Parution : Néo Santé, n°53, février 2016

Photo 4-02-16 08 46 12

Nouvelle parution : “L’alimentation et les enfants (III), Néo Santé, n°53, février 2016, p. 32. Troisième volet de ma série sur l’alimentation paléo pour les enfants. Cet article se veut plus pratique que les deux précédents, en proposant quelques “trucs”, comme le fait d’impliquer les enfants dans cette alimentation. J’y propose également une recette de “muffins” paléos qui peuvent se décliner en de très nombreuses versions, selon les goûts de chaque enfant. Et je termine sur la question des lunchs à l’école : que peut-on mettre dans leurs boîtes ? Retenez en tout cas qu’améliorer la qualité de l’alimentation de vos enfants est plus aisé qu’il n’y paraît, et que le cadre familial est le lieu privilégier pour inculquer de bonnes pratiques…

Share

Parution : Néo Santé, n°52, janvier 2016

Photo 5-01-16 09 25 18

Nouvelle parution : “L’alimentation et les enfants (II), Néo Santé, n°52, janvier 2016, p. 32. Deuxième volet de la série sur l’alimentation paléo pour les enfants. L’industrie agro-alimentaire a imposé les produits céréaliers comme base de notre alimentation, au point qu’il est difficile d’imaginer un petit-déjeuner pour enfants sans céréales. Elles sont pourtant loin d’être indispensables et elles peuvent être avantageusement remplacées. La plupart des aliments présents dans une alimentation paléo sont plus riches que les céréales en micro-nutriments. L’article se termine sur le rôle du Zinc, dont une déficience peut produire une altération du goût, au point que l’enfant ne veuille plus rien manger…

Share

Parution : Néo Santé, n°51, décembre 2015

Photo 8-12-15 15 49 26

Nouvelle parution : “L’alimentation et les enfants (I), Néo Santé, n°51, décembre 2015, p. 32. Les études montrent que la génération de nos enfants connaît des taux plus élevés d’allergies alimentaires, d’obésité, de problèmes de comportement et de maladies auto-immunes que les générations précédentes. Du coup, beaucoup de parents se posent cette question : est-ce que les enfants peuvent, eux aussi, “manger paléo” ? C’est ce à quoi j’essaie de répondre dans ce premier volet d’une série de trois articles sur l’alimentation paléo pour les enfants…

Share

Parution : Néo Santé, n°50, novembre 2015

Photo 3-12-15 11 16 24

Nouvelle parution : “Avantages et inconvénients de la cuisson (II), Néo Santé, n°50, novembre 2015, p. 32. Deuxième volet consacré à la cuisson : quel impact de la cuisson sur la nature des protéines ? Et quelles étaient les techniques de cuisson utilisées par nos ancêtres ? La cuisson lente et basse température semble avoir été privilégiée depuis toujours, et cela s’explique par la préservation des nutriments qu’elle permet…

Share

Parution : Néo Santé, n°49, octobre 2015

Photo 2-12-15 18 47 41

Nouvelle parution : “Avantages et inconvénients de la cuisson, Néo Santé, n°49, octobre 2015, p. 32. Parmi les questions courantes concernant l’alimentation paléolithique, il y a celle de savoir si cela consiste à “manger cru”. Derrière la question parfois un peu moqueuse, il y a une question plus intéressante sur l’intérêt de manger les aliments tels qu’ils se présentent dans la nature, ou de les transformer en partie. Cet article fait le point sur les avantages et les inconvénients des différentes formes de cuisson.

Share

Parution : Néo Santé, n°48, septembre 2015

Photo 2-12-15 18 44 50

Nouvelle parution : “Alimentation et maladies mentales, Néo Santé, n°48, septembre 2015, p. 32. Deuxième volet de la série sur les liens entre l’alimentation et les maladies mentales. Les inflammations intestinales et les troubles du système immunitaire peuvent être la cause de maladies mentales comme la schizophrénie, c’est ce dont j’ai parlé le mois passé. L’article du mois de septembre aborde les troubles du déficit de l’attention, l’hyperactivité et les troubles du spectre autistique.

