Leçon d’Empowerment

70a58da21edc4e79835f8008d8abdb1a

Marcus (mon fils, bientôt 3 ans, en trottinette): “C’est ma trottinette qui veut aller à droite !

Moi : “C’est pas la trottinette qui décide où tu vas ! C’est toi qui décides où va la trottinette !

- Je pense que c’était sa première leçon d’”Empowerment” -

Marcus : “Oui, c’est moi qui décide parce que j’ai une bouche; la trottinette, elle n’a pas de bouche…”

- Bonne constatation ! Le processus d’”Empowerment” passe certainement par une prise de parole -

Photo : ONG “Skateistan qui fait du “Youth Empowerment” par le Skateboard en Afghanistan et au Cambodge… Aller jeter un coup d’oeil sur leur site !

Share

“Why I Hate School But Love Education” – Spoken Word, by Suli Breaks

Tellement de choses intéressantes dans ce Spoken Word (les prémisses du hip-hop !) par Suli Breaks ! Deux phrases à retenir ?

  • “Education is about inspiring ones mind not just filling their head” (L’éducation consiste à inspirer les esprits, pas juste à remplir les têtes)
  • “if you don’t build your dream, someone else will hire you to help build theirs”. (Si tu ne construis pas ton rêve, quelqu’un d’autre t’engagera pour l’aider à construire les siens)

Texte complet : 

So you want to get a degree, why? Let me tell you what society would tell you, increases your chances of getting a job, provides you with an opportunity to be successful, your life will be a lot less stressful, education is the key. Now, let me tell you what your parents would tell you, make me proud, increases your chances of getting a job, provides you with an opportunity to be successful, your life will be a lot less stressful, education is the key.

Now let’s look at the statistics, Steve Jobs’ net worth $7 billion R.I.P; Richard Branson net worth $4.2 billion; Oprah Winfrey net worth $2.7 billion; Mark Zuckerberg, Henry Ford, Steven Spielberg, Bill Gates now here comes the coup, the grace.

Looking at these individuals, what’s your conclusion? Neither of them in being successful ever graduated from a higher learning institution, now some of you would protest like, you know money is only the medium by which one measures worldly success, some of you even have the nerve to say, I don’t do it for the money, so what are studying for? To work for a charity, need more clarity?

Let’s look at the statistics, Jesus, Muhammed (inaudible) Socrates, Malcolm X, Mother Teresa, Spielberg, Shakespeare, Beethoven, Jesse Owens, Muhammad Ali, Sean Carter, Michael Jeffrey Jordan, Michael Joseph Jackson were either of these people unsuccessful or uneducated?

All I’m saying is that if there was a family tree, hard work and education would be related, but school would probably be a distant cousin. If education is the key, then school is the lock. Because it really ever develops your mind to the point where it can perceive red as green and continue to go when someone else said stop, because as long as you follow the rules and pass the exams, you’re cool. But are you aware that examiners have a checklist? And if your answer is something outside of the box, the automatic response is a cross, and then they claim that school expands your horizons and your visions. Well, tell that to Malcolm X, who dropped out of school and is world renowned for what he learned in a prison.

Proverbs 17:16, It does a fool no good to spend money on education, why? Because he has no common sense, George Bush need I say more. “Education is about inspiring ones mind not just filling their head”. And take this from me, because I’m a educated man myself, who only came to this realization after countless nights in the library with a can of Red Bull keeping me awake till doing in another can in the morn, falling asleep in between paws of books which probably equates the same amount I’ve spent on my rent, memorize equations, facts and dates, write it down to the letter, half of which I’d never remember, and half of which I forget straight after the exam, and before the start of the next semester, asking anyone if they had notes for the last lecture? I often found myself running to class, just so I could find the spot on which I could rest my head and fall asleep without making a scene, ironic because that’s the only time I ever spent in university of chasing my dreams.

And then after nights with a dead-mind; identifying myself in the queue of half awake student zombies waiting to hand in an assignment, maybe that’s why they call it a dead line. And then after three years of mental suppression and frustration, my proud mother didn’t even turn up to my graduation.

