Vidéo de ma conférence à l’ONS – Juin 2016

Capture d’écran 2016-07-07 à 19.32.02

Colloque annuel de l’Observatoire National de la Sophrologie. Thème : “La sophrologie dans notre assiette : l’alimentation au coeur du biologique, du psychologique et du social“.

J’ai eu la chance d’être invité au colloque annuel de l’Observatoire National de la Sophrologie, pour intervenir sur l’alimentation dans notre société, en me focalisant sur l’idée d'”empowerment”, c’est-à-dire la réappropriation, par les individus et par les collectivités, de leur alimentation.

Et j’ai essayé de réinscrire ces mouvements liés à l’alimentation dans les mouvements sociaux émergents, comme je le fais souvent…

Cette conférence reprend :

J’y développe aussi 3 idées spécifiques. Se réapproprier son alimentation, c’est :

  • se reconnecter avec ce qui fait de nous des humains (« Cooking made us humans ») (16:34)
  • s’affirmer comme « adultes » (au sens de Kant) (17:54)
  • jouer pleinement notre rôle de citoyens. (20:11)

Et j’essaie d’être davantage visuel sur la métaphore du bateau qui coule et des logiques d’action qui en découlent, que l’on peut retrouver en matière d’alimentation, mais aussi en politique, ou dans le monde du travail… (9:50)

Merci de la partager et de la commenter, si elle vous intéresse ! 😉

De ce colloque, seule ma conférence est en accès public, les autres sont réservées aux membres de l’Observatoire national de la Sophrologie. Si vous êtes sophrologues ou intéressé(e)s par la sophrologie, je vous conseille vivement de vous faire membre de cet observatoire, non seulement pour avoir accès à l’ensemble des conférences du colloque, mais aussi pour bénéficier de l’ensemble des avantages des membres et aider au développement de la sophrologie.

Parmi les conférences, je vous conseille en particulier celle de Marie-Andrée Auquier, médecin, sophrologue, qui a fait une conférence sur l’intérêt, pour le sophrologue, d’aborder l’alimentation. Elle y présente des séances types, qui aident la personne à reprendre son alimentation en main, mais aussi de prendre conscience de son microbiote, ces milliards de bactéries qui jouent un rôle central dans notre alimentation et notre santé. Il y avait beaucoup de liens avec mon intervention. Sa conférence était fascinante !

Pour s’inscrire à l’ONS, c’est par ici ! Et toutes les infos sur l’ONS sont sur leur site : http://www.observatoire-sophrologie.fr/

Share

Parution : Néo Santé, n°58, juillet-août 2016

Photo 4-07-16 15 43 08

Nouvelle parution : “En cas de fracture”, Néo Santé, n°58, juillet-août 2016, p. 32. Voilà un article dont j’ai eu moi-même l’occasion de tester le contenu, durant ce mois de juin ! 😉 Quelle est l’alimentation propice pour aider à la reconstruction osseuse en cas de fracture ? Et quels sont, plus généralement, les bons aliments pour favoriser la densité osseuse ? Nos ancêtres avaient des os plus solides que nous, et les squelettes retrouvés montrent que nos ancêtres savaient surmonter une fracture osseuse… sans produits laitiers, mais avec beaucoup de légumes verts, très riches en micronutriments. A lire dans Néo Santé.

Share

Parution : Néo Santé, n°57, juin 2016

Photo 7-06-16 10 42 07

Nouvelle parution : “On n’est plus des bêtes, Néo Santé, n°57, juin 2016, p. 32. Manger paléo, ce n’est pas manger “comme des animaux”, c’est au contraire véritablement manger comme des êtres humains ! L’article du mois de juin, que je publie dans Néo Santé, s’intéresse à ce moment de notre évolution, où nous avons commencé à nous “préparer” nos aliments, avant même le feu, en les découpant, en les martelant, etc., et qui nous a permis de nous nourrir d’aliments plus riches en calories et en nutriments. C’est cela qui nous a permis d’évoluer et de nous distinguer des autres primates… Autrement dit : “Cooking Made Us Humans“, c’est en quelque sorte cuisiner qui a fait de nous des humains !!

Un argument de plus pour le Do It Yourself‬, et la volonté de cultiver, cuisiner et consommer sa propre nourriture. C’est le projet que nous menons avec O-Food, diminutif de #‎OwnFood‬ !

