Brève réflexion sur l’influence : l’exemple de la lutte pour le climat

L’air du moment semble être à la recherche de “qui mène le meilleur combat ?”… C’est au niveau de la lutte pour le climat que ça se voit le plus : qui mène le combat le plus légitime ? Les jeunes dans la rue ? Celles et ceux qu’on a élus pour cela ? Les mouvements citoyens ? Les ONG et associations ? Les entreprises ?

… et la question inverse : Qui fait de la récupération ? Qui fait du “green washing” ? Qui fait du lobbying ?

C’est passer à côté d’un facteur essentiel lorsqu’il s’agit de changement social (ici le changement vers une société moins émettrice de gaz à effet de serre) : c’est la multiplicité d’avis convergents qui pousse à s’y conformer.

Les études les plus classiques sur l’influence sont certainement celles de Solomon Asch. Dans ces fameuses expériences de 1955, il testait la probabilité qu’un sujet se conforme à l’avis du reste du groupe. Le dispositif était poussé jusqu’à l’extrême, puisqu’il s’agissait d’un test pour lequel les participants devaient répondre à voix haute. Le sujet avait la bonne réponse et les autres participants étaient en fait des complices qui donnaient de mauvaises réponses. L’expérience testait dans quelle mesure le sujet allait abandonner sa réponse qu’il savait correcte, pour se conformer au groupe et donner une mauvaise réponse.

Si un seul complice donnait une mauvaise réponse : pas d’influence. Deux complices : à peine plus. Mais à partir de 3 complices, l’influence devenait bien plus grande (Gerard, & al. 1868). Plus de personnes donnent le même avis, plus ça nous influence.

Autre exemple : vous marchez en rue, une personne est statique et regarde vers le ciel. Vous vous arrêtez pour regarder avec elle ? Peut-être. Pas sûr… Même exemple, mais elles sont 5 à regarder en l’air ? Vous vous arrêtez et regardez ! 🙂 (Leyens & Yzerbet, 1997).

Et ça n’aurait pas de sens de chercher à savoir laquelle de ces 5 personnes vous a le plus influencé. C’est le fait qu’elles étaient 5 qui vous a influencé.

C’est le fait qu’un collègue vous parle de quelque chose ET que votre belle-soeur vous en parle également ET que vous avez vu un reportage au JT sur cette même chose ET qu’il y avait des pubs sur le sujet dans le métro qui vous influencera sur quelque chose, et non pas juste votre collègue, votre belle-soeur, le JT ou la pub… C’est la répétition qui donne du poids. Continue reading Brève réflexion sur l’influence : l’exemple de la lutte pour le climat

Share

Parution : Néo Santé, n°86, février 2019

Nouvelle parution : “Comment dormir mieux (I)”, Néo Santé, n°86, février 2019, p. 24. Savez-vous que les chasseurs-cueilleurs du Kalahari, de Tanzanie et de Bolivie ne dorment pas réellement plus que nous ? On dit souvent que nous manquons de sommeil, et pourtant, ces peuples qui ont un mode de vie totalement différents du nôtre (pas de Netflix, pas de fil facebook à scroler toute la nuit, pas de train à prendre tôt le matin…) dorment entre 5,7 et 7,1 heures par nuit.

Par contre, le fait qu’ils vivent en pleine nature fait que leur sommeil est bien plus que le nôtre régulé par la température extérieure : ils s’endorment lorsque la température commence à chuter (en moyenne 3,3 heures après le coucher du soleil) et se réveillent lorsque la température remonte légèrement, généralement à l’aurore.

De manière intéressante :

  • ils dorment en moyenne 1 heure de plus en hiver (parce que la température chute plus vite le soir)
  • seulement 5% disent avoir eu des problèmes pour s’endormir… une fois dans leur vie ! Deux de ces peuples n’ont même pas de mots pour l’insomnie : les chercheurs ont dû leur expliquer le concept même 🙂 … Pour rappel : 10 à 30% de la population mondiale souffrent de problème d’insomnie chronique !

Si on prend un peu de recul et qu’on compare les différentes espèces animales, on voit par ailleurs que la durée moyenne du sommeil est liée à notre système immunitaire : plus une espèce dort longtemps, plus son système immunitaire est complexe… Intéressant !