Now I’m not saying that school is evil, and there’s nothing to gain, but all I’m saying is, understand your morals and reassess your aims, because if you want a job working for someone else, then help yourself. But then that would be a contradiction, because you wouldn’t have really be helping yourself, you’ll be helping somebody else; there’s a saying, which says: “if you don’t build your dream, someone else will hire you to help build theirs”.

Redefine, how you view education. Understand its true meaning. Education is not just about regurgitating facts from a book on someone else’s opinion on a subject to pass an exam. Look at it, Picasso was educated in creating art; Shakespeare was educated in the art of [word] that was written. Colonel Harland Sanders was educated in the art of creating Kentucky Fried Chicken.

I once saw David Beckham take a free kick, I watched as the side of his Adidas sponsored boot hit the playing level of ball at angle which caused it to travel towards the skies as though it was destined for the heavens. And then as he reached the peak of his momentum, as though he changed its mind, and switched directions, I watched as the goalkeeper froze, as though he recited to himself to lose the physics, and as though his brain was negotiating with his eyes that was indeed witnessing the spectacle of the level swung that was [sweeping] towards it, and then reacted.

But only a fraction of a millisecond too late, and before the net of the goal embrace the fee for sponsored ballers, as there was the prodigal son returning home and the country that I live in erupted into cheers. I look to the play, and [forth], damn. Looking at David Beckham is more than one way in this world to be an educated man.

Source : LYBIO.net

Share

Relire Marcuse et Debord aujourd’hui…

marcuse

Sérendipité /se.ʁɑ̃.di.pi.te/ féminin : le fait de trouver quelque chose par hasard. Le terme provient d’un conte traditionnel persan “Les Trois Princes de Serendip” de Horace Walpole (1754) dans lequel les héros étaient tout le temps en train de trouver par accident ce qu’ils ne recherchaient pas.

Robert K. Merton, dans “The Travels and Adventures of Serendipity: A Study in Sociological Semantics and the Sociology of Science“, précise que la sérendipité est “l’observation surprenante suivie d’une induction correcte“.

J’ai toujours eu l’impression que la sérendipité pouvait rejoindre une sorte d’instincto-thérapie dans nos choix de lecture. On se laisse guider par des choix de livres qui ont souvent un intérêt intellectuel, sur le moment même, comme si intellectuellement, on savait qu’on avait besoin de ça maintenant.

C’est comme ça que tout dernièrement, ma main s’est posée sur deux ouvrages que j’ai dans ma bibliothèque depuis plus de 10 ans : “La Société du Spectacle” (1967), de Guy Debord, et “Vers la Libération” (1969) d’Herbert Marcuse

Qui lit encore ces deux auteurs actuellement ?

… Et pourtant ! La relecture de ces deux auteurs pourrait susciter de nouvelles questions, à l’aune de la société actuelle. Et surtout susciter de nouvelles prises de position dans le champ actuel de la contestation…

L’oeuvre de Marcuse constitue, pour moi, une des meilleurs critiques de la société de consommation et de l’aliénation qui en résulte. Beaucoup de constats qu’il pose en 1969 sont encore pertinents actuellement. Tout se passe comme si la société qu’il décrit à cette époque n’avait fait que s’exacerber au fil des décennies. Sa critique n’est en que plus précieuse à l’heure actuelle. Du coup, c’est comme si on devait arriver à faire actuellement ce qu’on n’était pas arrivés à faire en 1968 et dans les années suivantes. Peut-être était-ce trop tôt en 1968 ?

Marcuse décrit une société dans laquelle l’Etat et l’économie forment un même système aliénant. “La loi de l’offre et de la demande établit une harmonie entre les dirigeants et les dirigés” (p.24), “l’exploitation et la domination ne sont plus ressenties comme pénibles, elles sont ‘compensées’ par un niveau de confort jamais égalé” (p.25).

GuyDebordDepuis les années ’60, l’espace politique s’est polarisé entre une Gauche et une Droite, entre l’Etat et les marchés. Et si on nous dit que cette opposition Gauche-Droite n’est plus valide aujourd’hui, c’est probablement parce qu’elle ne fut jamais que fictive. D’où l’intérêt de revenir à des analyses, comme celle de Guy Debord, qui nous décrivent l’”Etat moderne” comme l’”organe de la domination de classe” (p.27). Descendante du Bonapartisme, la bureaucratie étatique moderne, nous dit Debord, représente “la fusion du Capital et de l’Etat“. C’est “la constitution d’un pouvoir national du capital sur le travail, d’une force publique organisée pour l’asservissement social” (p.81).

