Colombie : Auto-organisation, décentralisation et non-violence. La Guardia Indigena

Si vous suivez les événements récents en Colombie, vous découvrez peut-être la « Guardia Indigena », un mouvement pacifique indigène assez original par le contexte dans lequel il évolue, et, surtout, pour son auto-organisation. 

Je pense que la Guardia Indigena peut inspirer tout mouvement d’empowerment. Un article paru en 2020 dans la revue “Security Dialogue” synthétise les travaux de 3 chercheuses qui ont travaillé avec eux. En voici une synthèse, en français, pour celles et ceux que cela intéresse… 

– – – 

Pour retracer le contexte, la Guardia Indigena est une organisation du peuple indigène Nasa, dans la vallée du Cauca, en Colombie. Cette région a été — et est encore — une porte d’entrée et de sortie pour le trafic d’armes et de drogues, et un lieu de conflits entre les cartels, les groupes armés d’extrême-droite, les groupes armés d’extrême-gauche, et le gouvernement. Les FARC y ont eu une grande influence, jusqu’au traité de paix signé en 2016, avec le gouvernement colombien (traité de paix plutôt fragile depuis lors). 

Depuis 1991, et après 20 ans de lutte, les indigènes ont acquis la reconnaissance, dans la Constitution colombienne, de leur autonomie. Ils “possèdent” leur territoire. Celui-ci est structuré en “resguardos” : des sous-territoires autonomes, détenus par des communautés spécifiques grâce à un titre de propriété, et où les communautés peuvent déployer leur propre cadre juridique et politique.

La Guardia Indigena est une initiative non-violente du peuple indigène pour protéger son territoire. Ses membres ne sont pas armés, les gardes utilisent seulement le “bastón” traditionnel, symbolisant le pouvoir que leur communauté leur a accordé. Ils ont des activités de contrôle territorial, comme le fait de faire fermer les laboratoires de production de cocaïne ou les mines illégales, d’expulser les groupes armés, de chercher les personnes disparues, d’organiser la protection et la sécurité lors des manifestations, de protéger les sites sacrés, de garder les check-points d’entrée et de sortie des resguardos, etc. 

Je passe certains éléments méthodologiques de l’article qui expliquent comment les chercheuses en sciences sociales ont construit les catégories d’analyse avec les populations concernées. Ce qui m’intéresse ici, c’est que ce qui caractérise ce mouvement, c’est son “auto-organisation”, définie comme :

Continue reading Colombie : Auto-organisation, décentralisation et non-violence. La Guardia Indigena

Je suis synesthète (pour tout vous avouer)

Je suis synesthète. Connaissez-vous ? Le Monde consacre deux grandes pages fascinantes à la synesthésie : le phénomène neurologique d’association involontaire de plusieurs sens. 

Et comme beaucoup de synesthètes, je l’ai découvert tout à fait par hasard. Moi, c’était en écoutant une interview de Kanye West, durant laquelle il a dit “Je suis synesthète, je visualise les sons”. Je ne connaissais pas la synesthésie, mais moi aussi je “visualisais” les sons. Je pensais que j’étais simplement “visuel”. 

Puis, en me renseignant, je me suis rendu compte qu’une caractéristique typique était la synesthésie spatio-temporelle, qu’on appelle aussi “calendrier dans la tête”, c’est-à-dire le fait d’avoir une carte mentale des jours de la semaine et/ou des mois de l’année. 

Chez moi, c’est surtout une représentation spatiale des mois de l’année. J’avais toujours pensé que j’avais simplement mémorisé un calendrier étant petit… mais en réfléchissant bien, ça n’a pas beaucoup de sens d’avoir un calendrier en forme de “S” inversé, avec uniquement les mois d’été verticaux et une couleur pour chaque mois ! 😀 hahaha

Parmi les formes de synesthésie classique, il y a l’association graphème-couleur : le fait d’associer chaque lettre à une couleur. Ce n’est pas vraiment mon cas. Par contre, chaque idée, chaque notion, a pour moi un couleur et une forme propre. Et surtout, si j’essaie de synthétiser quelque chose, chaque élément à une position par rapport aux autres éléments. C’est toujours spatial, ou topographique, quoi. [Exemples en photos en bas de l’article]

Continue reading Je suis synesthète (pour tout vous avouer)

Brève réflexion sur les tensions entre exode urbain et exode rural

Une brève réflexion qui fait suite à ma publication d’hier, sur l’attrait grandissant de la campagne pour une partie de la population urbaine. Ce phénomène d’exode urbain crée de vrais problèmes à la campagne, dont une augmentation des prix de l’immobilier, rendant presque impossible l’achat d’une maison pour des jeunes couples ayant grandi à la campagne. 

Et on peut tout à fait comprendre l’injustice de ne pas pouvoir s’installer là où on a grandi, parce que les maisons sont devenues trop chères.