Share

INTERVEW sur Ucp Muscu (FR)

Capture d’écran 2016-05-20 à 08.41.28

Très très fier d’avoir été interviewé pour le site UCPmuscu !! Des questions vraiment intéressantes, qui invitent à prendre le temps de répondre (longuement, ce que j’ai fait !) : CrossFit, alimentation paléo, empowerment, projet O-Food, j’y parle des sujets qui m’intéressent le plus, et que je développe habituellement sur ce blog ! Merci à eux de m’avoir laissé cette occasion !

L’intérêt de ce genre d’interviews, c’est à mon sens, de lancer des discussions, n’hésitez pas si vous avez des questions à poser, des réflexions à partager, via ce blog, via ma page Facebook, ou par mail (yvespatte (at) gmail.com)…

Bonne lecture  ! 😉 http://www.ucpmuscu.com/yves-patte

Share

Parution : Néo Santé, n°56, mai 2016

Photo 9-05-16 15 28 45

Nouvelle parution : “Stress et digestion, Néo Santé, n°56, mai 2016, p. 32. Troisième volet sur les problèmes gastriques, avec la question cruciale du stress. Quel impact celui-ci a-t-il sur notre digestion, et inversement, en quoi une bonne alimentation peut également réduire le stress ? La moitié des patients atteints de reflux gastriques déclarent que le stress augmente leurs symptômes. Et les personnes peu satisfaites au travail sont deux fois plus touchées par les troubles gastriques. A lire dans Néo Santé…

Share

18 juin 2016 : Intervention au Colloque annuel de l’ONS (Paris)

logo-observatoire-national-de-la-sophrologie

Le 18 juin 2016, l’Observatoire national de la Sophrologie (France) organise son colloque annuel, qui aura pour thème “La sophrologie dans nos assiettes. L’alimentation au cœur des débats éthique, sociaux et comportementaux“.

Après les mots de la présidente de l’ONS, Géraldine Haegeli, j’aurai la chance d’ouvrir la journée en intervenant sur “L’alimentation au cœur du biologique, du psychologique et du social“. J’y parlerai du rapport actuel à l’alimentation, de la volonté des individus de reprendre en main, individuellement et collectivement, leur alimentation.

Il sera également question des “craquages”, de leur dimension culturelle, émotionnelle ou physiologique. En somme, ce sera une synthèse de plusieurs choses que j’ai publiées, sur cette tension entre Empowerment et abandon. Le point de vue sera sociologique.

Infos pratiques :

  • Date : 18 juin 2016
  • Accueil des participants à partir de 8h30.
  • Début du colloque à 9h30
  • Mon intervention à 9h40
  • Lieu : Espace Moncassin : 164 rue de Javel – Paris 15ème
    • Métro ligne 8 Félix Faure ou Boucicaut
    • Métro ligne 12 Convention
  • Inscription : http://www.observatoire-sophrologie.fr
  • Prix :
    • Jusqu’au 17 avril : 65€ pour les non-adhérents / 45€ pour les adhérents ONS
    • A partir du 18 avril : 75€ pour les non-adhérents / 55€ pour les adhérents ONS
Share

Parution : Néo Santé, n°55, avril 2016

Photo 4-04-16 08 43 52

Nouvelle parution : “Alimentation et ulcères d’estomac, Néo Santé, n°55, avril 2016, p. 32. Comme nous le disions le mois précédent, réduire la consommation de sucre est le changement le plus important – et prouvé – pour réduire les reflux gastriques. Mais si l’ulcère s’est développé, quels sont les remèdes que nous fournit la nature ? La question est intéressante, parce que les aliments qui aident à la guérison des ulcères sont pratiquement ceux qui ont accompagné notre évolution durant des millions d’années. En fait, cet article sur les ulcères constitue un petit rappel sur les bienfaits de plusieurs aliments dont nous avons déjà parlé.

Je vous invite également à lire l’édito de Yves Rasir (rédacteur en chef). Il se fait que cet article a été l’objet d’une discussion, entre nous, sur le rôle de la bactérie Helicobacter pylori. N’étant pas d’accord, Yves a décidé d’apporter quelques nuances à mon article dans son édito, ce que je respecte totalement.