Mais comment contester puisqu’aujourd’hui encore, comme l’observait à l’époque Marcuse, la frustration et l’agressivité des plus révoltés n’engendrent pas une révolution, mais au contraire le renforcement du système (p.24). Dans les quartiers les plus dominés et appauvris, toute expression de la frustration et de la colère se voit répondre par un renforcement de la domination qu’ils dénoncent. “Chaque barricade, chaque voiture incendiée, a fourni au parti gaulliste des dizaines de milliers de voix” (p.93), écrivait Marcuse… en 1969 !! 36 ans avant les émeutes de 2005 en banlieues parisiennes qui verront Sarkozy être élu dans la foulée…

Faut-il se résigner ? Au contraire, dit Marcuse : “l’opposition radicale se heurte inévitablement à la défaite de son action directe et extra-parlementaire, de sa désobéissance civile; mais, dans certaines situations, elle doit prendre le risque de cette défaite” (p.93). Marcuse ne croyait pas dans la démocratie capitaliste. Selon lui, les Marcuse2droits et libertés qu’elle a engendrés sont uniquement conformes aux intérêts capitalistes et les déviations sont aisément “endiguées” (p.88). La démocratie capitaliste de masse, rajoute-t-il, est peut-être plus apte à se perpétuer qu’aucune autre forme de gouvernement ou de société. Cela en s’appuyant d’une part sur l’opulence, et d’autre part sur “la volonté générale d’une population opprimée et administrée” (p.91).

Pour Marcuse, l’enjeu principal d’une libération semblait être la capacité à unifier le facteur objectif de la révolution, à savoir la classe ouvrière et les populations ghettoisées, et le facteur subjectif représenté par la jeune intelligentsia contestatrice, issue des classes moyennes. Mais aujourd’hui, comme à l’époque, le fossé paraît immense : “le rejet absolu de la société existante et de tout son système de valeurs est masqué par l’évidente différence de classe” (p.81).

Mais comme cette unification ne s’est jamais faite, laissant derrière mai ’68 un Etat et un capitalisme toujours plus puissants, je crois que la question n’est plus de savoir si la révolution doit venir des ghettos (des banlieues ?) ou de la jeune intelligentsia (sous forme des Indignés, des objecteurs de croissance, des alter-mondialistes, etc.). Elle doit venir de la RUE (au sens le plus hip-hop du terme, du Do It Yourself et de la MixTape Mentality), ce qui signifie que ça doit venir d’un espace non-institutionnel : hors des formes étatiques, ou des partis politiques, ou des universités.

Peut-être précisément parce qu’à l’heure actuelle, les luttes pour la liberté et l’émancipation devraient être davantage orientées contre l’ultra-réglementation qui nous enferme, plutôt que contre les oppressions traditionnelles.  En semblant lutter contre ces dernières, l’Etat capitaliste bureaucratique s’est construit en machine à administrer – à produire du règlement – qui désapproprie l’Homme de sa capacité à déterminer sa propre existence.

Voilà qui pourrait constituer de nouveaux espaces de prise de position, de nouveaux angles, dans le champ de la contestation de l’aliénation, et du projet de constitution d’une nouvelle société dans laquelle l’Homme pourra s’émanciper en reprenant en main son parcours professionnel et scolaire, son temps et ses modalités de travail, ses choix affectifs, relationnels, politiques et culturels, sa santé, son corps et sa destinée sociale toute entière.

Share

Bilan professionnel de fin d’année. Ou comment passer d’employé à Freelance en 2 ans ?

photo-41

La fin de l’année arrive. C’est le moment idéal pour regarder en arrière et faire un petit bilan… Un peu comme on ne se voit pas vieillir/maigrir/grossir lorsqu’on se regarde tous les jours dans la miroir, mais que la différence saute aux yeux lorsqu’on revoit une vieille photo, il est parfois important de regarder en arrière pour faire le point sur ses évolutions au niveau professionnel : les objectifs fixés ont-ils été atteints ? Les idées en gestation il y a quelques mois/ans se sont-elles concrétisées ? Qu’avez-vous accompli et mis en place ces derniers temps ?