… Et le mois prochain, j’explorerai précisément l’impact du manque de sommeil (ou du mauvais sommeil) sur notre santé ! 😉

D’ici là… dormez bien !! 😉

Share

Création d’un organe permanent de la participation citoyenne à Madrid

Le conseil municipal de Madrid vient, ce mardi 29 janvier, de créer l’Observatoire de la ville (El Observatorio de la Ciudad) : un organe permanent de la participation citoyenne !

Cet Observatoire de la Ville sera composé de citoyens et citoyennes tirés au sort. Ceux-ci suivront l’action municipale et formuleront des recommandations, durant un an.

Le dispositif s’inspire de ce qui a été fait au Canada, en Australie, ou en Irlande, par exemple, où avait été créée une commission constitutionnelle composée de 33 responsables politiques et de 66 citoyens et citoyennes tirés au sort. C’est ce processus participatif qui avait, en Irlande, ouvert la porte à une dépénalisation de l’avortement.

A Madrid, il est prévu que les membres de l’Observatoire débattent des sujets qui concernent la ville. Ils peuvent même proposer des consultations sur base de propositions citoyennes via la plateforme de participation “Decide Madrid“.

“Decide Madrid” est une création de la coalition au pouvoir actuellement à Madrid. Cette plateforme d’une part permet aux Madrilènes de proposer, délibérer et voter sur les politiques de la Ville, et d’autre part, assure de la transparence dans le fonctionnement municipal.

C’est mardi prochain, le 5 février, que la Mairie de Madrid procèdera au premier tirage au sort, qui devrait permettre de sélectionner 30.000 foyers. Dans ces foyers, celles et ceux qui accepteront l’invitation participeront à un deuxième tirage au sort, le 12 mars. Ce deuxième tirage au sort tiendra compte des caractéristiques d’âge, de sexe et de répartition géographique.

Continue reading Création d’un organe permanent de la participation citoyenne à Madrid

Share

Félicitations à Steven Van Roey et Jordan Croeisaerdt, gagnants de mon concours TEDx UNamur 2019

Félicitations aux deux gagnants du concours que j’avais lancé pour remporter une place au TEDx UNAMUR du 27 février : Steven Van Roey et Jordan Croeisaerdt

Comme j’y parlerai d’entrepreneuriat, du fait de se lancer, de vivre de ses projets, je voulais offrir ces places à deux entrepreneurs qui sont dans la même démarche !

Je vous laisse découvrir les projets de Steven et Jordan. Comme tous les entrepreneurs passionnés, c’est eux qui en parlent le mieux ! J’ai juste surligné certains éléments qui me semblent fondamentaux :

  • L’importance de la passion
  • Le fait de suivre ses valeurs
  • L’envie d’apporter quelque chose aux autres
  • Le fait que le projet s’inscrive dans un parcours de vie
  • La possibilité d’activer toutes ses compétences

Bonne lecture ! Et si vous êtes intéressé.e de venir assister au TEDx UNamur, il est possible de réserver une place ici : https://www.tedxunamur.be/


Le projet de Steven Van Roey (Self-made entrepreneur)

« Un bien n’est agréable que si on le partage » – Sénèque

J’aime beaucoup cette citation car je m’y retrouve beaucoup. Je me souviens que depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours aimé partager avec autrui. Que ce soit matériellement (partager mes jouets) ou personnellement avec mon enthousiasme et mon énergie lors d’activités auxquelles je participais. Continue reading Félicitations à Steven Van Roey et Jordan Croeisaerdt, gagnants de mon concours TEDx UNamur 2019

Share

Pour poursuivre après l’émission “A votre avis”, sur les mouvements citoyens

Comme je savais que mes interventions seraient très courtes, je m’y étais préparé, et j’ai dit ce que je voulais dire (à 34:11 et 54:46). J’espère que c’était suffisamment clair.

Si vous n’avez pas pu regarder le débat en direct, les liens sont ci-dessous :

Et pour aller plus loin, je voulais rebondir sur quelques éléments liés à la demande actuelle de participation de la part des citoyens (qu’ils soient rassemblés en liste ou pas, d’ailleurs), afin de poursuivre la discussion :

1.