Share

Parution : Néo Santé, n°46, juin 2015

Photo 9-06-15 08 45 59

Nouvelle parution : “Pourquoi craque-t-on ?, Néo Santé, n°46, juin 2015, p. 32. Si vous êtes un lecteur ou une lectrice assidu(e) de Néo Santé, vous mangez probablement assez sainement. Que ce soit “paléo” ou pas, vous faites probablement relativement attention à ce que vous mangez, en qualité et en quantité… Mais n’avez vous jamais “craqué” pour un aliment qui ne cadre pas du tout avec votre régime alimentaire ? Vous voyez, ces envies un peu incontrôlables ? Que nous disent-elles sur notre manière de nous alimenter ? Et comment les aborder ? Le sujet est extrêmement intéressant, parce qu’il se situe à l’intersection entre nos réels besoins physiologiques, nos envies émotionnelles et nos habitudes culturelles. Entre le biologique, le psychologique et le social. Et dans un jeu complexe d’allers-retours entre ces trois niveaux.

 

Share

Parution : Néo Santé, n°45, mai 2015

Photo 12-05-15 11 20 01

Nouvelle parution : “Feu vert pour les jus verts”, Néo Santé, n°45, mai 2015, p. 38. Parmi les tendances actuelles en matière d’alimentation, les “jus vert” et les “smoothies” ont plutôt la cote. Les jus sont produits par extraction (du liquide et des nutriments), ce qui met les fibres de côté. Les smoothies, par contre, contiennent l’entièreté du fruit ou du légume, que l’on mixe, avec les fibres, ce qui les rend beaucoup plus intéressants. Bien sûr nos ancêtres chasseurs-cueilleurs n’avaient pas les outils pour mixer leurs fruits et légumes, mais ces smoothies permettent un apport en micronutriments qui nous rapprocherait davantage de celui de nos ancêtres. C’est cet apport que vous décrivons dans l’article…

Merci à Audrey Sersté, qui est venue donner une conférence sur les jus verts à CrossFit Nivelles le mois dernier. Je vous conseille fortement d’aller faire un tour sur son blog, et de la suivre sur les différentes réseaux sociaux !

Photo 28-03-15 16 33 57

Share

Parution : Néo Santé, n°44, avril 2015

Photo 15-04-15 10 31 07

Nouvelle parution : “Quel sel est le plus sain ?“, Néo Santé, n°44, avril 2015, p. 38. L’article du mois précédent traitait de la question du sel : peut-on saler ses aliments dans le cadre d’une alimentation “paléo”, en quelle quantité, et avec quel impact sur la santé ? Intéressons-nous maintenant au type de sel concerné, parmi la multitude de sels proposés en commerce : sel de mer, fleur de sel, gros sel, sel d’Himalaya, etc. Quelles sont les différences entre ces sels, et y a-t-il des choix plus judicieux à faire en terme de santé ?

 

Share

Parution : Néo Santé, n°43, mars 2015

Photo 9-03-15 17 45 36

Nouvelle parution : “La question du sel”, Néo Santé, n°43, mars 2015, p. 38. Parmi les questions qui me sont régulièrement posées concernant l’alimentation paléolithique, il y a bien évidemment celle du sel : peut-on saler ses aliments, ses plats, lorsqu’on mange “paléo” ? Une fois de plus, la réponse n’est pas si facile et la clé vers la santé se situe probablement entre les excès de l’industrie alimentaire et un ascétisme qui ne correspondrait ni à nos conditions historiques de vie sur Terre, ni à nos besoins physiologiques. L’article qui paraîtra en avril 2015 traitera du type de sel à utiliser : sel d’Himalaya, fleur de sel, sel gris, etc.

Share