En ce qui me concerne, il y a un an et demi, j’ai réduit mon horaire dans l’enseignement à mi-temps. Et depuis 4 mois, (septembre), j’ai abandonné l’enseignement pour me lancer à plein temps en indépendant.

Mon objectif était ambitieux mais relativement basique : reprendre en main mon temps, mes projets et mes revenus. Faire ce que j’aime et avoir une liberté totale dans mes activités professionnelles.

Si mon expérience peut servir à d’autres, ce sera grâce aux livres qui m’ont moi-même aidé et auxquels je ne peux que vous renvoyer. Pour être précis, j’ai mentionné à chaque fois à quelle date j’ai commandé ces livres sur Amazon. Ca montre à quel point, rétrospectivement, les choses évoluent finalement assez vite. Et en deux ans, on peut TOTALEMENT transformer sa vie professionnelle et passer d’un statut d’employé à temps plein à un Indépendant Freelance qui vit de ses passions.

work_weekEn premier lieu, il y a évidemment le célèbre “Four Hour Work Week” (“La Semaine des 4 heures“) de Tim Ferriss (commande mars 2010). Il y a clairement pour moi, un “avant-” et un “après-” lecture de cet ouvrage !

En deux mots, Ferriss propose une méthode pour réduire son temps de travail au maximum. Pour cela, il s’agit d’abord de reprendre la maîtrise de son temps de travail, ensuite de mieux s’organiser (en éliminant le superflu et toute perte de temps), enfin d’automatiser et d’externaliser tout ce qu’on peut. Au final, Ferriss affirme travailler 4 heures par semaine.

Bien sûr, je travaille plus que 4 heures par semaine. Mais ce n’est pas l’application conforme de son mode de vie qui importe. C’est davantage, à mon sens, d’en extraire quelques principes… Voici ce que j’ai retenu des nombreuses lectures de ce livre :

  • Les conditions de travail sont plus importantes que le salaire. D’ailleurs, on n’a pas besoin d’un gros salaire si on vit simplement.
  • Vendre de l’information est ce qui est le plus rentable.
  • Un boulot “9-to-5″ en prévision d’une bonne épargne retraite est un pari très risqué. Nul ne sait comment il sera à 60 ans…
  • Celles et ceux qui réussissent sont celles et ceux qui sortent du rang. Il faut donc oser…

Ceux qu’il appelle les “Nouveaux Bienheureux” ne sont pas tant ceux qui gagnent beaucoup d’argent, mais plutôt ceux qui maîtrisent leur temps, et qui peuvent réaliser leurs rêves.

L’enthousiasme est le synonyme le plus concret du bonheur” dit Ferriss. Je voulais donc trouver une activité professionnelle qui m’enthousiasmait au maximum. Comme coach CrossFit et Community Manager à Reebok CrossFit Brussels et à CrossFit 1815, et auteur de blogs et articles sur l’alimentation paléo, j’ai l’impression d’avoir actuellement le boulot le plus enthousiasmant du monde ! … Et comme Ferriss, je suis heureux de ne pas ressembler au “gros mec dans la grosse voiture rouge décapotable” : un directeur commercial ou chef d’entreprise “dans la grosse-bagnole-crise-de-la-quanrantaine;-)

crushitMais le “Four Hour Work Week” n’est pas le seul ouvrage qui m’a fortement influencé et motivé. Il faut aussi que je cite “Crush It. Why now is the time to cash in on your passion” (commande août 2010) de Gary Vaynerchuk.

En deux mots, Vaynerchuk, entrepreneur de génie qui a très tôt senti l’intérêt des réseaux sociaux et d’internet en général, explique, assez concrètement, comment transformer grâce à ces nouveaux moyens de communication sa passion en source de revenus. Vivre de sa passion, c’est : travailler, jouer et se relaxer en même temps.