On a très peu parlé du niveau local, c’est pourtant d’abord, et principalement, là que doit s’inscrire la participation des citoyens et citoyennes. Souvent, quand on parle de consulter la population, on s’imagine uniquement consulter “Les Belges”, sur des questions un peu démesurées : les flux migratoires, la scission du pays, la peine de mort. Avant d’en arriver là, il y aurait des milliers d’occasions d’impliquer les citoyens et citoyennes dans la prise de décision, au sein des 589 communes de Belgique, sur des questions comme la revitalisation de leur centre-ville, la préservation du patrimoine, la mobilité qui sera favorisée, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, etc.
Il y a déjà des choses qui se font, mais ça reste très rigide et minimaliste. Il y a énormément de choses à faire pour créer une réelle culture de la participation politique, d’abord sur les enjeux qui concernent le plus directement les citoyens et citoyennes.
La démocratie se construit mieux du bas vers le haut.

2.

C’est en favorisant tous ces dispositifs participatifs, en ramenant comme “évident” le fait qu’en démocratie, celles et ceux qui sont directement concernés par un enjeu peuvent prendre part aux décisions, qu’on créera (ou re-créera) de la culture politique. Avoir des cours de la citoyenneté à l’école ne sert pas à grand chose, si une fois qu’on quitte l’école, le rôle de citoyen se limite à aller voter une fois toutes les x années. En fait, c’est un peu comme toutes ces heures passées à utiliser un compas à l’école. Parfois, à 40 ans, on se demande un peu à quoi ça a servi 

La citoyenneté, c’est comme pour tout, il faut la PRATIQUER. “Repolitiser le citoyen”, comme l’a dit Stéphane Michiels (53:43), de Belvox, c’est à mon sens permettre au citoyen de jouer pleinement, et régulièrement, son rôle politique.

Je cite souvent cet exemple : John Stuart Mill (1806 – 1873), grand penseur libéral, faisait tout à fait le lien, dans son célèbre “De la liberté” (1859), entre la participation des individus à la gestion des “affaires communes” et l’éducation. Et pour lui, le fait d’avoir des jurys d’individus dans les “institutions libres et populaires à l’échelon local et municipal” représentait “la partie pratique de l’éducation politique d’un peuple libre”. Continue reading Pour poursuivre après l’émission “A votre avis”, sur les mouvements citoyens

Share

Le “Democracy Index” montre le déficit de “participation politique” en Belgique

Comme chaque année, The Economist a sorti son “Democracy Index”. Et comme chaque année, la Belgique 🇧🇪 ne brille pas par ses performances…

Sur 21 pays d’Europe de l’Ouest, la Belgique est… 17ème ! 👎

Il y a 14 “démocraties complètes” (“Full democracy”) en Europe de l’Ouest, mais la Belgique n’en fait pas partie. Elle est classée dans les “Flawed democracies”, qu’on pourrait traduire par “démocraties défectueuses”. La définition qu’en donne The Economist est celle-ci (je traduis) :

“Ces pays ont des élections libres et équitables, et même s’il y a des problèmes (comme des entorses à la liberté de la presse), les libertés civiles de base sont respectées. Néanmoins, il y a des faiblesses significatives dans d’autres aspects de la démocratie, dont des problèmes de gouvernance, une culture politique sous-développée et des niveaux bas de participation politique”.

… Ca sonne plutôt correct comme constat, non ?

Et devinez sur quelle variable la Belgique fait son plus mauvais score ? … devinez… devinez… Bingo ! La “participation politique ” !! Score : 5/10 ! 👎👎

Qu’est-ce qui rentre en compte pour juger la “participation politique” ? Le turnover au niveau du Parlement, la participation des femmes et des minorités, l’engagement des citoyens, l’intérêt de la population pour les informations politiques, les efforts faits par les dirigeants pour promouvoir la participation, etc… Continue reading Le “Democracy Index” montre le déficit de “participation politique” en Belgique

Share

Un jury tiré au sort en Cour d’assises. Pourquoi pas le tirage au sort en Politique ?

