Parution : Néo Santé, n°46, juin 2015

Photo 9-06-15 08 45 59

Nouvelle parution : “Pourquoi craque-t-on ?, Néo Santé, n°46, juin 2015, p. 32. Si vous êtes un lecteur ou une lectrice assidu(e) de Néo Santé, vous mangez probablement assez sainement. Que ce soit “paléo” ou pas, vous faites probablement relativement attention à ce que vous mangez, en qualité et en quantité… Mais n’avez vous jamais “craqué” pour un aliment qui ne cadre pas du tout avec votre régime alimentaire ? Vous voyez, ces envies un peu incontrôlables ? Que nous disent-elles sur notre manière de nous alimenter ? Et comment les aborder ? Le sujet est extrêmement intéressant, parce qu’il se situe à l’intersection entre nos réels besoins physiologiques, nos envies émotionnelles et nos habitudes culturelles. Entre le biologique, le psychologique et le social. Et dans un jeu complexe d’allers-retours entre ces trois niveaux.

 

Share

Fuck this shit !! I’m gonna eat my own food !!

94-08-21-yard-sherry-heath

Conseil de lecture : Essayons quelque chose de nouveau. Si vous avez un compte Spotify, je vous invite à écouter cette playlist en lisant l’article ci-dessous. Vous comprendrez très vite en quoi l’une est liée à l’autre…

Dans l’introduction à “Empowerment ou la société de l’anti-délégation“, j’ai écrit que la bande-son de la révolution en cours était une playlist composée de Hip-Hop et de Hardcore Punk (chap.3). Que l’on ait baigné dans ces cultures urbaines ou pas, le fait est que le Hip-Hop et le Hardcore portent ce message de reprise en main de sa destinée, individuelle et collective, qui caractérise, à mon sens, les mouvements sociaux émergents. Cela est bien documenté par les travaux de Stoute (2011) pour le Hip-Hop et les travaux de Hein (2012) et Haenfler (2004) pour le Hardcore Punk.

Un reportage récent, que l’on peut voir sur Youtube, “Under the Influence : New-York Hardcore” m’a permis de prendre conscience de ce qui est probablement au fondement de la démarche de beaucoup de trentenaires (et plus jeunes) en matière d’alimentation. Deux choses : le refus et le Do It Yourself ! Resistance & DIY : So hardcore !!

J’ai baigné, via mes parents, dans un univers où on choisit des produits bios, où on se soigne naturellement, et où on est plutôt écolo. C’est sûr. Mais ce qui fonde mon rapport à l’alimentation, et probablement à tout un ensemble d’autres choses, est beaucoup plus proche du :

FUCK YOU !! I don’t want to eat your shit !!!

Fuck you, industry ! Fuck you, market ! Fuck you, supermarkets ! I’m gonna eat… my own food !!

C’est hardcore dans l’attitude. C’est légèrement arrogant. Et ça se crie plus que ça se dit. Vous vous rappelez certainement de cette phrase “Fuck You ! I won’t do what you tell 2d093fe7a70ef489984fe39f495e26e4me !” du célèbre “Killing in the name” de Rage Against The Machine ? Et bien, on est en plein dedans !

Si l’on analyse un peu ce qui est au fondement du Hardcore Punk, on trouve le refus : refus de la société qu’ “on nous a conçue”, refus de ses normes, de ses dogmes, de ses évidences. Le mouvement Hardcore Punk est une sous-culture, et en cela constitue une forme de résistance à la culture dominante ou à la société “hégémonique”, pour parler comme Gramsci. La “résistance” a toujours été le point central des sous-cultures, comme en témoignent les recherches du célèbre Centre for Contemporary Cultural Studies (CCCS) de l’Université de Birmingham, pour les connaisseurs (Haenfler, 2004 : 407).

Mais là où se distingue l’attitude proprement Hardcore, c’est dans le fait que ce refus n’amène pas l’individu à sombrer dans un chaos autodestructeur, dans une attitude d’abandon nihiliste comme on l’a souvent vu dans les sous-cultures punk rock, hippie ou skinheads. Abandon du combat pour rentrer dans le système, ou abandon dans les pratiques autodestructrices : drogue, alcool, suicide, etc. Continue reading

Share

Parution : Néo Santé, n°45, mai 2015

Photo 12-05-15 11 20 01

Nouvelle parution : “Feu vert pour les jus verts”, Néo Santé, n°45, mai 2015, p. 38. Parmi les tendances actuelles en matière d’alimentation, les “jus vert” et les “smoothies” ont plutôt la cote. Les jus sont produits par extraction (du liquide et des nutriments), ce qui met les fibres de côté. Les smoothies, par contre, contiennent l’entièreté du fruit ou du légume, que l’on mixe, avec les fibres, ce qui les rend beaucoup plus intéressants. Bien sûr nos ancêtres chasseurs-cueilleurs n’avaient pas les outils pour mixer leurs fruits et légumes, mais ces smoothies permettent un apport en micronutriments qui nous rapprocherait davantage de celui de nos ancêtres. C’est cet apport que vous décrivons dans l’article…

Merci à Audrey Sersté, qui est venue donner une conférence sur les jus verts à CrossFit Nivelles le mois dernier. Je vous conseille fortement d’aller faire un tour sur son blog, et de la suivre sur les différentes réseaux sociaux !