La question à se poser est “Est-ce que je vis, ou est-ce que je gagne simplement ma vie ?” Bonne question. Life is short. Too short. Vivre de sa passion, c’est reprendre en main sa destinée professionnelle. C’est faire ce que l’on aime. Et lorsqu’on aime ce que l’on fait, on le fait bien. Du coup, ça rapporte, nous dit Vaynerchuk. C’est aussi lui qui m’a amené sur le concept de Personal branding : se concevoir soi-même comme une marque, comme un Freelance.

The_Thank_You_Economy_by_Gary_Vaynerchuk_1-sixhundredPeu après, Vaynerchuk sortait son deuxième ouvrage : “The Thank You Economy” (commande Mai 2011) dans lequel il expliquait l’importance du Community Management dans l’économie actuelle. Je crois que 90% de mon activité de Community Manager est inspirée de cet ouvrage…

Sur un point très précis, “The Black Swan. The Impact of the Highly Improbable” (commande Mai 2011), de Nassim Nicholas Taleb, a également été décisif dans mes choix professionnels : vendre de l’information est le plus rentable, parce que c’est un job “scalable“, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de lien proportionnel entre le travail fourni et la rentrée d’argent. Ex : écrire un livre. Ca Black-Swan-Covervous aura pris autant de temps de l’écrire que vous en vendiez 1, 100, ou 100.000, mais les revenus seront différents… Une même information est vendable plusieurs fois, ce qui n’est pas le cas d’une paire de chaussures…

Tout ce cheminement professionnel pour m’extirper d’un boulot avec des horaires très fixés et sans liberté sur mon emploi du temps, vers un boulot de Freelance total, s’est fait sur fond des écrits d’Anthony Robbins. Et je dois évidemment citer “Awaken The Giant Within” (commande juillet 2010). Impossible de résumer en quelques phrases l’approche de Robbins et je ne peux que awaken-the-giant-withinvous conseiller de vous plonger dans ses nombreux ouvrages et vidéos en ligne. Le sous-titre du livre donne un bon apeçu : “Reprenez immédiatement le contrôle de votre destinée mentale, émotionnelle, physique et financière” (ma traduction). Robbins est l’auteur qui explique le mieux, à mon sens, ce principe qui m’est cher, de l’”Empowerment” : reprendre en main sa vie professionnelle, sociale, son physique, ses réactions, etc. En somme : décider soi-même pour soi…

Et j’ai tout simplement appliqué tout un ensemble de petits challenges qu’il propose dans l’ouvrage pour décider soi-même de la manière dont on perçoit les choses, de la manière dont on réagit, etc. Simple et efficace.

Enfin, tout ce que j’ai fait au niveau professionnel (Coaching, Personal Training, Community management) a été clairement inspiré par le “Delivering Happiness” (commande delivering-happiness-book-picseptembre 2010) de Tony Hsieh, le CEO de Zappos.com, Inc. Cet ouvrage est LA référence en matière de satisfaction du client. De la passion, du dévouement et la volonté d’aller au-delà du service fourni. Zappos.com vend des chaussures, mais ça va bien au-delà de ça. C’est tout une culture, du personnel jusqu’aux clients.

Tous ces ouvrages, je les ai lus. J’ai pris des notes. Des notes qui se terminent toujours par une liste de choses “A appliquer”. Et j’ai appliqué…

Et au final, si je check mes objectifs professionnels 2012 :

  • Maîtriser mon temps et mes horaires : Check
  • Transformer mes passions en boulot : Check
  • Me réveiller le moins possible avec un réveil (durant plusieurs années, mon réveil sonnait à 5 heures du matin) : Check
  • Conduire et chercher le plus souvent possible mes enfants à l’école : Check
  • Avoir une activité où je peux avoir le style que je veux, en particulier des tatouages visibles (oui, ça peut être naze comme objectif professionnel, mais ça symbolise pour moi la liberté professionnelle totale !) : Check (Hell Yeah ! Dans le CrossFit, on est libre d’être tatoué !! lol).

Tous ces ouvrages sont en vente sur Amazon. Si ça a marché pour moi, ça peut marcher pour vous. Je suis loin de venir d’un milieu d’entrepreneurs, que du contraire (c’est l’objet d’un futur article).

Alors, testez, reprenez en main votre parcours professionnel. Sans patron. Sans Etat. Et partagez vos expériences !

