Parution : Néo Santé, n°67, mai 2017

Photo 9-05-17 08 54 31

Nouvelle parution : “Commet prévenir les calculs rénaux ?”, Néo Santé, n°67, mai 2017, p.24. Voilà un trouble de santé auquel on ne pense pas nécessairement lorsqu’on parle des maladies qui augmentent dans nos sociétés industrialisées. Il a pourtant doublé ces 15 dernières années, au point qu’on estime qu’aux Etats-Unis, une personne sur quinze connaîtra une expérience (douloureuse !) de pierres aux reins. On sait évidemment qu’il faut réduire le sel et bien s’hydrater. Mais d’autres causes peuvent intervenir : manque de magnésium, régime cétogène, et déséquilibre entre vitamine D et vitamines A et K2. Au niveau de la vitamine D, le soleil pourrait jouer un rôle : plus on descend vers des latitudes ensoleillées, plus le risque augmente. Mais cela est-il dû uniquement à la déshydratation liée à la chaleur ? Le point sur la question dans l’article…

Share

Parution : Néo Santé, n°66, avril 2017

Photo 4-04-17 12 02 15

Nouvelle parution : “Jeûner pour doper le cerveau”, Néo Santé, n°66, avril 2017, p.24. Si vous avez déjà testé le jeûne, vous avez peut-être ressenti cette impression d’être plus alerte ? Cela pourrait se justifier au niveau cérébral et trouver son origine sans nos pratiques de chasse ! A lire dans Néo Santé…

Share

Parution : Néo Santé, n°65, mars 2017

Photo 4-04-17 12 01 48

Nouvelle parution : “La détox est en nous”, Néo Santé, n°65, mars 2017, p.24. Comment favoriser les mécanismes naturels de notre corps pour éliminer les toxines, sans boisson “miracle” 😉 Dans la “detox”, notre foie est l’organe majeur et son plus grand allié est le glutathion, dont la production est favorisée par les aliments comme les végétaux à feuilles vertes, les crucifères, le jaune d’oeuf, etc… A lire dans Néo Santé.

Share

Parution : Néo Santé, n°64, février 2017

Photo 7-02-17 12 01 59

Nouvelle parution : “Gros plan sur les boissons énergisantes”, Néo Santé, n°64, février 2017, p.24.” : Explication du fonctionnement de la caféine, et comparaison du café, du thé et du guarana. Et puis le point également sur les boissons énergisantes “sans sucre”, mais qui l’ont remplacé par le Sucralose (qui contribue tout autant à la prise de poids, et à l’hyperinsulinémie). Quant à la taurine ou au ginseng, rien de très concluant au niveau des recherches, par rapport à un gain d’énergie ou à une amélioration des performances…

Share

Parution : Néo Santé, n°63, janvier 2017

 

Photo 6-01-17 08 55 54Nouvelle parution : “Alimentation et sexualité (II)”, Néo Santé, n°63, janvier 2017, p.24. Deuxième volet relatif au lien entre alimentation et sexualité. Oubliez le mythe des aliments aphrodisiaques le grand soir venu, et privilégiez au quotidien, une alimentation qui favorise les fonctions sexuelles. Si nous sommes là pour en parler, c’est que durant des millions d’années, nos ancêtres ne s’en sont pas trop mal sortis. Une alimentation saine et une activité physique régulière sont les clés ! 😉 Explication dans l’article…

Share

Parution : Néo Santé, n°62, décembre 2016

photo-6-12-16-15-39-49

Nouvelle parution : “Alimentation et sexualité (I)”, Néo Santé, n°62, décembre 2016, p. 32. Pourquoi parler de sexualité dans une rubrique paléonutrition ? Une sexualité épanouie et satisfaisante est, en règle générale, le signe d’une bonne santé. Et inversement, les maladies couramment associés à l’alimentation moderne industrielle perturbent le fonctionnement sexuel. Stress, fatigue, obésité, diabète, hypertension, problèmes thyroïdiens, etc., sont autant de perturbateurs des fonctions sexuelles : libido, érection et autres fonction sexuelles. A lire dans Néo Santé…

Share

Parution : Néo Santé, n°61, novembre 2016

photo-8-11-16-16-48-08

Nouvelle parution : “Que boire après l’effort ?”, Néo Santé, n°61, novembre 2016, p. 32. Troisième volet de la série sur l’hydratation. Les deux premiers abordaient la question de la soif, meilleure indicateur – naturel – de notre besoin de boire. Mais que boire, en particulier après l’effort ? Vous pouvez mettre de côté les boissons dites “sportives”, du type Gatorade, Aquarius, etc., très chargées en sucre et pauvres en électrolytes. Privilégiez l’eau de coco.