Parmi les autres défis, citons la création de nouveaux lotissements sur d’anciennes terres agricoles ou zones boisées, la transformation du bâti ancien en immeubles à appartements, le caractère rural qui se perd, etc. 

Pourtant, il faut bien comprendre que la situation inverse, c’est-à-dire une zone rurale qui perd de son attrait, n’est pas souhaitable non plus. J’ai eu l’occasion de travailler pour certaines communes qui connaissent la dynamique inverse de celle de Genappe actuellement. 

Je ne vais pas citer ces communes, mais je vais essayer de synthétiser leur situation sans forcer le trait. 

Ces communes connaissent toujours actuellement l’exode rural qu’une commune comme Genappe a connu il y a quelque temps : en un mot, les populations s’en vont. Les maisons et appartements ne se vendent plus. L’offre immobilière dépasse la demande. Les personnes âgées qui souhaitent acheter un petit appartement ou partir en maison de retraite n’arrivent pas à vendre leur maison (ce qui les empêche d’aller en appartement ou maison de retraite). 

Continue reading Brève réflexion sur les tensions entre exode urbain et exode rural

Exode urbain et attrait pour la campagne

Processed with VSCO with a1 preset

Ca fait plusieurs années que je dis que Genappe a le potentiel pour devenir la commune la plus attractive du Brabant wallon, grâce à tous ses atouts… et c’est pas loin de commencer à y ressembler. Un article y est consacré dans La Libre Immo de ce jeudi : Les Bruxellois en mal de campagne brabançonne poussent jusqu’à Genappe“. 

Résumé : 

  • En 2020, La hausse du prix des maisons la plus forte en Brabant wallon s’observe à Genappe. 
  • Les acheteurs potentiels sont à la recherche d’espaces verts, de nouveaux projets de vie, et de maisons avec jardin.
  • Cette tendance s’est accélérée avec la crise sanitaire. 
  • Parmi les attraits de Genappe, l’article mentionne sa ruralité relativement maintenue, ses origines médiévales, sa proximité avec le Ring de Bruxelles. 
  • De plus, l’article relève – à juste titre – qu’à côté du résidentiel, se développent également le commerce et l’enseignement. (En 2020, une école secondaire, NESPA, s’y est implantée, et de nombreux commerces de proximité ont ouvert : boucherie, fromagerie, épiceries, magasins à la ferme, etc.). 

(Article de Thibaut Van Hoof, qui connaît bien Genappe !) 😉 

Autre marque de cette qualité de vie à Genappe, je vous partage ci-dessous une présentation de la commune par les organisateurs du Tour de Wallonie (cycliste), qui démarrera cette année de Genappe (20 juillet 2021) : 

Continue reading Exode urbain et attrait pour la campagne

Parmi les plus belles pages d’humanisme : la conclusion de “Peau noire, masques blancs” de Frantz Fanon

J’avais envie de vous partager certaines des plus belles pages d’humanisme que j’ai eu l’occasion de lire. Et que j’ai lues et relues depuis des années. Il s’agit de la conclusion de Frantz Fanon à un de ses livres majeurs « Peau noire, masques blancs » (1952).

Je vous invite à lire ces pages vous-mêmes, parce que c’est admirablement bien écrit. Mais en voici une sorte de synthèse (toutes les parties entre guillemets sont des extraits). Et vous allez voir que c’est un discours aux antithèses des discours identitaires actuels.

En huit pages magnifiques, Frantz Fanon construit, selon ses mots, les “conditions d’existence idéales d’un monde humain”, dans lequel ni les Blancs, ni les Noirs, ne sont renvoyés à leur couleur de peau, et en particulier au passé de la domination de l’un sur l’autre.

Il débute sa conclusion sur une distinction entre l’aliénation vécue par les intellectuels (comme lui : il parle d’un “docteur en médecine d’origine guadeloupéenne”), et l’aliénation vécue par les ouvriers noirs du port d’Abidjan.

Les quelques camarades ouvriers que j’ai eu l’occasion de rencontrer à Paris, écrit-il, ne se sont jamais posé le problème de la décou­verte d’un passé nègre. Ils savaient qu’ils étaient noirs, mais (…) cela ne change rien à rien.” Et il rajoute : “En quoi ils avaient fichtrement raison“.

Par là, et avec plusieurs autres exemples, il critique les tentations d’aller chercher dans l’Histoire des preuves de l’humanité des peuples de peau noire :

La découverte de l’existence d’une civilisation nègre au XVe siècle ne me décerne pas un brevet d’humanité. Qu’on le veuille ou non, le passé ne peut en aucune façon me guider dans l’actualité.

Continue reading Parmi les plus belles pages d’humanisme : la conclusion de “Peau noire, masques blancs” de Frantz Fanon

Les dangers de sédentarité. Pour votre santé : bougez !

