Appareils connectés et portables : des questions en termes de santé et de liberté

Un très bon texte à lire : “Wearables: the New Handcuffs ? Silicon Valley Surveillance Meets Healthcare’s Mechanisms of Control“.

Ce texte parle des appareils connectés et portables (“wearables” en 🇬🇧) et de leur utilisation en matière de santé. Je vous en fais une brève synthèse en 🇫🇷, et je rebondirai sur certains points…

L’auteur est Russ Greene, directeur de la recherche et des relations avec le Gouvernement, au sein de CrossFit, Inc.

Le texte pointe du doigt 3 tendances actuelles du monde de la santé et du fitness qui pourraient nous amener tout droit dans un univers orwellien : ⤵️

1) la médicalisation de la vie quotidienne (de l’alimentation, du mouvement, du sommeil, etc.)
2) les appareils de surveillance portables et connectés
3) le contrôle par l’Etat des données relatives à notre santé

Première chose : il faut bien comprendre que ce genre de préoccupations explique aussi les craintes vis-à-vis de l’ “Obama Care” aux Etats-unis. Certains des architectes de cette réforme du système de protection sociale aux États-Unis ont effectivement prévu un monitoring des patients en temps réel, grâce à des appareils connectés.

Point par point :

1) la médicalisation de la vie quotidienne commence par la “pathologisation” de la santé. Au lieu d’encourager les médecins à éduquer aux comportements sains, la tendance est au fait de considérer toute personne comme un patient potentiel qui devrait bénéficier de traitements, que ce soit en matière d’alimentation, d’exercice ou de sommeil. Continue reading Appareils connectés et portables : des questions en termes de santé et de liberté

L’exercice physique contre les troubles mentaux

“L’exercice physique peut aider à réduire les troubles de santé mentale, pour des patients internés en psychiatrie, en particulier en matière d’anxiété, de dépression, de colère, d’agitation psychomotrice et de tension musculaire”.

Telle est la conclusion d’une étude de 12 mois, effectuée par l’Université du Vermont, et publiée cette année dans “Global Advances in Health and Medicine”.

> > > “Positive Patient Response to a Structured Exercise Program Delivered in Inpatient Psychiatry”, Glob Adv Health Med. 2019; 8.

L’expérience a porté sur des entraînements alliant exercices au poids de corps, exercices de renforcement et exercices d’assouplissement, ainsi que sessions d’éducation à l’alimentation. Durant ces sessions, les patients étaient informés sur les groupes d’aliments, sur les choix les plus sains à faire et sur des recommandations pour un mode de vie sain.

Il y a certainement de nombreuses salles CrossFit qui prennent en charge des personnes avec des troubles mentaux.

A CrossFit Nivelles, un groupe de jeunes présentant des troubles psychiatriques, et placés en centre de jour, viennent s’entraîner, encadrés par leur éducatrice ou éducateur et un coach CrossFit.

L’intérêt de l’entraînement et d’une alimentation saine sur la santé MENTALE est évident, tout autant que sur la santé PHYSIQUE.

Si vous voulez davantage de renseignements sur ce type de prise en charge, n’hésitez pas à contacter CrossFit Nivelles : info@crossfitnivelles.be

Lien vers l’étude : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6540485/

Photo : Ben Coche – Photography & Design

Lead Love Lift Podcast : Vivre de sa passion et devenir coach de CrossFit

Parution aujourd’hui du podcast “Lead Love Lift” de Jack’s Team (28 minutes), où on parle du fait de vivre de sa passion et de devenir coach CrossFit (ou de se lancer dans une autre passion d’ailleurs) !!

Si cette idée de transition professionnelle traîne dans un coin de votre tête, peut-être que cette discussion pourrait vous intéresser 

Un tout grand merci à Jack Vanbergen pour cette opportunité de parler de ce qui me passionne ! (et ce n’est qu’un début, 2 autres podcasts vont suivre !) 

N’hésitez pas à partager vos réflexions ou à poser des questions, pour poursuivre la discussion, que ce soit en commentaire ici, ou sur la chaîne Youtube de Jack’s team ! 👍

Bonne écoute !

#GOODCHOICE : Bilan des 2 mois et ce que ça m’a appris sur les choix personnels !

Les 2 mois sont passés, c’est le moment de faire un petit bilan du #GOODCHOICE, lancé le 10 juillet, c’est-à-dire, pour rappel, l’idée de faire un bon choix par jour pour sa santé durant juillet-août. Bilan personnel et bilan de tout ce que j’ai appris avec les centaines de #goodchoice qui m’ont été envoyés. 

Personnellement, je me suis tenu à un #goodchoice par jour. Sans exception. Je n’ai rien changé de fondamental dans mon mode de vie, mais la période de vacances scolaires m’a permis de m’entraîner un peu plus, et surtout (c’est peut-être la différence principale) de me déplacer beaucoup plus à vélo (ne devant pas conduire et chercher les enfants à l’école).

Au niveau de l’alimentation, je suis resté sur mon alimentation la plus naturelle possible, en appliquant ce que je préconise dans mon programme de coaching alimentaire (“Ipsi testudines edite, qui cepistis“, qu’on pourrait traduire par : vérifiez toujours que le chef mange ses propres plats… ou que le coach applique ses propres conseils -> Taleb l’explique très bien) 😉

La seule chose que j’ai améliorée au niveau alimentaire, c’est que je me suis un peu plus souvent préparé mes repas du midi à l’avance.

Et juste avec ce #goodchoice par jour, j’ai perdu 3 à 4 kg de masse grasse et pris de la masse musculaire. En 2 mois, j’ai retrouvé ce qui serait plus ou moins mon « poids de forme », avec les performances et le taux de masse grasse qui vont avec. Pratiquement comme aux périodes où je m’entraînais le plus, disons vers 2013-2014 (vestige ici)

En vérifiant, je me suis aussi rendu compte que je n’avais dépensé qu’une quarantaine d’euros d’essence sur tout le mois d’août, vu que je me suis beaucoup plus déplacé à vélo. On est d’accord zéro euros, ce serait mieux, mais toute diminution est bonne à prendre. Le vélo m’a permis de rajouter une heure d’activité physique à chaque fois que j’ai été bosser à CrossFit Nivelles, et m’a permis de réduire mes émissions de CO2. Continue reading #GOODCHOICE : Bilan des 2 mois et ce que ça m’a appris sur les choix personnels !