Et pour vous motiver tout de suite, ce témoignage d’Henri Rollins, sur la décision qui a changé sa vie : à savoir de quitter son job d’employé (vendeur de glaces) pour devenir chanteur de Black Flag

Share

Comment percevez-vous votre volonté ?

De nombreuses recherches existent sur le concept de “volonté”, cette capacité à exercer de l’auto-contrôle. Mais trois chercheurs, dont Carole S. Dweck, l’auteur de “Mindset. The New Psychology of Success” (dont j’ai déjà parlé ici), ont découvert que la manière dont les gens se représentaient la volonté allait déterminer leur capacité à l’exercer.

En effet, celles et ceux qui se représentent la volonté comme une ressource limitée, qui diminue au fur et à mesure qu’on la sollicite, ont plus de chance de voir effectivement leur volonté diminuer au fur et à mesure qu’ils la sollicitent.

Inversement, celles et ceux qui voient la volonté comme une ressource non-limitée, ne connaissent pas de baisse de leur volonté, après une expérience ayant sollicité celle-ci.

Pour le dire simplement, si vous pensez que vous avez déjà dû faire preuve de volonté pour vous lever tôt au matin, pour travailler dur toute la journée et faire du sport le soir, et que vous pensez que votre volonté est une ressource limitée, vous avez plus de chance de manquer de volonté au soir lorsqu’il faudra choisir pour un repas sain.

Au contraire, si vous pensez que votre volonté ne s’épuise pas, tous vos efforts de la journée n’auront aucune conséquence sur vos efforts du soir, en matière d’alimentation par exemple.

C’est même l’inverse, rajouteront certains. Anthony Robbins et Stephen R. Covey, deux célèbres auteurs en développement personnel, parlent de la volonté comme d’un muscle. Il y a un muscle de la prise de décision, dit Robbins (2001 : 49), et comme tout muscle, plus on le sollicite, plus il devient fort. Et Covey (2004 : 292) de prendre l’exemple du sport pour dire que le muscle qu’on travaille le plus en faisant du sport régulièrement est le muscle de la “pro-activité”, qu’on peut comprendre ici comme celui de la volonté…

Percevez la réalité comme vous voulez qu’elle soit !

Cela révèle un point intéressant : la manière dont fonctionne la volonté, en terme de réalité psychologique, a moins d’importance que la manière dont chacun perçoit la volonté.

Nous ne sommes pas guidés par la réalité, mais par notre perception de la réalité (Robbins: 66). C’est notre perception des choses qui va déterminer nos actions (Covey : 28). C’est pourquoi il est primordial de bien choisir ses “métaphores”, ces images qu’on se construit pour s’imaginer les choses qui nous entourent. Ainsi, vous pouvez choisir de considérer que votre volonté est limitée et s’épuise au cours de la journée, ou de considérer que votre volonté est telle un muscle qui se renforce à chaque fois que vous en faites usage. Vous vous êtes levé(e)s tôt ? Très bien, vous avez donc plus de force pour bien déjeuner ! Vous vous êtes levé(e)s tôt et vous avez bien déjeuné ? Très bien, vous êtes bien parti(e)s pour faire un bon repas, sain et équilibré à midi ! Et ainsi de suite toute la journée, en y incluant tout ce qui pourrait solliciter votre volonté, au niveau professionnel, familial, sportif, domestique, etc. Vous avez choisi une métaphore “empowering”, c’est-à-dire qui vous donne du pouvoir sur vous-même.

Une question épistémologique

Ce genre de “prophétie auto-réalisatrice” est bien connue des sociologues, psychologues et philosophes. Toute théorie, quelle soit savante ou issue de la “pensée ordinaire”, comme disait Schütz, a des effets sur la réalité qu’elle exprime. La théorie “performe”, en ce sens qu’elle a un pouvoir “performatif”, de faire advenir ce qu’elle décrit.

Tenter d’agir sur les métaphores qui nous guident est donc une reconnaissance du pouvoir constituant du langage et des schèmes de perception et de pensée que ce langage procure. (voir Bourdieu, 2001: 188)

Références :

Share

“Who have you decided to become ?” – Tony Robbins

Décider qui on veut devenir. Contradictoire avec la sociologie, et en particulier la sociologie de Pierre Bourdieu ? Je ne pense pas. Au contraire, j’ai toujours eu l’impression  que la psychologie motivationnelle de Tony Robbins était une mise en pratique de l’auto-socioanalyse bourdieusienne.