Ces derniers jours, la Ligue cardiologique belge a rappelé les dangers de la sédentarité.

Source RTBF Info : https://www.rtbf.be/info/societe/detail_les-belges-ne-bougent-pas-assez-et-ce-n-est-pas-sans-risques-pour-la-sante?id=10741404

L’inactivité physique est associée à un augmentation de 24% du risque de maladie cardiovasculaire, de 16% du risque d’accident cérébral et de 42% du risque de diabète.

Les cardiologues belges préconisent 5 x 30 minutes d’exercice par semaine… ce que très peu de gens atteignent.

Et évidemment, les confinements successifs n’ont rien arrangé.
Pourtant, les solutions sont multiples. Elles dépendent de choix individuels ET de choix collectifs.

✅ Un bon entraînement peut être tout à fait GRATUIT. Ca ne vous coûtera rien de faire des pompes, des squats, des burpees, des fentes, des abdos chez vous. Et ce n’est même pas un “entraînement du pauvre”, hein ! Ce sont d’EXCELLENTS exercices ! Meilleurs que ce qui se fait avec des machines sophistiquées et coûteuses. #PasDExcuses
=> Il existe plein de méthodes d’entraînement au poids de corps. La plupart des entrainements CrossFit ont des variantes “sans équipement” (surtout depuis le début de la pandémie). Et si vous cherchez une méthode qui mette particulièrement l’accent sur les mouvements naturels, et l’utilisation de l’environnement naturel, je vous conseille d’aller voir du côté de MovNat : https://www.movnat.com/. Le site est plein de vidéos, des formations sont données, et si vous avez accès à un petit coin de nature, vous allez adorer. Quand vous me voyez ici faire des entraînements dans les bois, ce sont souvent des entraînements inspirés par MovNat.

✅ Chez soi, s’entraîner nécessite également très PEU DE PLACE : il suffit d’avoir la place pour se coucher sur le sol (et se relever !). Ca peut être entre le divan et la table basse, dans le couloir, à côté du lit… J’ai entraîné des gens à domicile durant des années, dans leur salon, leur cuisine, leur couloir. #PasDExcuses

Continue reading Les dangers de sédentarité. Pour votre santé : bougez !

Polarisation, rapprochement entre partis et extrême-droite en Espagne

Comment la polarisation du champ politique et le repositionnement de certains partis peuvent favoriser les partis radicaux, comme l’extrême-droite ?

Une étude très intéressante vient de paraître dans la revue “South European Society and Politics” (publ. en ligne : 8 avril 2021), et montre ce qui a pu contribuer au succès du parti d’extrême-droite, Vox, en Espagne 🇪🇸 . Et cela fait directement écho à beaucoup d’échanges que j’ai eus suite à ma publication récente sur le succès de l’extrême-droite française 🇫🇷 auprès des jeunes.

L’auteur de cette étude, Juan Rodriguez Teruel (Science Po — Université de Valence), définit 2 types de polarisation :

  1. Une polarisation verticale : l’écart entre les votants et les partis
  2. Une polarisation horizontale : une stratégie centrifuge ou polarisante menée par certains partis, les amenant à se positionner davantage sur les extrêmes.

L’enquête montre qu’une augmentation de la polarisation verticale favorise les partis radicaux comme Vox : plus les électeurs voient grandir un écart entre la population et les partis, plus ils tendent à voter pour Vox.

A l’inverse — ⚠️ et c’est cela qui est très intéressant — une diminution de la polarisation horizontale favorise les partis radicaux comme Vox.

Continue reading Polarisation, rapprochement entre partis et extrême-droite en Espagne

Extrême-droite : premier parti des 25-34 ans en France

Je crois que toute personne qui se dit démocrate, et qui est attachée aux idées de liberté, d’égalité, de justice, doit fortement s’inquiéter de cette information : en France, le premier parti des 25-34 ans est l’extrême-droite ! 

(Et ça doit nous inquiéter, je pense, au-delà des frontières françaises, jusqu’en Belgique et ailleurs en Europe). 

Si on considère ensemble toute la partie la plus jeune de l’électorat, c’est-à-dire les 18-24 ans et les 25-34 ans, les jeunes : 

  1. se désintéressent de plus en plus de la politique — en témoigne le taux d’abstention. 
  2. considèrent que l’ex-Front national est un parti comme les autres. 

