteny” très touché par les inondations, ou encore le centre de Genappe, qui correspond probablement au lieu où lors des inondations de 1530, les masses de terre (amenée par la crue) étaient telles “que l’on y prenait les poissons à la main” (Braive, G. 2009. “Genappe et son château”, Cercle d’histoire et d’archéologie du pays de Genappe asbl, Cahier n°15, p.26).

Si ça se trouve, le passé pourrait nous éclairer sur le présent ? 😉 (C’est ironique ! Bien sûr qu’on devrait tenir compte du passé et de ce que nos ancêtres connaissaient !!)

Share

Parution : Néo Santé, n°63, janvier 2017

 

Photo 6-01-17 08 55 54Nouvelle parution : “Alimentation et sexualité (II)”, Néo Santé, n°63, janvier 2017, p.24. Deuxième volet relatif au lien entre alimentation et sexualité. Oubliez le mythe des aliments aphrodisiaques le grand soir venu, et privilégiez au quotidien, une alimentation qui favorise les fonctions sexuelles. Si nous sommes là pour en parler, c’est que durant des millions d’années, nos ancêtres ne s’en sont pas trop mal sortis. Une alimentation saine et une activité physique régulière sont les clés ! 😉 Explication dans l’article…

Share

Ecole secondaire à Genappe : Ma carte blanche dans La Libre Belgique

photo-4-01-17-09-24-37

Parution, aujourd’hui, de ma carte blanche dans Lalibre.be concernant le projet d’école secondaire à Genappe ! Merci à eux pour l’illustration (de Olivier Poppe) qui représente très bien cette concurrence entre le projet Nespa-Bw porté par des parents de la commune, et le projet de Collège archiépiscopal “venu d’en haut”, parachuté sur la commune par les institutions de l’enseignement catholique.

Dans l’enseignement comme ailleurs, les oppositions actuelles se structurent entre des projets collaboratifs portés par les citoyens et des initiatives plus politiques émanant d’institutions qui veulent garder la main sur les territoires. Tel est un des enjeux actuels de l’enseignement. Il faut espérer que la Ministre Marie-Martine SCHYNS saura y répondre en respect du Pacte scolaire…

Merci de partager un maximum ! L’enjeu en vaut la peine ! 😉

Share

Parution d’un de mes articles sur le site du Réseau Transition.be

capture-decran-2016-12-14-a-17-23-33

Le site Réseau Transition.be relaye mon analyse de l’enquête de la RTBF “Génération Quoi ?” consacrée aux 18-34 ans en Belgique francophone.

J’y reviens sur leur rapport à la politique et à l’engagement, ainsi que leur rapport aux études et au travail. Le point intéressant est qu’un tiers des jeunes se définissent eux-mêmes comme la “génération transition”.

J’avais publié cet article, sur mon blog, ici.

Je suis très flatté que le réseau Transition ait relayé ce texte. Je suis moi-même investi dans “Genappe en Transition“, le groupe d’habitants de Genappe qui se mobilisent, réfléchissent et agissent pour prendre en main la transition énergétique, écologique et politique à Genappe.

Je vous encourage vivement à aller jeter un coup d’oeil sur le site Réseau Transition.be

Regardez s’il y a des initiatives similaires dans votre commune. Et si ce n’est pas le cas, à vous d’en lancer une ! 😉

Share

Nouvel article paru sur Usbek et Rica

capture-decran-2016-12-14-a-17-07-28

Populisme vs renouveau citoyen : que faire quand la société coule ?“, Usbek et Rica, décembre 2016.

L’époque actuelle peut paraître incompréhensible. D’un côté, l’accession au pouvoir de leaders populistes, la libération de la parole raciste et des déchaînements de haine envers les réfugiés ; de l’autre, l’émergence de mouvements citoyens qui consacrent, dans la veine du film Demain, des initiatives solidaires, de partage, éco-responsables. Analyse de ces dynamiques antagonistes, par Yves Patte, sociologue et lecteur participatif d’Usbek & Rica.

J’y développe cette métaphore du bateau qui coule, et des différentes voies qui émergent de cette situation-là. Une première version se trouve ici. Et c’est aussi la trame de fond de cette conférence, que j’ai donnée à Paris, en juin 2016… J’y rajoute des références au Brexit et à l’élection de Donald Trump.

Merci à Usbek et Rica d’avoir publié ce texte !! Déjà beaucoup d’échanges intéressantes à la suite de cette parution ! N’hésitez pas à me faire part de vos avis, de critiques, de votre vécu par rapport à cette situation, etc.

Share

Parution : Néo Santé, n°62, décembre 2016

photo-6-12-16-15-39-49

Nouvelle parution : “Alimentation et sexualité (I)”, Néo Santé, n°62, décembre 2016, p. 32. Pourquoi parler de sexualité dans une rubrique paléonutrition ? Une sexualité épanouie et satisfaisante est, en règle générale, le signe d’une bonne santé. Et inversement, les maladies couramment associés à l’alimentation moderne industrielle perturbent le fonctionnement sexuel. Stress, fatigue, obésité, diabète, hypertension, problèmes thyroïdiens, etc., sont autant de perturbateurs des fonctions sexuelles : libido, érection et autres fonction sexuelles. A lire dans Néo Santé…

Share

La “Génération Transition” : Retour sur l’enquête “Génération Quoi ?” de la RTBF

capture-decran-2016-11-27-a-18-50-24

Petit retour sur l’enquête “Génération Quoi ? – Autoportrait des 18-34 ans en Belgique francophone“, réalisée par la RTBF et analysée par les sociologues Johan Tirtiaux et Jérome Pieters. Pas mal de choses ont été écrites ou commentées lors de la parution de l’enquête, la semaine passée, mais je voulais revenir sur quelques éléments qui me semblent importants, dans une optique de mobilisation collective.

