Addenda à ma lettre au roi

Vous pouvez lire la lettre ici sur le site de La Libre

J’ai essayé que la lettre ne soit pas trop longue. Voici quelques notes complémentaires :

1) Le Congrès national de 1830 en Belgique restait marqué par la Révolution française, qui a constitué une grande source d’inspiration. D’où le fait que les Constituants aient pensé un système centralisé, correspondant aussi aux besoins de la société industrielle encore naissante. Dans une ère postindustrielle, comme aujourd’hui, il y a un sens à penser à décentraliser.
=> C’est ce que j’ai développé dans ce texte

2) Dans ses Politiques, Aristote a fortement mis l’accent sur l’importance de la taille d’une communauté politique. En particulier, il fait la distinction entre les “grandes cités” et les “cités populeuses”. Il écrit que la plupart des gens jugent la “grandeur” d’une cité par le nombre de ses habitants, “alors qu’il vaut mieux prendre en considération (…) la capacité car la cité elle aussi a une oeuvre déterminée à accomplir, de sorte que c’est celle qui a la capacité de la mener au plus au point à son terme qu’il faut considérer comme la plus grande”.
=> Autrement dit, on n’est pas nécessairement plus forts quand on est plus nombreux. On est plus forts quand on est plus forts. Point. S’il y a certaines décisions qu’on n’est plus capables de prendre à 10 millions au niveau fédéral, il faut les prendre à un niveau plus local.

Continue reading Addenda à ma lettre au roi

Parution de ma lettre au roi, sur le site de La Libre Belgique

Parution aujourd’hui, dans l’édition électronique de La Libre Belgique, d’une lettre que j’ai adressée… au roi ! 🙂

Lien : “Sire, reconstruisons la Belgique par le bas, par le niveau local

Cela peut paraître un peu dingue, mais après plus d’un an sans gouvernement, et vu l’impasse dans laquelle la Belgique est enfoncée, je pense qu’il y a une piste qui reste inexplorée, et pourtant à la fois au fondement de la démocratie ET au fondement de la Belgique : c’est celle qui consisterait à donner la main aux ASSEMBLÉES LOCALES, et par là, j’entends les conseils communaux, les conseils provinciaux et toutes les expériences démocratiques récentes sous forme d’assemblées citoyennes. 

Tout est expliqué longuement dans la lette, mais en résumé : 

– Une nation – et à plus forte raison un nation démocratique – se construit du bas vers le haut. Et ça a été le cas pour la Belgique. Ce pays est avant tout une union de provinces (Cfr la Déclaration d’indépendance et la Constitution, jusqu’au régionalisme). 

– Les provinces ont toujours participé à un mouvement centripète d’union nationale; alors que les communautés et régions ont répondu à une logique centrifuge, de division nationale. 

– On ne crée pas une fédération avec un nombre aussi limité que 3 entités fédérées (régions ou communautés). Surtout, dans un état fédéral, aucune entité fédérée ne devrait être assez grande pour défier l’autorité fédérale. Là réside tout le mal belge. Le modèle suisse, avec 26 cantons, pour un territoire à peine plus grand que la Belgique, est bien mieux pensé. 

Continue reading Parution de ma lettre au roi, sur le site de La Libre Belgique

Être indépendant en Belgique, c’est souvent faire l’expérience de la pauvreté.

Cela fait exactement 1 an que j’ai créé la société “Innovons” pour toutes mes activités en communication et participation. Et je voulais jouer franc jeu en montrant ce que c’était exactement que d’avoir une entreprise en Belgique.

On entend plein de choses sur les taxations, la fiscalité des entreprises, les riches, les pauvres, l’Etat… mais ce ne sont que des beaux discours (idéologiques). Le plus souvent, c’est bullshit et langue de bois, et celles et ceux qui les tiennent ne sont pas entrepreneurs eux-mêmes.

Alors, voici l’aperçu d’une année d’entrepreneuriat en Belgique, quand on a une société et qu’on est seul dedans. Avec tout ce qu’Innovons a gagné en un an :

  • J’ai pu me payer, en salaire net, 13.800 € – oui, ça fait un salaire de +/- 1100 € net/mois !
  • L’Etat a, lui, “gagné” 18.396,01 €

… Même si on rajoute les avantages en nature (voiture de société et GSM = 3.068,67€), l’Etat a toujours gagné plus que moi.

Sans oublier les frais de comptable, qui ne servent au final qu’à se mettre en ordre… pour l’Etat.

Et pour être tout à fait précis, je suis toujours dans ma première année comptable, du coup, je n’ai pas encore payé mes impôts de société. Et ces chiffres ne représentent pas l’ensemble du chiffre d’affaires d’Innovons, parce que je n’ai pas repris ici les frais professionnels (comme toutes ces cartouches d’encre que j’ai vidées !) et qu’il reste de l’argent sur le compte de la société… en prévision des impôts à payer. Je voulais juste comparer ce que j’avais gagné en tant que travailleur (et qui me permet de nourrir ma famille) et ce qui était parti vers l’Etat.