Quelques éléments de ce dossier que souligne : 

La “dédiabolisation” de l’ex-Front national (et en particulier de Marine Le Pen) se matérialise par cette idée selon laquelle “En quoi Marine Le Pen serait-elle pire ?” (c’est-à-dire pire que les autres hommes et femmes politiques). Comme je ne pense pas qu’elle ait fondamentalement changé ces 15 ou 20 dernières années, je pense plutôt que l’ensemble de la classe politique française est surtout arrivée à démontrer qu’elle ne valait pas mieux… 

Dans l’analyse de la sociologue Anne Muxel, on apprend que le succès de l’extrême-droite auprès des jeunes s’explique aussi par le fait que : 

Continue reading Extrême-droite : premier parti des 25-34 ans en France

Parution : Néo Santé, n°110, avril 2021

Nouvelle parution : “Covid et stress oxydatif”, Néo Santé, avril 2021, n°110, p. 24.

Parution ce mois-ci dans Néo Santé, de mon article sur le stress oxydatif. Je relaye en fait une étude de l’Université de Liège, parue très récemment, et qui révèle le rôle important du stress oxydatif dans les formes graves de Covid-19. Les chercheurs et chercheuses ont évalué le niveau de stress oxydatif de patients d’une unité de soins intensifs.

Cela fait lien avec l’alimentation que je défends dans cette rubrique “Paléonutrition”. Alimentation qui est particulièrement riche en antioxydants : fruits (dont en particulier fruits rouges), légumes, noix, poissons gras, thé vert, etc…. et particulièrement dénuée de tout ce qui favorise la présence de radicaux libres dans l’organisme : charcuterie industrielle, aliments à index glycémique élevé, excès en graisses polyinsaturées, etc.

De plus, les stress oxydatif est en soi lié à un des facteurs de comorbidité majeur du Covid-19 : l’obésité. Celle-ci induit effectivement du stress oxydatif…

(Je précise que je n’ai pas écrit le chapeau, il émane de la rédaction. C’est toujours le cas, comme le titre, et ça ne me pose pas de problème. Mais je le précise cette fois-ci, parce que je n’utilise jamais les mots “grands médias” ou l’idée d’ “occulter”.

Bonne lecture !

Association entre burnout parental et “culture individualiste”

On en parle beaucoup dans la presse aujourd’hui : une étude réalisée par un consortium de psychologues montre que le burnout parental est plus fréquent dans les pays de culture “individualiste” (principalement Occidentaux : 🇺🇸 🇫🇷 🇬🇧 🇩🇪 🇵🇱 🇳🇱 …). 

C’est très intéressant, et ça rejoint plusieurs choses sur lesquelles je bosse pour l’instant, dont le concept d’espace public. Je m’explique… 

Quand on parle de pays de culture “individualiste”, n’y voyez pas une opposition aux pays “collectivistes”, au sens de communistes. “Individualisme” signifie ici : “une préférence pour un cadre social lâche, dans lequel on attend des individus qu’ils ne prennent soin que d’eux-mêmes et de leur famille immédiate“. Cette variable provient du Culture Compass de Hofstede que vous pouvez consulter ici (essayez, on peut comparer les pays, c’est marrant !)

Bref, l’étude du Consortium, portant sur 42 pays et 17.409 patients, a montré que la variable “individualisme” est la seule qui est significativement associée au burnout parental. Et cela même lorsqu’on contrôle les autres variables : démographie, charge parentale (nombre d’enfants, etc.), inégalités économiques, etc. 

Les chercheurs et chercheuses concluent qu’”un renforcement du réseau social d’aide mutuelle et de solidarité autour des familles pourrait aider à diminuer la prévalence du burnout parental dans les pays individualistes“. 

Je pense que ce que l’on est en train de perdre, principalement, dans les pays occidentaux, ce sont tous ces lieux de sociabilité qui composent l’ “espace public informel” : ce qu’on appelle aussi les “tiers-lieux“, qui ne sont ni le domicile (premier lieu), ni le boulot (deuxième lieu). 

Aujourd’hui, dans combien de lieux ou cercles informels un parent peut-il à la fois parler de ses problèmes de parent, échanger ses expériences, verbaliser ses craintes et avoir des conseils d’autres parents ? Je pense que le nombre diminue.

Je parle bien de lieux “informels”, et de conseils de “pairs”. Non pas de lieux “formels” (service social, centre psychologique, etc.), ni de conseils d’ “experts”. Je parle de lieux où on ne vient pas pour parler de ses problèmes, mais où on peut le faire aisément. 

Je pense aux discussions qui peuvent avoir lieu au bord d’un terrain de sport pendant l’entraînement des enfants, en cuisine lors de la préparation des repas de la fancy-fair de l’école, au marché, au café, à l’épicerie, chez le coiffeur, lors d’une fête de quartier, lors d’un barbecue entre amis, à la sortie de la messe/mosquée/synagogue, après un cours de fitness, à la fin de la répétition de la chorale, au-dessus de la haie entre voisins, lors d’une fête de famille élargie (mariage, baptême, etc.), en fin de réunion du projet local en transition, au bord de la plaine de jeux, etc. 

Continue reading Association entre burnout parental et “culture individualiste”