Vous avez des crampes ? Essayez le jus des pickles (cornichons, etc.) : un vrai miracle !

Quant à l’eau, privilégiez une eau légèrement acide, mais au pouvoir alcalinisant, dû aux bicarbonates.

Share

Parution : Néo Santé, n°60, octobre 2016

photo-6-10-16-15-27-03

Nouvelle parution : “L’hydratation des sportifs”, Néo Santé, n°60, octobre 2016, p. 32. Le mois dernier, je disais que la sensation de soif demeure le meilleur indicateur de la nécessité de boire. Ce mois-ci, je montre que cela reste vrai lorsqu’on pratique un sport, et que les marques de boissons sportives ont construit les risques de déshydratation comme un véritable argument de vente, au risque de produire des cas d’hyponatrémie, c’est-à-dire un taux trop bas de sodium dans le sang, dû à une sur-hydratation.

Pour celles et ceux qui connaissent, c’est un peu le combat de CrossFit contre les boissons dites “sportives”, comme Gatorade, qui ont infiltré toutes les instances du sport…

Share

Parution : Néo Santé, n°59, septembre 2016

Photo 2-09-16 08 40 32

Nouvelle parution : “Comment s’hydrater ?”, Néo Santé, n°59, septembre 2016, p. 32. Sur son site, Evian donne des “astuces hydratation” : “Le matin, ouvrez une bouteille d’1,5 litre et buvez-la tout au long de la journée“. De son côté, Vittel conseille d’amener une bouteille d’1 litre au travail. Aux Etats-Unis, la formule consacrée est le “8 x 8” : 8 x 8 ounces d’eau par jour.

Le problème est que la communauté scientifique est beaucoup moins convaincue que les marques d’eau en bouteilles. En fait, lorsque des chercheurs se penchent sur la question, ils découvrent qu’il n’y a aucune preuve de la nécessité de boire 1,5 à 2 litres d’eau par jour.

Bien sûr, il faut boire de l’eau. Et l’eau est le meilleur des liquides à boire. Mais s’astreindre à boire au-delà de sa soif n’a pas de sens.

Notre corps a tout un ensemble de mécanismes nous indiquant quand nous devons boire. Nous nous y sommes fiés tout au long de notre évolution. Autrement dit : laissez la soif être votre guide ! Et là-dessus, les scientifiques sont assez unanimes.

Les seuls cas où il faudrait se forcer à boire seraient en cas de maladie, ou à partir d’un âge où le mécanisme de la soif n’agit plus correctement.

Suite à lire dans Néo Santé…

En fait, cet article est assez proche de ce que j’avais écrit sur l’industrie du sucre : entre les recommandations proposées par l’industrie et ce que l’on sait scientifiquement, il y a généralement un immense fossé, qui s’appelle la surconsommation !

Share

Autosuffisance alimentaire et conservation

13882647_1771669436382656_1243326120214505541_n

En fait, la difficulté principale de l’autosuffisance alimentaire n’est pas de produire assez, mais plutôt d’arriver à conserver. A cette saison-ci de l’année, un potager, même de taille moyenne, produit bien plus que ce qu’une famille de quatre personnes peut manger comme légumes. Tout l’enjeu est d’arriver à conserver les surplus maintenant pour avoir à manger en hiver, lorsque le jardin produit beaucoup moins…

(C’est d’ailleurs ça qui explique la place des céréales dans l’Histoire de nos sociétés : les céréales sont ce qui se conserve le plus facilement, en grande quantité, sans congélation, sans conserve, etc. Du coup, certains en ont conservé plus que d’autres, les céréales sont devenues une forme de richesse, à la base des premières divisions en classes sociales. Par rapport à la période paléolithique – où on ne les cultivait pas – les céréales ont représenté à la fois un appauvrissement de la qualité nutritive de notre alimentation, et l’émergence des inégalités sociales, que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs ne connaissaient pratiquement pas. Il faut lire “The Worst Mistake in the History of the Human Race“, de Jared Diamond, disponible en ligne…)

Bref, quelles sont vos méthodes de conservation ? Congélation ? Saumures ? Conserves faites maison ? Séchage ? Si vous avez des conseils, n’hésitez pas ! 😉

Share