Les jeunes veulent s’engager : 61% d’entre eux déclarent qu’ils seraient prêts à participer demain ou dans les mois prochains à un mouvement de révolte de grande ampleur. C’est surtout le cas des ouvriers (73%) et des chômeurs (68%).

  • 95% pensent que l’argent tient une place trop importante dans notre société,
  • 95% pensent que la finance dirige le monde,
  • 94% pensent qu’il y a trop d’injustice.

Mais l’offre politique actuelle ne répond à aucune de leurs attentes d’engagement : 90% des répondants déclarent ne pas avoir confiance dans la politique. Imaginez un peu : seule une personne entre 18 et 34 ans sur 10 a encore confiance dans la politique, telle qu’elle se présente actuellement, avec ses partis, son système électoral, ses institutions. 57% ne voudraient pas s’engager dans une organisation politique (alors que, comme on vient de le montrer, 61% seraient prêts à participer à un mouvement de révolte).

DENVER - AUGUST 27: (L-R) Jojo Peace, Jamie Laurie, lead singer of the Flobots and Zach de la Rocha (C) lead singer of Rage Against the Machine join the Iraq Veterans Against The War group in an anti-war march from the Denver Coliseum to the Pepsi Center during the 2008 Democratic National Convention on August 27, 2008 in Denver, Colorado. U.S. Sen. Barack Obama (D-IL) will be officially be nominated as the Democratic candidate for U.S. president on the last day of the four-day convention. (Photo by Doug Pensinger/Getty Images)
(Photo by Doug Pensinger/Getty Images)

Les auteurs de l’étude rajoutent : “les jeunes semblent déçus par des hommes politiques qui ne leur paraissent pas à la hauteur des problèmes de nos sociétés et des problèmes qu’ils rencontrent“.

Continue reading La “Génération Transition” : Retour sur l’enquête “Génération Quoi ?” de la RTBF

Share

Brève réflexion sur l’élection de Donald Trump

capture-decran-2016-11-09-a-17-51-44

#Trump, #Brexit… Autant de signes de l’écart qui se creuse entre la classe politique installée, centrée sur elle-même, défendant ses intérêts et le reste de la population. Le moins qu’on puisse dire est qu’on en a plein le c** de voir constamment les mêmes têtes, décider entre eux, d’un avenir qui ne nous convient pas du tout.

L’erreur du parti démocrate est de s’être obstiné à proposer une candidate représentant l’establishment, représentant tout ce qui est en crise dans notre société : la finance, les institutions, le carriérisme politique, etc., représentant tout ce qu’on ne veut plus. Et cela face à un candidat qui lui, précisément, s’est présenté contre ces institutions discréditées !

Trump n’est même pas soutenu par le parti républicain ! On ne peut pas dire que cette victoire consacre la victoire des Républicains sur les Démocrates. Elle consacre la victoire du rejet des institutions, et la défaite de celles et ceux qui s’obstinent à s’accrocher à un modèle de société qui s’effondre complètement.

Très récemment, l’enquête Elderman (photo) montrait que les Etats-Unis, comme le Royaume-uni, étaient les pays où l’écart de confiance dans les institutions entre la petite minorité très informée et le reste de la population était le plus grand… Et l’écart est le même lorsqu’on compare les revenus ! #Brexit #Trump

… La France ? En 1ère position, les amis !! Et c’est exactement vers cela qu’on va ! Qui parie qu’au deuxième tour des présidentielles, les Français n’auront d’autre choix qu’un candidat de l’establishment, des lobbies, des institutions, installé en politique depuis des années, de gauche ou de droite, face à une Marine Le Pen, qui jouera exactement la même carte que Trump ou Farage : celle du rejet des institutions, du status quo et de la classe dirigeante ? La route est toute tracée pour le Front national.

Continue reading Brève réflexion sur l’élection de Donald Trump

Share

Parution : Néo Santé, n°61, novembre 2016

photo-8-11-16-16-48-08

Nouvelle parution : “Que boire après l’effort ?”, Néo Santé, n°61, novembre 2016, p. 32. Troisième volet de la série sur l’hydratation. Les deux premiers abordaient la question de la soif, meilleure indicateur – naturel – de notre besoin de boire. Mais que boire, en particulier après l’effort ? Vous pouvez mettre de côté les boissons dites “sportives”, du type Gatorade, Aquarius, etc., très chargées en sucre et pauvres en électrolytes. Privilégiez l’eau de coco.

Vous avez des crampes ? Essayez le jus des pickles (cornichons, etc.) : un vrai miracle !

Quant à l’eau, privilégiez une eau légèrement acide, mais au pouvoir alcalinisant, dû aux bicarbonates.

Share

Parution : Néo Santé, n°60, octobre 2016

photo-6-10-16-15-27-03

Nouvelle parution : “L’hydratation des sportifs”, Néo Santé, n°60, octobre 2016, p. 32. Le mois dernier, je disais que la sensation de soif demeure le meilleur indicateur de la nécessité de boire. Ce mois-ci, je montre que cela reste vrai lorsqu’on pratique un sport, et que les marques de boissons sportives ont construit les risques de déshydratation comme un véritable argument de vente, au risque de produire des cas d’hyponatrémie, c’est-à-dire un taux trop bas de sodium dans le sang, dû à une sur-hydratation.

Pour celles et ceux qui connaissent, c’est un peu le combat de CrossFit contre les boissons dites “sportives”, comme Gatorade, qui ont infiltré toutes les instances du sport…

Share