Brève réflexion : partis populistes / partis traditionnels : trop vite ou trop lent ?

Je pense qu’il y a une différence entre les partis dits “populistes” et les partis “traditionnels”, qui n’est pas souvent abordée : c’est la RAPIDITÉ avec laquelle les partis “populistes” passent à l’action v/s la LENTEUR des partis “traditionnels”.

Un bon exemple à propos de l’enseignement : on apprend aujourd’hui, en Belgique, que le Pacte d’excellence, ce pacte pour la rénovation de l’enseignement, est finalement reporté à la prochaine législature (2019), durant laquelle la Ministre Marie-Martine SCHYNS (CDH – Centre Démocrate Humaniste) qui a porté ce pacte n’est pas assurée d’être toujours au pouvoir, et encore moins ministre de l’éducation. (article : https://goo.gl/GN5Bi2)

Pour rappel, les travaux autour de ce pacte d’excellence ont débuté en 2015. La seule mise en place d’une nouvelle grille-horaire dans l’enseignement primaire est prévue pour 2020. C’est 2024 pour l’enseignement secondaire. La fin du processus de réforme est prévu pour 2028.

13 ans de travaux ! Les parents qui ont été convié à participer (puisque le pacte d’excellence prévoyait une dimension participative) ont toutes les chances de n’avoir plus aucun enfant dans l’enseignement lorsque le fruit de leurs travaux seront mis en oeuvre.

Il est intéressant de comparer avec la Pologne️ qui connaît actuellement une réforme de son enseignement : une modification complète de la structure des études qui passe d’un système avec 6 ans en Primaires, puis 3 ans en “Junior High School”, et 3 ans en “High School”, à un système avec 8 ans en Primaires, puis 4 ans en “High School”.

… Tout ça en 10 mois ! 10 MOIS !

Cette réforme est portée par le parti “Droit et Justice”, des frères Kaczynski, au pouvoir depuis 2015. Un parti classé comme conservateur, euro-sceptique, de “droite populiste”. Par là, ce parti a répondu à la demande de son électorat de revenir à un système que la Pologne connaissait avant 2009. (article : https://goo.gl/fdxcus) Continue reading Brève réflexion : partis populistes / partis traditionnels : trop vite ou trop lent ?

Share

Ecole secondaire à Genappe : Ma carte blanche dans La Libre Belgique

photo-4-01-17-09-24-37

Parution, aujourd’hui, de ma carte blanche dans Lalibre.be concernant le projet d’école secondaire à Genappe ! Merci à eux pour l’illustration (de Olivier Poppe) qui représente très bien cette concurrence entre le projet Nespa-Bw porté par des parents de la commune, et le projet de Collège archiépiscopal “venu d’en haut”, parachuté sur la commune par les institutions de l’enseignement catholique.

Dans l’enseignement comme ailleurs, les oppositions actuelles se structurent entre des projets collaboratifs portés par les citoyens et des initiatives plus politiques émanant d’institutions qui veulent garder la main sur les territoires. Tel est un des enjeux actuels de l’enseignement. Il faut espérer que la Ministre Marie-Martine SCHYNS saura y répondre en respect du Pacte scolaire…

Merci de partager un maximum ! L’enjeu en vaut la peine ! 😉

Share

“Il faut commencer par cesser d’être professeur pour pouvoir l’être” – Hommage à Jean-Pierre Vernant

Vernant

Le blog “Alchimie du Collège, de Mara Goyet, enseignante en Histoire-géo, en France, publie un extrait très intéressant de Jean-Pierre Vernant, à propos de la relation professeur-élève, qui rejoint assez bien mon article de 2010 “Dois-je accepter mes élèves sur Facebook ? Ou comment devenir un prof 2.0 ?“… 

Jean-Pierre Vernant est un historien et anthropologue français. Il a enseigné dans les lycées, et a été professeur au Collège de France. C’est également une grande figure de la Résistance française.

