Parution de “Psychologie évolutionniste et maladies mentales”

Néo Santé Édition publie, sur son site, un article de synthèse que j’ai écrit sur la psychologie évolutionniste ou “Evo Psy”.

L’article est assez long (plus long que mes formats habituels dans Néo Santé), je vous en fais ici un résumé et vous invite à aller lire l’article, si ce sujet vous intéresse. C’est un champ d’analyses assez fascinant !

Lien : https://www.neosante.eu/psychologie-evolutionniste-et-maladies-mentales/

En quelques mot… ➡️ Notre corps est encore très très majoritairement adapté à l’environnement que nous avons connu durant des millions d’années. Beaucoup de traits de notre anatomie et de notre métabolisme s’expliquent par notre évolution. C’est vers ça que convergent tous les arguments en faveur d’un entraînement fonctionnel, de méthodes naturelles d’entraînement (MovNat), l’exposition au froid (The Iceman (Wim Hof)), et surtout de l’alimentation paléo : courir pieds nus ou en minimalistes, ne rien manger d’inflammatoire et de transformé, le jeûne intermittent, etc.

Mais qu’en est-il de notre comportement ? Est-ce qu’il y a des éléments de notre comportement qu’on peut comprendre et expliquer à partir de notre évolution ?

(Remarque : rien que poser la question, c’est déjà sortir de la sociologie, où l’on est censé expliquer le social par le social, comme le voulait Emile Durkheim. Je crois pourtant qu’il y a la place pour une approche empirique pluridisciplinaire).

C’est fascinant à quel point une approche évolutionniste peut être à la croisée des disciplines scientifiques, et l’article propose d’en faire la cartographie : anthropologie, sociologie, psychologie, psychiatrie, psychopathologie, biologie, éthologie, primatologie…

… Et bien sûr la théorie darwinienne de l’évolution, qui représente un peu la colonne vertébrale de tout cela.

Continue reading Parution de “Psychologie évolutionniste et maladies mentales”

Parution : Néo Santé, n°81, septembre 2018

Nouvelle parution : “Réponse aux arguments erronés (III) : Pas de viande sans graisse”, Néo Santé, n°81, septembre 2018, p. 24. Parution du 3ème volet de ma réponse à un article pro-végétarien de l’APSARES, dans Néo Santé, ce mois-ci. Je vous mets l’extrait du “chapeau”, écrit par la rédaction de la revue :

“Pour dénigrer l’alimentation paléo, ses détracteurs prennent beaucoup de liberté avec la vérité. Notamment sur la place de la viande et de la graisse chez les peuples ancestraux. Dans ce troisième article destiné à rectifier le tir, Yves Patte fait un crochet par Okinawa et donne la parole à Charles Darwin.” 😉

J’y parle entre autres du principe du “hara hachi bu” (腹八分目/はらはちぶんめ) à Okinawa, consistant à s’arrêter de manger lorsqu’on est rassasié à 80%. Et je cite un long extrait des voyages de Darwin, de 1831 à 1836, durant lequel le jeune paléontologue-naturaliste rencontre des peuples qui ne mangent que de la viande durant de longues périodes, mais toujours accompagnée de graisses (animales ou végétales)…