L’empowerment dans notre cuisine

We have handed the act of cooking over to the food industry” (Mark Hyman, MD) > > > C’est exactement ce que j’ai appelé le fait de “déléguer” à l’industrie alimentaire le soin (le pouvoir) de nous nourrir…

Il faut reprendre ce pouvoir, cette capacité. Il faut reprendre notre alimentation en main. Et ça, ça relève d’une logique d’ “empowerment”.

Ca passe par le fait d’être capable de produire ses propres aliments (#Growyourownfood), de pouvoir compter sur un réseau de petits producteurs locaux (#Localisme) et d’être capable de préparer ses propres aliments (#Makeyourownfood).

C’est pour cela que l’alimentation a une place super importante dans ce que j’écris à propos des processus d’empowerment, à côté des dimensions politiques et entrepreneuriales.

C’est souvent au niveau de l’alimentation que l’opposition entre Empowerment (reprise d’un pouvoir) et délégation est la plus évidente.

[Pour aller plus loin] :

Quelques infos sur ce livre sur l’Empowerment ? Ca avance, ça avance 😉 Je dois boucler une très grosse partie sur la politique, qui ira d’Aristote aux communs d’Elinor Ostrom, en passant par la participation citoyenne et le “Skin in the game” Nassim Nicholas Taleb. Une fois que ce chapitre sera bouclé, le plus gros sera fait 😉

 

Adoption du Nutri-score par la Belgique

“Reprendre en main son alimentation”, c’est refuser de “déléguer” son alimentation (et par là sa santé) aux personnes ou aux instances qui décident, pour nous, ce que nous devrions manger : les géants de l’industrie alimentaire, la grande distribution… et les politiques.

Exemple avec le Nutri-score, initialement mis en place en France en 2016, et adopté par la Belgique le 2 avril 2019.

Ce “score” est censé aider les consommateurs à faire des choix alimentaires plus sains, et par là, à lutter contre les maladies cardiovasculaires, l’obésité et le diabète.

Chaque produit alimentaire se voit attribuer une lettre allant de “A” (aliment à favoriser) à “E” (aliment à limiter).

Très bien… Sauf que des frites surgelées ou du Coca Light se retrouvent avec de très bonnes notes (respectivement “A” et “B”), alors que des filets de maquereaux se voient attribuer un très mauvais “D”.

Comparons 2 repas, pour lesquels j’ai collecté les aliments sur le site de l’enseigne Colruyt, en Belgique.

#1 Repas “Junk Food”, dont on sait que c’est le “meilleur” régime pour développer des maladies cardiovasculaires, du diabète, de l’obésité.

  • Frites surgelées : A
  • Pain Hamburger : B
  • Hamburger : D
  • Coca light : B

 

#2 Repas d’inspiration “méditerranéenne”, dont on sait que c’est un des meilleurs régimes pour diminuer les risques cardiovasculaires et le diabète.

Continue reading Adoption du Nutri-score par la Belgique

Podcast #009 : Agir grâce à la notion d’Empowerment ! (nutrition, sport, emploi, transition…)

Un podcast moins théorique, et plus en mode développement personnel. Et c’est tout l’intérêt de la notion d’Empowerment : quelle que soit la situation, ça pousse à agir ! Du coup, c’est intéressant en coaching (sportif, alimentaire, etc.), comme pour des mouvements citoyens, des groupes en transition, etc.

Pour pousser la réflexion plus loin : Si derrière la notion d’Empowerment, il y a l’idée qu’on n’a pas le temps d’attendre que “les choses” changent, et que le plus rapide est de reprendre soi-même (ou nous-mêmes) en main les choses sur lesquelles on a une emprise, est-ce que ce n’est pas une réponse à l’URGENCE de la situation (urgence climatique, urgence politique, urgence économique, etc…). Qu’en pensez-vous ?
 
Le podcast est disponible sur :
 
🔊 iTunes : https://goo.gl/xA9SmC
🔊 Soundcloud : https://goo.gl/ZuD8h9
🔊 Castbox : https://goo.gl/q7U8id
 
⏱️ Durée : 17 minutes
 
Et si vous préférez une version texte, elle est ici 😉
 
Bonne écoute ! 😉 Et n’hésitez pas à partager à toutes celles et ceux que ça pourrait intéresser ! Merci !!!

Conférence : CrossFit & Nutrition. Les bases d’une alimentation saine et performante

Le 2 février (20h), j’aurai la chance de parler de nutrition à Reebok Crossfit Brussels ! Une conférence qui portera sur les bases de l’alimentation (protéines, lipides, glucides, micronutriments) et de notre métabolisme.
Le but est que chacun puisse y voir plus clair, et soit capable de reprendre en main son alimentation au quotidien.

Que l’on pratique le CrossFit pour des raisons de santé ou dans une but de performances, la nutrition est la clé ! j’essaierai d’être le plus concret possible !

Adresse : Rue du Bourdon, 100. 1180 Uccle
Entrée : Membre RCFB : gratuit / Autres : 7€
Evénement Facebook : https://tinyurl.com/ycway5ya (Inscrivez-vous pour qu’on ait une idée du nombre de chaises !)

On se voit le 2 février ? 😉 Et si vous avez des questions spécifiques, n’hésitez pas à les poster en commentaire ci-dessous !!