Dans Réponses, Bourdieu et Wacquant rappellent que la réflexivité nous rend capable de maîtriser, jusqu’à un certain point, certaines des déterminations “qui s’exercent à travers la relation de complicité immédiate entre position et dispositions” – complicité immédiate, c’est-à-dire impensée, inconsciente, qui nous paraît évidente. Dans un entretien avec Gérard Mauger et Louis Pinto, Bourdieu affirme que le contrôle conscient de nos dispositions profondes permet de les contrôler, au moins partiellement. Ce qui fait de l’auto-socioanalyse un instrument relativement puissant de libération…

Nous naissons déterminés et nous avons une petite chance de finir libres“, disait Bourdieu à Roger ChartierConsciously. Carefully. Powerfully.

Alors, QUI avez-vous décidé de devenir ? Etes-vous conscient de ce qui vous en empêche ? Et comment allez-vous agir là-dessus ? 

Share

Travail ou loisir ?

“A master in the art of living draws no sharp distinction between his work and his play, his labour and his leisure, his mind and his body, his education and his recreation. He hardly knows which is which. He simply pursues his vision of excellence through whatever he is doing and leaves others to determine whether he is working or playing. To himself he always seems to be doing both. Enough for him that he does it well.”

L.P. Jacks (1860-1955)

Dans un monde qui nous pousse à séparer notre travail et nos passions (jusqu’à l’aliénation), et un enseignement qui nous apprend, très jeune, qu’il y a un temps pour jouer et un temps pour travailler, cette phrase de L.P. Jacks vient rappeler que celles et ceux qui vont le plus loin sont celles et ceux qui ont pu faire sauter cette distinction entre activité professionnelle et passion. Ce n’est pas autre chose que dit Gary Vaynerchuk dans Crush It

Et pour une version illustrée de cette citation, allez faire un tour sur le site de Zen Pencils.

Share

The CrossFit Mindset. Psychologie du développement en CrossFit

Toujours dans le cadre de l’initiation au CrossFit donnée à CrossFit Brussels (voir le programme ici et ma présentation sur l’alimentation “Paléo” ici), j’ai eu l’occasion de présenter la “mentalité” CrossFit… en anglais le “CrossFit Mindset”.

Cette présentation se base sur l’article “Adoptez l’état d’esprit de Mikko Salo et Chris Spealler. 7 conseils pour progresser au CrossFit !” que j’avais publié sur ce même blog. Il y est fait abondamment référence à l’ouvrage de Carol S Dweck “Mindset. The New Psychology of Success

Share

Comment parler en public ? … et bien d’autres conseils de Dale Carnegie

Photo by Chicago 2016

.

« Comment parler en public » de Dale Carnegie est probablement l’ouvrage le plus utile et pratique pour toute personne amenée à donner une conférence, animer une réunion, ou simplement parler devant un groupe de personnes. Mais les conseils de Carnegie vont bien plus loin : confiance en soi, persuasion, call-to-action, intérêt du public/lectorat/auditorat, etc. Tout y est. Vous y trouverez des conseils précieux, que vous soyez professeur ou bloggeur. Personnellement, j’ai entièrement repensé ma manière de donner cours, ainsi que ma manière d’écrire sur internet, à sa lecture. La première version de cet ouvrage, en anglais, date pourtant des années 1920 !

Comment lire cette synthèse ? L’ouvrage est en fait un recueil de textes, qui se répètent par moment, se complètent, se précisent. J’ai donc tenté de rédiger une synthèse qui fait ressortir les points les plus importants (en majuscule et numérotés). Pour chacun de ces points, vous trouverez un ensemble de citations du livre, avec le numéro de page, vous permettant de retrouver le passage dans le livre. Il s’agit de la version de poche, publiée chez Hachette en vendue sur Amazon.fr (pour seulement 4,75 € !)

Vous pouvez vous servir de cette synthèse pour préparer une conférence, un cours, un article, pour vous orienter au sein de l’ouvrage ou pour y puiser des citations de Carnegie.

Continue reading

Share