Stay in the game !

C’est probablement le meilleur conseil que je puisse donner à celles et ceux qui sont confinés à domicile. 

Ca veut dire : restez prêt et prête à reprendre une vie « normale » après : le boulot, l’école, les entraînements, vos projets. 

Ca veut dire concrètement de continuer à avoir un horaire, une discipline, une organisation. Continuez à vous lever tôt, à manger à heures fixes, à vous prévoir des plages de travail, à prévoir vos entraînements. 

C’est l’inverse de se dire qu’ « on n’a rien à faire de la journée »… parce que ça, c’est effectivement le meilleur moyen de ne rien faire de la journée. Si vous vous dites que, de toute façon, vous pouvez vous levez à l’heure que vous voulez, qu’il n’y a aucune raison de se faire des repas à heures fixes, puisque vous pouvez manger quand vous voulez, qu’il n’y a aucune raison de se dépêcher à s’entraîner puisque vous avez toute la journée, etc…, c’est le meilleur moyen de glander en pyjama toute la journée, et grignotant des chips devant Netflix ! 🙂

DONC : STAY IN THE GAME !! 

Levez-vous, douchez-vous, déjeunez, organisez votre journée et mettez-vous à la tâche ! Le confinement passera beaucoup plus vite ! 

J’aime bien cette idée du « Stay in the Game », parce que ça renvoie au sport. Imaginez cette période de confinement comme une période où nous nous sommes toutes et tous sur la touche, et où on peut profiter de cette mise sur la touche pour faire le point, réfléchir à la meilleure manière de progresser, et affûter nos compétences. 

Avancez-vous sur vos projets ? QU’EST-CE QUE VOUS POURRIEZ FAIRE POUR QUE VOTRE VIE D’APRÈS-CORONAVIRUS SOIT MIEUX QUE CELLE D’AVANT-CORONAVIRUS ? Chaque journée de confinement est une occasion de bosser là-dessus ! 

STAY IN THE GAME !! Pour revenir plus fort ou plus forte après !! 

(And stay at home !!) 😉 

En CrossFit : pas de différences hommes – femmes

Ce vendredi, lors des CrossFit Games, Karissa Pearce a réalisé une performance extra-ordinaire : 23 rounds sur le workout “Mary “. En 20 minutes, un maximum de fois 5 handstand push-ups, 10 pistols squats, et 15 pull-ups. Elle a donc maintenu plus d’un round par minute, durant 20 minutes ! 

La performance en soi ne parlera qu’à celles et ceux qui pratiquent le CrossFit. Mais il y a un fait plus intéressant : c’est le meilleur score hommes et femmes confondus ! Noah Ohlsen et Mathew Fraser, au coude-à-coude, dans un final trépidant, font une vingtaine de répétitions de moins (ils sont dans le 22ème round).

J’en profite donc pour parler d’un point important : dans le CrossFit, il n’y a pas vraiment de différences entre les hommes et les femmes. En fait, en tant que coach, le sexe de la personne n’est pas une information très importante quand je dois coacher quelqu’un.

Je m’explique. Si on me présente quelqu’un que je devrai coacher, ça m’intéresse de savoir si cette personne a eu des blessures dans le passé, si elle a quelques limitations physiques, si elle est actuellement sportive ou plutôt déconditionnée, quels sont ses objectifs, etc. Quand la personne est devant moi, je vais regarder si ses genoux tombent vers l’intérieur quand elle squatte, si elle est capable de maintenir une bonne position dorsale en portant une charge, si elle arrive à engager sa chaîne postérieure, si elle atteint une bonne extension au niveau des hanches, si elle a une bonne mobilité d’épaule, etc. Bref, il y a 1000 choses importantes à savoir et à observer pour coacher quelqu’un en CrossFit, avant de savoir si c’est un homme ou une femme. Il n’y a que dans la période de grossesse ou de post-grossesse que c’est important. Le reste du temps, ça ne change rien. Continue reading En CrossFit : pas de différences hommes – femmes

Comment s’hydrater (en particulier lorsqu’on s’entraîne et qu’il fait très chaud) ?

Il fait chaud, très chaud !! Si vous faites du sport, j’imagine qu’il est inutile de vous dire de vous hydrater, vous le savez déjà ! 😉

J’en profite pour proposer une série de 3 articles que j’ai publiés dans Néo Santé, en 2016, et consacrés à l’hydratation des sportifs. 

Les articles sont téléchargeables en plus grande taille via les liens ci-dessous :

1) “Comment s’hydrater ?” : quelle quantité ? faut-il croire les vendeurs d’eau en bouteille ? la soif comme meilleur guide… https://goo.gl/U8bNY3

2) “L’hydratation des sportifs” : les dangers de boire “trop”, l’hyponamétrie, boire à sa soif dans l’effort et le mythe des “boissons sportives”… https://goo.gl/pt5u1f

3) “Que boire après l’effort ?” : l’eau de coco, les crampes après l’effort et les types d’eau… https://goo.gl/QZ8RJD

Bonne lecture (à l’ombre) 😉

Parution : Néo Santé, n°59, septembre 2016

Photo 2-09-16 08 40 32

Nouvelle parution : “Comment s’hydrater ?”, Néo Santé, n°59, septembre 2016, p. 32. Sur son site, Evian donne des “astuces hydratation” : “Le matin, ouvrez une bouteille d’1,5 litre et buvez-la tout au long de la journée“. De son côté, Vittel conseille d’amener une bouteille d’1 litre au travail. Aux Etats-Unis, la formule consacrée est le “8 x 8” : 8 x 8 ounces d’eau par jour.

Le problème est que la communauté scientifique est beaucoup moins convaincue que les marques d’eau en bouteilles. En fait, lorsque des chercheurs se penchent sur la question, ils découvrent qu’il n’y a aucune preuve de la nécessité de boire 1,5 à 2 litres d’eau par jour.

Bien sûr, il faut boire de l’eau. Et l’eau est le meilleur des liquides à boire. Mais s’astreindre à boire au-delà de sa soif n’a pas de sens.

Notre corps a tout un ensemble de mécanismes nous indiquant quand nous devons boire. Nous nous y sommes fiés tout au long de notre évolution. Autrement dit : laissez la soif être votre guide ! Et là-dessus, les scientifiques sont assez unanimes.

Les seuls cas où il faudrait se forcer à boire seraient en cas de maladie, ou à partir d’un âge où le mécanisme de la soif n’agit plus correctement.

Suite à lire dans Néo Santé…

En fait, cet article est assez proche de ce que j’avais écrit sur l’industrie du sucre : entre les recommandations proposées par l’industrie et ce que l’on sait scientifiquement, il y a généralement un immense fossé, qui s’appelle la surconsommation !