Vernant2« Un professeur fait du théâtre quand il arrive dans une classe. Mais il y a différentes manières de s’y prendre. On peut taper sur la table et faire sentir toute la distance qui sépare les élèves du professeur. On peut aussi jouer le jeu inverse, et c’est ce que je faisais quand j’enseignais au lycée : non seulement en tutoyant les élèves, mais en s’efforçant d’abolir, jusque dans sa tenue vestimentaire et son vocabulaire, tout indice d’une autorité conférée par une hiérarchie sociale. Evidemment, le professeur sait bien, quelle que soit la stratégie qu’il adopte, que ce n’est pas la même chose d’être élève et d’être professeur. Celui qui est sur le banc et celui qui est derrière le bureau n’ont pas le même statut. La stratégie de la non-distance peut être très adroite ou, au contraire, amener celui qui l’emploie à la catastrophe. Mais s’il y recourt plutôt qu’à une autre, ce n’est pas par pure stratégie. C’est parce qu’elle correspond à l’idée qu’il se fait du rapport entre maître et élève, de ce qu’est un groupe. Si on entre dans le jeu de l’abolition de la hiérarchie, ce n’est pas simplement de l’habileté, c’est aussi une esthétique, et une éthique de la relation sociale.

Il faut commencer par cesser d’être professeur pour pouvoir l’être. Cela signifie obligatoirement – à mon avis c’est une idée grecque- que toute relation sociale, avec une classe comme avec le groupe dans lequel on s’est engagé dans la Résistance, implique un ciment qui est l’amitié. Cet élément fondamental est le sentiment d’une complicité, d’une communauté essentielle sur les choses les plus importantes. Dans le rapport du professeur avec ses élèves, c’est le fait de partager une certaine idée de ce que doit être quelqu’un, d’avoir en commun une certaine forme de sensibilité, d’accueil à autrui, de s’accorder sur l’idée qu’être autre signifie aussi être semblable. »

SOURCE : Jean-Pierre Vernant, “Tisser l’amitié”, in Entre mythe et politique, Le Seuil, 1996

A mon sens, il y a 3 types de professeurs : ceux qui ont de l’autorité, ceux qui n’arrivent pas à en avoir, et ceux qui refusent de fonder leur enseignement sur une forme d’autorité de statut.

Par rapport à ma pratique en tant qu’enseignant, il y deux éléments de cet extrait dans lesquels je me reconnais particulièrement bien :

  • L’abolition de tout indice d’une autorité conférée par la hiérarchie sociale (via le vocabulaire et la tenue vestimentaire);
  • L’abolition de la hiérarchie comme éthique de la relation sociale.

Comment est-ce que je comprends cette phrase : “Il faut commencer par cesser d’être professeur pour pouvoir l’être” ? 

Les meilleurs profs sont, à mon sens, celles et ceux qui ne se prennent pas pour des “Professeurs”, mais qui veulent SIMPLEMENT et PLUS QUE TOUT, ENSEIGNER quelque chose à leurs élèves, conférant tout son sens à l’étymologie du mot “Professeur” : “celui qui enseigne“…

Share

Quand c’est Ashton Kutcher qui le dit…

ashton-kutcher

L’acteur Ashton Kutcher a eu quelques mots intéressants lors des Teen Choice Awards. Loin des discours convenus, et commerciaux, l’acteur a livré ses 3 conseils à la jeunesse :

1. “I believe that opportunity looks a lot like hard work”

Premier job à 13 ans, en aidant son père à monter des bardeaux (tuiles en bois) sur les toits, puis la plonge dans un resto, et ainsi de suite. Ashton Kutcher explique qu’il n’a jamais quitté un job sans en avoir un suivant, et que chacun de ses jobs a été une étape supplémentaire vers son succès actuel. Les “opportunités” n’apparaissent donc que lorsqu’on travaille dur.

2. “The sexiest thing in the entire world is being really smart”

“La chose la plus sexy dans le monde entier, dit-il, est d’être réellement intelligent. Et d’être attentionné, et d’être généreux. Tout le reste n’est que conneries que l’on essaye de vous vendre pour vous faire vous sentir moins sexy. Ne les achetez pas. Soyez intelligent, soyez attentionné, soyez généreux.”

3. “Build a life — don’t live one”

Le troisième conseil est directement inspiré par Steve Jobs : “Quand on grandit, on nous dit que le monde est tel qu’il est, et qu’il faut vivre sa vie dans ce monde, sans avoir trop de problème… avoir un diplôme, un job, gagner un peu d’argent, avoir une famille, etc. Mais il faut savoir que tout ce qui est autour de vous, que l’on appelle ‘vie’, a été conçu par des gens qui ne sont pas plus intelligents que vous. Et vous pouvez construire vos propres choses, vous pouvez construire votre propre vie”…. Ne vivez pas simplement votre vie – construisez-la !

Share

Leçon d’Empowerment

70a58da21edc4e79835f8008d8abdb1a

Marcus (mon fils, bientôt 3 ans, en trottinette): “C’est ma trottinette qui veut aller à droite !