A l’occasion du procès Nemmouche, on peut se demander pourquoi des citoyens tirés au sort sont considérés comme aptes à juger un crime, mais seraient incapables de prendre des décisions de politique communale, par exemple ?

On sait que le tirage au sort était un élément central de la démocratie athénienne. Celui-ci renvoie directement à la notion d’ “égalité”, qu’on retrouve dans l’ “isonomie” : l’égalité des citoyens devant la loi.

Égalité en droits, comme en devoirs…

  • Ainsi, la tâche pour laquelle on tire au sort peut être une “corvée” à laquelle personne ne veut se coller (un long procès d’assise, un dimanche en tant qu’assesseur, etc.) : on tire alors au sort pour ne pas pénaliser certains plus que d’autres.
  • Ou inversement, la tâche pour laquelle on tire au sort peut être un “privilège” (être membre d’une Assemblée, prendre part aux décisions politiques, etc.) : on tire alors au sort pour ne pas favoriser certains plus que d’autres.

Dans un cas comme dans l’autre, derrière l’idée du tirage au sort, il y a l’idée que nous sommes toutes et tous égaux vis-à-vis de charges publiques : nous “pouvons” et nous “devons” toutes et tous assurer des charges publiques.

Et cela quelles que soient nos connaissances du domaine, quel que soit notre niveau d’étude, etc.

Il est étrange qu’on n’entende pas tellement, à propos des jury d’assise, les arguments habituels contre le tirage au sort au niveau politique : “Et si étaient tirés au sort des gens incompétents ? Et des extrémistes ? Et des gens mal intentionnés ?”

Les jurés prêtent “serment”, ce qui renvoie étymologiquement à un acte “sacré”, à un engagement envers quelque chose qui les “transcende”, ici en l’occurence : la Loi, ou la Justice pourrions-nous dire, représentés par la Cour. Continue reading Un jury tiré au sort en Cour d’assises. Pourquoi pas le tirage au sort en Politique ?

Share

La démocratie participative, le lien avec le territoire. Et pourquoi il est important, en Belgique, de garder les provinces.

Les demandes de participation citoyenne et de démocratie plus délibérative n’ont de sens que si elles s’accompagnent d’une réflexion sur l’ÉCHELLE de la décision, c’est-à-dire sur le territoire, sa structuration et la répartition des compétences. (Ouïe ! Sujet “touchy” en Belgique)

Creusons un peu : ce n’est pas un hasard si l’origine du mot “citoyen” est “civitas” en latin, c’est-à-dire la “Cité”, et plus particulièrement la “Cité-État”, comme en Grèce (en particulier dans la période hellénistique) et dans l’Empire romain. La “Cité” ne peut pas se réduire à un territoire, mais y est quand même relativement liée. Plutarque* voyait d’ailleurs l’acte fondateur de la démocratie athénienne dans un mot très rarement mentionné : le “synœcisme”, c’est-à-dire la réunion de plusieurs villages en une Cité.

La démocratie se construit mieux du bas vers le haut, selon le principe de subsidiarité, c’est-à-dire en donnant la responsabilité d’une action publique à l’entité la plus proche de celles et ceux qui sont directement concernés par cette action. (Wiki : https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_subsidiarit%C3%A9) Et si on ne peut pas régler un problème à cette échelle, on passe alors à l’échelle supérieure. Du bas vers le haut.

En ce sens, je crois que celles et ceux qui veulent la disparition des provinces se trompent. Les communes belges comptent en moyenne 19.000 habitants (médiane = 12.000 habitants). Sans les provinces, l’échelle supérieure aux communes (c’est-à-dire les régions) compte soit 3,6 millions d’habitants (Région wallonne), soit 6,5 millions d’habitants (Région Flamande). Le saut d’échelle est beaucoup trop grand. Ca veut dire que si une problématique dépasse le territoire d’une commune, on est obligé de faire un saut vers l’échelle régionale, et on crée inévitablement un gap entre celles et ceux qui vont décider et celles et ceux qui sont concernés.

Chaque saut d’échelle constitue un risque démocratique. “More is different” : on ne décide pas à 3 ou à 6 millions comme on décide à 20.000. On ne peut pas réfléchir aux dispositifs de participation citoyenne sans aborder les questions d’échelle.