Moment délicat dans la vie du mensuel Néosanté : pour la première fois depuis sa création, j’ai failli censurer un article, celui de la rubrique Paléonutrition (page 32). Non pas que son titulaire ne soit plus à la hauteur : au contraire, Yves Patte est aujourd’hui considéré comme un des meilleurs spécialistes francophones du mode de vie et du régime paléo. En Belgique, les médias « mainstream » l’invitent régulièrement à défendre le sérieux et les fondements scientifiques de cette approche désormais en vogue. Comme il y a 5 ans, lorsque je lui ai demandé de rejoindre notre équipe, notre chroniqueur m’épate toujours par la rigueur et la pertinence de ses contributions. Il explique toujours de manière étayée comment une alimentation de type préhistorique peut participer au maintien de la santé et à la prévention des maladies, voire à l’accélération de leur guérison. Ce mois-ci encore – et c’est pour ça que je n’ai pas touché à son papier -, il expose brillamment de quelle manière on peut éviter et soigner les ulcères d’estomac par des réglages alimentaires. Bien que l’origine des pathologies se situe à nos yeux dans le vécu psycho-émotionnel, nous pensons toutefois que la façon de se nourrir revêt une certaine importance. Et particulièrement lorsqu’il s’agit de troubles digestifs. Mais dans son introduction, Yves Patte s’écarte résolument de notre ligne éditoriale en attribuant la causalité des ulcères gastriques à la bactérie Hélicobacter pylori. Je ne pouvais pas publier ça sans apporter quelques nuances.” Suite dans la revue, p. 3…

Share

Interview dans Vital (mars-avril, n°18)

Photo 18-03-16 08 18 20

Je suis interviewé dans le Vital du mois de mars-avril (n°18), avec Fabrice Kuhn, auteur de “Paléofit, le nouveau cross training inspiré de l’évolution humaine“. C’est un bon dossier, de Charles Brumauld. Vous y trouverez une présentation de ce type d’alimentation, des conseils pratiques, des recettes (mousse au chocolat paléo, pad thaï, etc.) et le menu d’une semaine “paléo” (petit-déjeuner, déjeuner et dîner) que j’ai eu l’occasion d’avaliser.

A lire, donc ! Et le magazine ne coûte que 3.60€ ! 😉

Share

Reportage RTBF sur les régimes “nouvelle génération”

Capture d’écran 2016-03-09 à 21.09.11

Reportage de la RTBF, réalisé par Pascale Bollekens, pour le Journal télévisé de 19h30 (09/03/2016), sur les régimes “nouvelle génération” : vegan, paléolithique et jeûne intermittent. J’y parle de l’alimentation paléo…

Bon, il ne reste que quelques dizaines de secondes de ce que j’ai dit à la base, mais je suis content qu’ils aient gardé ce qui, pour moi, est l’essentiel : manger “paléo”, c’est à nouveau savoir ce que l’on mange, c’est manger des “vrais” aliments, qui existent vraiment dans la nature. Nos ancêtres savaient ce qu’ils mangeaient, parce qu’ils le chassaient, le cueillaient et le “cuisinaient” eux-mêmes. Notre société industrielle a tellement délégué la production et la transformation de la nourriture à l’industrie et la grande distribution que, bien souvent, nous ne savons plus ce que nous mangeons (comme le cheval dans les lasagnes). Manger paléo, c’est reprendre son alimentation en main !

Et juste pour répondre à l’argument de l’espérance de vie de nos ancêtres du paléolithique : l’espérance de vie était la même au Paléolithique et… au 18ème siècle !! 25 ans… Donc, aucun lien avec l’alimentation…. Et bien sûr, ça ne voulait pas dire que certains ne vivaient pas très vieux (Louis XIV est mort à 77 ans). Mais près d’un enfant sur trois mourait avant d’atteindre 1 an, faisant chuter l’espérance de vie….

Voir le reportage sur le site de la RTBF

Share

Parution : Néo Santé, n°54, mars 2016

Photo 8-03-16 15 38 40

Nouvelle parution : “Les brûlures à l’estomac, Néo Santé, n°54, mars 2016, p. 32. On estime que 60 millions de personnes souffrent au moins une fois par mois de brûlures d’estomac; 25 millions en souffriraient quotidiennement. Les remontées acides sont les formes les plus répandues de reflux gastro-oesophagiens. Et contrairement à ce que l’on croit, elles ne découlent pas d’un excès d’acidité gastrique, mais plutôt d’une pression abdominale trop grande, souvent causée par un taux trop bas d’acidité, provoquant une prolifération bactérienne, dont Helicobacter Pylori. L’alimentation est certainement un élément fondamental pour prévenir de ces troubles gastriques. L’article du mois prochain ira plus loin, avec une analyse des ulcères.

Share