En Belgique, c’est donc majoritairement l’Etat qui profite du fruit de votre travail, lorsque vous êtes indépendant.

Précision : je ne conteste pas le fait de payer des impôts, de contribuer à la société et de participer à une forme de partage des richesses… mais voyez l’aberration : Continue reading Être indépendant en Belgique, c’est souvent faire l’expérience de la pauvreté.

Brève réflexion sur la proposition de Théo Francken sur l’arrestation des étrangers en séjour illégal

Aujourd’hui, se pose en Belgique la question de savoir si la Police peut pénétrer dans un domicile privé pour arrêter un étranger en séjour illégal, dans le domicile de l’étranger en question, ou dans le domicile des personnes qui l’hébergent. Les magistrats refusent : cette mesure impliquerait une intervention judiciaire (avec juge d’instruction) pour des personnes qui font l’objet d’une procédure administrative, et pas judiciaire.

… En fait, cette question s’est déjà posée, à Bruxelles, dans des termes très similaires. C’était en 1942.

L’occupant allemand exige effectivement que la police bruxelloise procède aux arrestations de Juifs qui n’ont pas répondu à la convocation à comparaître à la visite médicale ou au bureau d’embauchage. Jules Coelst, Bourgmestre de Bruxelles faisant fonction à l’époque, refuse l’ordre de l’occupant allemand et écrit, dans une lettre du 6 juin 1942 : “Je me fais un devoir de vous informer, ainsi que je l’ai déjà écrit auparavant à une autre autorité allemande, que la police communale en Belgique est purement administrative et créée uniquement pour maintenir l’ordre public. (…) Si l’arrestation doit avoir lieu pour crime ou délit, c’est à la police judiciaire d’intervenir, qui, elle, est sous la direction de M. le Procureur du Roi”.

Coelst argumente son refus en disant que dans ce cas précis, il n’est pas responsable car l’ordre public n’est pas menacé.

Finalement, ce sont les Allemands eux-mêmes qui exécuteront la plupart des rafles de 1942 à Bruxelles.

[Extrait] : “Ce 3.9.42, vers 20,30 heures, des nombreux policiers allemands ont établi un barrage r/Blaes-Miroir, Tanneurs, rue de la Querelle, Vanderhaegen, terreNeuve, boulevard du Midi. D’autres se sont répandus dans les rues se trouvant dans cet îlot. Ils se sont introduits dans les maisons et y ont arrêté toutes les personnes juives sans distinction d’âge ni de sexe. Ces personnes ont été embarquées et conduites par des camions allemands vers un endroit ignoré”. Les policiers bruxellois ne sont pas intervenus “activement” dans les arrestations.

Source : Majerus, B. (2003). Logiques administratives et persécution anti-juive. La police bruxelloise et les arrestations de 1942, Cahiers d’histoire du temps présent, n° 12, pp. 181-217.
A lire ici : http://www.cegesoma.be/…/cht…/chtp12_006_Dossier_Majerus.pdf

Photo : Rafle opérée en 1943 dans le cadre de la lutte contre le marché noir par la police de Bruxelles dans le quartier des Marolles. (Photo CEGES)

Un vrai changement lors des prochaines élections ?

people-powermodifie

Je fais un pari : lors des prochaines élections – quel que soit le niveau de pouvoir – ce sera à qui aura fait le plus de “démocratie participative”, à qui aura le plus “donné la parole aux citoyens”, parmi nos chers élus. Au risque de dénaturer tout à fait le concept de “participation” et de le réduire à des stratégies électoralistes.

Je m’interroge sur ces politiciens qui disent vouloir “nous donner la parole”, alors qu’on leur a déjà donné notre voix. Qu’en ont-ils fait ?

En Belgique, l’émission “Les Décodeurs” de la RTBF abordait aujourd’hui la question des liens entre citoyens et politique, avec toutes ces initiatives visant à donner la parole aux citoyens : panel de citoyens au parlement wallon, “démocratie continue”, etc.

Il est heureux que les politiques se rendent compte du fossé qui s’est créé entre eux et la population, et de la nécessité de nous consulter, mais il est quand même difficile d’y voir autre chose qu’une tentative d’aller chercher un peu de légitimité auprès d’une population qui n’en peut plus de ces élites installées, qui ne nous représentent plus, et de leurs institutions qui nous désapproprient de la décision politique.

… A MOINS QUE… partout, lors des prochaines élections, se constituent des listes participatives, des mouvements citoyens, des initiatives qui viennent “d’en bas”, de la rue, de la société civile, des citoyens qui s’organisent, hors des partis, hors des institutions, et qui vont eux-mêmes porter leur parole dans les arènes politiques, sans attendre que les élus viennent leur poser la question…

Ca existe, il y a MA VOIX en France, Citizens UK en Angleterre, Democracy OS en Argentine, etc… Qui est partant pour créer quelque chose en Belgique ? En Wallonie ? A Genappe ?

Je suis convaincu qu’il suffit de se lancer… !