Photo 28-03-15 16 33 57

Share

Parution : Néo Santé, n°44, avril 2015

Photo 15-04-15 10 31 07

Nouvelle parution : “Quel sel est le plus sain ?“, Néo Santé, n°44, avril 2015, p. 38. L’article du mois précédent traitait de la question du sel : peut-on saler ses aliments dans le cadre d’une alimentation “paléo”, en quelle quantité, et avec quel impact sur la santé ? Intéressons-nous maintenant au type de sel concerné, parmi la multitude de sels proposés en commerce : sel de mer, fleur de sel, gros sel, sel d’Himalaya, etc. Quelles sont les différences entre ces sels, et y a-t-il des choix plus judicieux à faire en terme de santé ?

 

Share

Parution : Néo Santé, n°43, mars 2015

Photo 9-03-15 17 45 36

Nouvelle parution : “La question du sel”, Néo Santé, n°43, mars 2015, p. 38. Parmi les questions qui me sont régulièrement posées concernant l’alimentation paléolithique, il y a bien évidemment celle du sel : peut-on saler ses aliments, ses plats, lorsqu’on mange “paléo” ? Une fois de plus, la réponse n’est pas si facile et la clé vers la santé se situe probablement entre les excès de l’industrie alimentaire et un ascétisme qui ne correspondrait ni à nos conditions historiques de vie sur Terre, ni à nos besoins physiologiques. L’article qui paraîtra en avril 2015 traitera du type de sel à utiliser : sel d’Himalaya, fleur de sel, sel gris, etc.

Share

Parution : Néo Santé, n°42, février 2015

Photo 11-02-15 09 17 22

Nouvelle parution : “Redécouvrir les plantes sauvages (II), Néo Santé, n°42, février 2015, p. 38. Deuxième volet consacré aux plantes sauvages : Comme nos ancêtres du paléolithique, nous pourrions parfaitement puiser dans la nature sauvage l’essentiel de nos besoins alimentaires végétaux. Certaines plantes de nos régions sont des mines de vitamines et minéraux, et même des sources de protéines. Ce deuxième article sur le sujet se fait plus précis. Découvrez les bienfaits nutritifs de la roquette, de l’oseille, de la consoude, de la bourrache, du pissenlit, de l’ail des ours, de l’alliaire, du chénopode, de l’égopode, des pâquerettes et du lierre terrestre.

Share

Parution : Néo Santé, n°41, janvier 2015

Photo 9-01-15 15 26 37

Nouvelle parution : “Redécouvrir les plantes sauvages (I), Néo Santé, n°41, janvier 2015, p. 38. Rusés chasseurs et/ou habiles pêcheurs, nos ancêtres de la préhistoire étaient surtout de grands cueilleurs. C’est pourquoi une alimentation paléo digne de ce nom devrait réserver une large place aux plantes sauvages, lesquelles possèdent plusieurs avantages sur les végétaux cultivés. Cet article est le premier d’une série de deux articles consacrés aux plantes sauvages, qui poussent naturellement dans nos campagnes et nos jardins, et qui sont gratuits, prêts à l’emploi et disponibles tout de suite !

Share

Parution : Néo Santé, n°40, décembre 2014

Photo 10-12-14 16 43 25

Nouvelle parution : “La solution alimentaire des tendinites, Néo Santé, n°40, décembre 2014, p. 38. Contre l’inflammation des tendons, les médicaments anti-inflammatoires font pire que bien. En revanche, la nutrition paléolithique aide à éviter et à soigner les tendinites. Logique puisque ce régime écarte les aliments problématiques et qu’il favorise les nutriments favorables…

Share

Parution : Néo Santé, n°39, novembre 2014

Photo 7-11-14 16 37 14

Nouvelle parution : “Quel est le meilleur édulcorant ?”, Néo Santé, n°39, novembre 2014, p. 38. Au fur et à mesure que l’alimentation paléolithique se popularise, apparaissent dans les magasins des aliments qui peuvent, d’une certaine manière, se revendiquer « paléo », tout en présentant quelques qualités qui nous plaisent tant dans les aliments modernes : ils sont sucrés, faciles à préparer, et ne perturbent pas trop nos habitudes culturelles alimentaires. C’est ce qu’on appelle la « paleo comfort food »… Mais ces aliments sont-ils toujours aussi « paléo » qu’on le prétend ?

 

Share

Parution : Néo Santé, n°38, octobre 2014

Photo 9-10-14 07 42 20

Nouvelle parution : Quel alcool dans le verre paléo ?“, Néo Santé, n°38, octobre 2014, p. 38. Notre article précédent montrait que notre consommation d’alcool remontait loin dans notre évolution. Et nous ne sommes mêmes pas les seuls primates à en consommer. Une consommation “modérée” d’alcool est d’ailleurs plutôt bénéfique pour la santé, avec tout un ensemble de limites précisées dans l’article précédent. Mais toutes les boissons alcoolisées sont-elles bonnes ? Et sinon, quels sont les meilleurs choix ? Et pourquoi ? Cet article fera le point sur le pouvoir antioxydant des polyphénols du vin rouge, et sur certains choix que l’on peut faire (toujours avec modération) parmi les spiritueux…

Share