Les Provinces

Et à bien des égards, les provinces présentent une grande “robustesse” historique (“Effet Lindy”), avec des découpages peu changés depuis les anciennes provinces, les départements français, les principautés, les comtés, et les “civitates” de l’Empire romain. En fait, les Provinces présentent une réalité historique (et géographique) plus grande que les Régions, qui sont surtout le fruit du 19ème siècle industriel (et dans une moindre mesure des deux guerres mondiales). L’histoire de la Région wallonne en particulier, est celle du mouvement ouvrier, du patronat, et des concertations sociales.

Continue reading La démocratie participative, le lien avec le territoire. Et pourquoi il est important, en Belgique, de garder les provinces.

Share

Parution : Néo Santé, n°85, janvier 2019

Nouvelle parution : “Retrouver les bienfaits du froid (III)”, Néo Santé, n°85, janvier 2019, p. 24. Troisième volet de ma série sur l’exposition au froid, pour commencer l’année ! J’entame donc ma 8ème année comme rédacteur de cette rubrique #paleo dans Néo Santé… Le froid permet d’améliorer nos défenses immunitaires. C’est un nouvel exemple du phénomène d’Hormèse, dont j’avais déjà parlé à propos de l’antifragilité (de Nassim Nicholas Taleb) : une faible exposition est positive alors qu’une exposition trop grande est mortelle. À retenir : s’exposer au froid augmente l’action des lymphocytes (une variété de globules blancs). Profitez de l’hiver, donc !

Share

Réflexion sur les médias [1/3]* : Méfiance et complotisme

Avec la mobilisation des gilets jaunes, beaucoup de journalistes semblent découvrir la méfiance que les médias traditionnels suscitent auprès d’une part importante de la population, et la dimension “complotiste” que cette méfiance peut prendre.
 
S’étonner de cette méfiance, c’est, je crois, rester dans un biais qu’on pourrait appeler “objectiviste” (ou “journaliciste”), qui consiste, à l’instar de Saussure à propos de la langue, à percevoir l’information comme “un objet autonome et irréductible à ses actualisations concrètes”**. Autrement dit, tout comme le linguiste aurait tort de penser que toute personne qui parle perçoit le langage comme un linguiste, le journaliste aurait tort de penser que toute personne qui s’informe perçoit l’information comme un journaliste (ou un analyste des médias).
 
“In real life”, les gens “normaux” ne jugent pas une information selon des critères journalistiques (tels qu’on les enseigne dans les écoles de journalisme ou dans la pratique au sein d’une rédaction), mais en termes de “confiance / méfiance”. Et le couple confiance / méfiance a ceci de particulier qu’il est totalement asymétrique, c’est-à-dire qu’il suffit d’une fois (un fait, un acte, etc.) pour qu’une confiance soit trahie.
 
Prenez cet exemple : si vous trompez un jour votre conjoint ou votre conjointe, ça ne servira probablement à rien de dire que “ce n’est qu’une fois en 10 ans, soit un jour sur 3650, soit seulement 0,02% du temps… que par conséquent vous avez été fidèle 99,98% du temps, et qu’il n’y a donc pas de raison de ne plus vous faire confiance”… 🙂 Une seule fois suffit pour créer la méfiance.
 
Ok, l’exemple est cocasse, mais il en va de même pour un partenaire commercial qui vous trahirait ou pour un ou une collègue qui vous ferait faux-bond quand vous avez le plus besoin de son aide.
 
Mais revenons au lien entre information et couple “confiance / méfiance” : feriez-vous confiance à un cueilleur de champignons qui ne se trompe pas 95% du temps sur leur dangerosité ? Est-ce que vous mangeriez les champignons qu’il vous propose ? Feriez-vous confiance à l’information qu’il vous donne ? “In real life”, se baser sur une information erronée peut être catastrophique (et on pourrait prendre des milliers d’exemples). Mieux vaut donc être (naturellement) méfiant, a fortiori lorsque la personne ou l’institution qui émet cette information a déjà fait preuve d’inexactitudes.

Continue reading Réflexion sur les médias [1/3]* : Méfiance et complotisme

Share