Moi : “C’est pas la trottinette qui décide où tu vas ! C’est toi qui décides où va la trottinette !

– Je pense que c’était sa première leçon d'”Empowerment” –

Marcus : “Oui, c’est moi qui décide parce que j’ai une bouche; la trottinette, elle n’a pas de bouche…”

– Bonne constatation ! Le processus d'”Empowerment” passe certainement par une prise de parole –

Photo : ONG “Skateistan qui fait du “Youth Empowerment” par le Skateboard en Afghanistan et au Cambodge… Aller jeter un coup d’oeil sur leur site !

Share

L’école “Le Petit Chemin” publie son premier journal d’élèves

Photo 2-05-13 15 32 31

L’école le Petit Chemin, à Loupoigne (Genappe, Belgique), publie son premier journal d’élèves.

J’y ai écrit (dans des témoignages de parents) que : “L’école du Petit Chemin représente l’école que nous recherchions pour nos enfants : une petite structure, dans laquelle l’enfant n’est pas perdu dans la masse, et où les enseignantes sont à l’écoute de l’enfant et des parents. Au fil des années, nous nous sommes rendus compte à quel point l’apprentissage était de qualité. L’école est active, dynamique, accueillante, pleine de projets. Nos enfants progressent très bien et sont heureux d’aller à l’école chaque matin !

Si vous lisez régulièrement les articles de ce blog, vous savez à quel point l’enseignement est un enjeu fondamental pour moi, et que le bien-être et la participation de l’enfant / de l’élève est extrêmement important. Et puis, quand il y a des médias scolaires, ça m’intéresse toujours 😉 (Un projet que j’avais mené à l’époque)

La spécificité de cette école est le système de “classes verticales” (une classe pour 1, 2 et 3ème maternelles; un classe pour 1ère et 2ème primaire, etc.), qui favorise l’entraide entre élèves et l’évolution de chacun à son rythme.

Si vous cherchez une école dans les environs de Genappe (et facilement accessible via la N5), c’est probablement la meilleure école de la région.

Infos :

Ecole Le Petit Chemin

Share

“Why I Hate School But Love Education” – Spoken Word, by Suli Breaks

Tellement de choses intéressantes dans ce Spoken Word (les prémisses du hip-hop !) par Suli Breaks ! Deux phrases à retenir ?

  • “Education is about inspiring ones mind not just filling their head” (L’éducation consiste à inspirer les esprits, pas juste à remplir les têtes)
  • “if you don’t build your dream, someone else will hire you to help build theirs”. (Si tu ne construis pas ton rêve, quelqu’un d’autre t’engagera pour l’aider à construire les siens)

Texte complet : 

So you want to get a degree, why? Let me tell you what society would tell you, increases your chances of getting a job, provides you with an opportunity to be successful, your life will be a lot less stressful, education is the key. Now, let me tell you what your parents would tell you, make me proud, increases your chances of getting a job, provides you with an opportunity to be successful, your life will be a lot less stressful, education is the key.

Now let’s look at the statistics, Steve Jobs’ net worth $7 billion R.I.P; Richard Branson net worth $4.2 billion; Oprah Winfrey net worth $2.7 billion; Mark Zuckerberg, Henry Ford, Steven Spielberg, Bill Gates now here comes the coup, the grace.

Looking at these individuals, what’s your conclusion? Neither of them in being successful ever graduated from a higher learning institution, now some of you would protest like, you know money is only the medium by which one measures worldly success, some of you even have the nerve to say, I don’t do it for the money, so what are studying for? To work for a charity, need more clarity?

Let’s look at the statistics, Jesus, Muhammed (inaudible) Socrates, Malcolm X, Mother Teresa, Spielberg, Shakespeare, Beethoven, Jesse Owens, Muhammad Ali, Sean Carter, Michael Jeffrey Jordan, Michael Joseph Jackson were either of these people unsuccessful or uneducated?

All I’m saying is that if there was a family tree, hard work and education would be related, but school would probably be a distant cousin. If education is the key, then school is the lock. Because it really ever develops your mind to the point where it can perceive red as green and continue to go when someone else said stop, because as long as you follow the rules and pass the exams, you’re cool. But are you aware that examiners have a checklist? And if your answer is something outside of the box, the automatic response is a cross, and then they claim that school expands your horizons and your visions. Well, tell that to Malcolm X, who dropped out of school and is world renowned for what he learned in a prison.