Brève réflexion sur notre désappropriation alimentaire

gardening

Dans une perspective historique, ça ne fait pas très longtemps que notre alimentation s’est dégradée. Nos grands-parents ou arrières-grands-parents étaient, pour l’essentiel, capables de se nourrir par eux-mêmes : un potager, des poules, des lapins, quelques bêtes (souvent un cochon), des produits issus des fermes locales, de saison, pas de pesticides, etc. Ils mangeaient comme pas mal de gens voudraient arriver à re-manger actuellement.

Ce n’est qu’à la fin des années ’50 qu’on a commencé à se dire qu’on pourrait à la fois se décharger de la production de notre alimentation, et se libérer des contraintes de la nature, en déléguant toute notre alimentation à une minorité de producteurs, qui produiraient n’importe quel aliment, n’importe où, à n’importe quel moment de l’année, pour tout le monde. Et on s’est dit que c’était normal d’acheter des tomates cultivées en serres, à 3000 km, qui auront pris l’avion avant d’arriver dans nos assiettes en plein hiver… Toute la société a participé à cette erreur : producteurs, consommateurs, agriculteurs, distributeurs, vendeurs, industriels. Parce que c’était moderne, parce que c’était pratique, parce que c’était une belle promesse, parce que ça rapportait de l’argent. Mais toute un ensemble de maladies liées à l’alimentation ont grimpé en flèche, les terres agricoles se sont appauvries, la planète s’est réchauffée, et il y a un milliard d’êtres humains qui souffrent de malnutrition.

Mais 70 ans, c’est une toute petite erreur à l’échelle de notre Histoire. Si on fait le calcul depuis les premières sociétés sédentarisées (donc depuis qu’on n’est plus chasseurs-cueilleurs), ça fait moins d’1% de notre histoire ! En gros, c’est comme rater une sortie d’autoroute lorsqu’on part en vacances, c’est moins de 5 minutes sur un trajet de 8 heures ! C’est quoi 5 minutes ? Il est facile de retrouver la bonne route – elle n’est qu’à quelques minutes derrière nous ! – et ça n’a pas d’impact majeur sur le trajet…

… Bien sûr, c’est dans le cas où on se rend compte assez tôt qu’on fait fausse route, et qu’on cherche à retrouver le bon chemin. Si on s’obstine à poursuivre sur la route qu’on a prise en se trompant de sortie, les conséquences risquent d’être plus graves, et on arrivera moins vite, plus difficilement, ou pas du tout à destination…

Si vous voulez aller plus moi, cette réflexion rejoint ces 2 chapitres du livre en cours d’écriture :
Reprendre en main son alimentation et sa santé
Fuck this shit !! I’m gonna eat my own food !!

Vidéo de ma conférence à l’ONS – Juin 2016

Capture d’écran 2016-07-07 à 19.32.02

Colloque annuel de l’Observatoire National de la Sophrologie. Thème : “La sophrologie dans notre assiette : l’alimentation au coeur du biologique, du psychologique et du social“.

J’ai eu la chance d’être invité au colloque annuel de l’Observatoire National de la Sophrologie, pour intervenir sur l’alimentation dans notre société, en me focalisant sur l’idée d'”empowerment”, c’est-à-dire la réappropriation, par les individus et par les collectivités, de leur alimentation.

Et j’ai essayé de réinscrire ces mouvements liés à l’alimentation dans les mouvements sociaux émergents, comme je le fais souvent…

Cette conférence reprend :

J’y développe aussi 3 idées spécifiques. Se réapproprier son alimentation, c’est :

  • se reconnecter avec ce qui fait de nous des humains (« Cooking made us humans ») (16:34)
  • s’affirmer comme « adultes » (au sens de Kant) (17:54)
  • jouer pleinement notre rôle de citoyens. (20:11)

Et j’essaie d’être davantage visuel sur la métaphore du bateau qui coule et des logiques d’action qui en découlent, que l’on peut retrouver en matière d’alimentation, mais aussi en politique, ou dans le monde du travail… (9:50)

Merci de la partager et de la commenter, si elle vous intéresse ! 😉

De ce colloque, seule ma conférence est en accès public, les autres sont réservées aux membres de l’Observatoire national de la Sophrologie. Si vous êtes sophrologues ou intéressé(e)s par la sophrologie, je vous conseille vivement de vous faire membre de cet observatoire, non seulement pour avoir accès à l’ensemble des conférences du colloque, mais aussi pour bénéficier de l’ensemble des avantages des membres et aider au développement de la sophrologie.

Parmi les conférences, je vous conseille en particulier celle de Marie-Andrée Auquier, médecin, sophrologue, qui a fait une conférence sur l’intérêt, pour le sophrologue, d’aborder l’alimentation. Elle y présente des séances types, qui aident la personne à reprendre son alimentation en main, mais aussi de prendre conscience de son microbiote, ces milliards de bactéries qui jouent un rôle central dans notre alimentation et notre santé. Il y avait beaucoup de liens avec mon intervention. Sa conférence était fascinante !

Pour s’inscrire à l’ONS, c’est par ici ! Et toutes les infos sur l’ONS sont sur leur site : http://www.observatoire-sophrologie.fr/