Proverbs 17:16, It does a fool no good to spend money on education, why? Because he has no common sense, George Bush need I say more. “Education is about inspiring ones mind not just filling their head”. And take this from me, because I’m a educated man myself, who only came to this realization after countless nights in the library with a can of Red Bull keeping me awake till doing in another can in the morn, falling asleep in between paws of books which probably equates the same amount I’ve spent on my rent, memorize equations, facts and dates, write it down to the letter, half of which I’d never remember, and half of which I forget straight after the exam, and before the start of the next semester, asking anyone if they had notes for the last lecture? I often found myself running to class, just so I could find the spot on which I could rest my head and fall asleep without making a scene, ironic because that’s the only time I ever spent in university of chasing my dreams.

And then after nights with a dead-mind; identifying myself in the queue of half awake student zombies waiting to hand in an assignment, maybe that’s why they call it a dead line. And then after three years of mental suppression and frustration, my proud mother didn’t even turn up to my graduation.

Now I’m not saying that school is evil, and there’s nothing to gain, but all I’m saying is, understand your morals and reassess your aims, because if you want a job working for someone else, then help yourself. But then that would be a contradiction, because you wouldn’t have really be helping yourself, you’ll be helping somebody else; there’s a saying, which says: “if you don’t build your dream, someone else will hire you to help build theirs”.

Redefine, how you view education. Understand its true meaning. Education is not just about regurgitating facts from a book on someone else’s opinion on a subject to pass an exam. Look at it, Picasso was educated in creating art; Shakespeare was educated in the art of [word] that was written. Colonel Harland Sanders was educated in the art of creating Kentucky Fried Chicken.

I once saw David Beckham take a free kick, I watched as the side of his Adidas sponsored boot hit the playing level of ball at angle which caused it to travel towards the skies as though it was destined for the heavens. And then as he reached the peak of his momentum, as though he changed its mind, and switched directions, I watched as the goalkeeper froze, as though he recited to himself to lose the physics, and as though his brain was negotiating with his eyes that was indeed witnessing the spectacle of the level swung that was [sweeping] towards it, and then reacted.

But only a fraction of a millisecond too late, and before the net of the goal embrace the fee for sponsored ballers, as there was the prodigal son returning home and the country that I live in erupted into cheers. I look to the play, and [forth], damn. Looking at David Beckham is more than one way in this world to be an educated man.

Source : LYBIO.net

Share

“Emulation ou Compétition ?” : débat à l’Athénée Royal Verwée

J’interviendrai, ce samedi 21 avril 2012, dans le débat d’idées “EMULATION OU COMPETITION“, lors des journées portes ouvertes, à l’Athénée Royal Verwée, à Bruxelles, avec Albert Jacquard, Abraham Franssen, Altay Manço, Chouckri Ben Ayed, Claude Javeau, Gauthier Chapelle, Luc Schuiten, Paul Cobut et Roland Zanasi.

Dans mon intervention, j’essaierai de présenter mon point de vue de prof/sociologue/coach sportif. Je pense que ça donne une perspective assez originale sur la question de la compétition.

Je reviendrai, si le débat le permet, sur quelques points que j’ai déjà abordés dans les articles suivants :

Lieu : Rue Verwée, 12. 1030 Bruxelles. (Tram 92 : arrêt place Pogge).

Heures : J’interviendrai lors du premier débat, de 14h30 à 15h20.

Share

CV / Bibliographie en Vidéo

C’est risqué, c’est sûr : faire un CV vidéo, c’est risquer de faire un buzz sur le net, en étant tout à fait ridicule. Mais deux choses :

  • Ce n’est pas vraiment un CV, mais plutôt une mise en forme animée de ma bibliographie
  • Ce n’est pas vraiment une vidéo, mais plutôt une animation, un slideshare

Donc, je teste l’intérêt de produire une bibliographie sous forme de vidéo, comme une carte de visite, à envoyer à de futurs employeurs/partenaires potentiels.

Je l’ai mis sur Vimeo, parce que c’est ce qui me semblait le plus classe. Mais je l’ai également posté sur Dailymotion et sur Youtube, avec mes vidéos de “Sport is Everywhere“.

Il me semble que la vidéo circule plus facilement sur les réseaux sociaux (en particulier Facebook et Google+) qu’une bibliographie traditionnelle.

Une chose que je remarque, il n’y a pratiquement pas de lieux où poster ce genre de choses sur le net…

N’hésitez pas à communiquer si vous avez vous-même essayé ce genre de CV/bibliographie Vidéo, si ça a bien marché, etc. Et puis, je serais heureux d’avoir votre avis sur le mien 😉

Share