Nobody puts words in my mouth

A mon sens, une des phrases les plus puissantes de Malcolm X ! Surtout compte-tenu de son parcours personnel, et de sa distanciation avec le radicalisme de l’organisation Nation of Islam… ce qui lui a plus que probablement coûté la vie.

Cette phrase a d’ailleurs été dite 2 semaines avant son assassinat, lors d’une conférence dans le Sud des Etats-Unis. Elle est relayée par Alvin Adams, dans “Jet”, le 5 mars 1965*.

Pour aller plus loin : je pense qu’une des compétences intellectuelles les plus importantes est la capacité à ne pas se laisser enfermer dans des cases, dans lesquelles on parle à votre place. Dit autrement : à partir du moment où vous vous collez (ou laissez coller) une étiquette, celle-ci parlera à votre place.

Source : Breitman, G. (dir.) 1965. Malcolm X Speaks. Selected Speeches and Statements Edited with Prefatory Notes by George Breitman, New-York : Grove Press, p. 225.

Improvise, Adapt and Overcome

J’aime vraiment bien cette devise, reprise aux Marines US : “Improvise, Adapt and Overcome”, c’est-à-dire “improviser, adapter et surmonter”.

Rien ne sert de se plaindre, il faut improviser et agir. C’est tellement vrai depuis le début de cette pandémie.

Et c’est très stoïcien aussi. Ceux-ci pensaient que tout arrivait pour une certaine raison, que ça faisait partie de l’ordre des choses, et que par conséquent, ça ne servait à rien de s’en étonner, de s’en irriter, de s’en plaindre.

Marc Aurèle l’exprime très bien :

“Le concombre est amer ; jette-le. Il y a des ronces dans le chemin; évite-les. Cela suffit. N’ajoute pas : Pourquoi cela existe-t-il dans le monde ?”

J’avais essayé de l’expliquer ici dans le texte Coronavirus : Don’t f*** with nature“…

Plus que n’importe qui, le personnel soignant a dû improviser et adapter pour qu’on puisse surmonter 2 vagues de propagation du virus.

Dans tous les autres domaines, celles et ceux que j’ai vu improviser et s’adapter sont aussi celles et ceux qui n’ont pas ajouté des questions inutiles à la cessation de leur activité (“mais est-ce que ce virus est vraiment plus dangereux que la grippe normale ?”, “est-ce qu’on ne nous manipule pas pour restreindre nos libertés ?”, etc.), et qui ont focalisé toute leur énergie sur la meilleure manière de résoudre leur problème : à savoir, souvent, comment survivre financièrement ?

Et “What’s right is what works” comme on dit : certains et certaines ont diversifié les services de leur entreprise, d’autres ont eux-mêmes modifié leurs activités professionnelles. Moi-même, j’ai pas mal changé mes activités, en mode #BackpackEntrepreneur

Et puis, on peut aussi penser aux écoles qui ont dû, très vite, improviser et adapter. Et à tout ce qu’on a improvisé et adapté dans nos vies quotidiennes…

D’un point de vue stoïcien, c’est assez raisonnable de dire que les virus font partie de la nature. Il y en a eu avant, il y en aura après. Un proverbe haïtien dit “Derrière les montagnes… il y a d’autres montagnes”. Et on a vu que derrière une 1ère vague, il y a une 2ème vague. Peut-être une 3ème ?

Gardez à l’esprit que le plus raisonnable est toujours d’improviser, d’adapter et de surmonter.

Qu’avez-vous adapté ? Au niveau professionnel ? Dites-moi, ça m’intéresse !

D’abord être moins dépendant de l’État…

Je suis pour le moins d’État possible. 

Mais contrairement aux partis libéraux et libertariens, je ne pense pas qu’une telle démarche puisse débuter par la revendication politique d’une diminution de l’État. On ne peut pas, à mon sens, revendiquer une diminution du pouvoir de l’État sur les individus sans s’assurer d’abord que ces individus aient repris du pouvoir sur tous les éléments de leur vie. 

À bien des égards, et pour bon nombre de personnes, l’État joue le rôle d’une bouée de sauvetage. On ne peut pas retirer la bouée sans s’assurer qu’un maximum de monde sache nager. 

Il faut qu’on soit moins dépendant de l’État, pour pouvoir demander moins d’État. 

C’est en cela que la notion d’empowement est à la base de tout ce que je peux écrire et revendiquer au niveau politique.

Il faut qu’un maximum de monde reprenne du pouvoir d’agir sur son alimentation, sur sa santé, sur son corps. Nous devrions toutes et tous être capables de nous nourrir en cultivant et en élevant une partie de ce que nous mangeons. Nous devrions toutes et tous être capables de faire ce qu’il faut pour être en bonne santé. 

Il faut qu’un maximum de monde soit capable de se créer ses propres moyens de subsistances, de développer son activité, de vivre de ses propres projets. Ce n’est pas seulement qu’il faut moins d’État pour favoriser l’entrepreneuriat, il faut aussi que de moins en moins de monde dépende de l’État pour son emploi et pour ses conditions de travail, pour pouvoir demander moins d’emprise de l’État sur le travail. Il faut qu’un maximum de monde soit capable de se créer des conditions de travail favorables pour ne pas avoir besoin que l’État assure ces conditions favorables. 

Continue reading D’abord être moins dépendant de l’État…

Interview par Florian Odwa-Etter : la notion de “care” et de “communauté”

Dans cet entretien, je passe de l’autre côté, et c’est moi qui réponds aux questions ! 😉 Merci à Florian Odwa-Etter pour cette opportunité de pouvoir parler de choses qui me passionnent !

Cette première vidéo est consacrée à l’idée du “CARE” en anglais 🇬🇧 (ou le fait de “se soucier de” en français 🇫🇷 ). Ca m’a donné l’occasion de replacer cette notion, très présente dans le CrossFit, dans une approche centrée sur l’HUMAIN, et présenter un peu ce que l’on fait à CrossFit Nivelles.

Et puis, on a parlé “COMMUNAUTÉ”, et j’ai réexpliqué ce que certains et certaines avaient peut-être entendu lors du séminaire #HealthyBusiness : la notion de “communauté” au sens des pères fondateurs de la sociologie, et les implications en matière de “community management” dans une salle CrossFit.

Ca me permettait aussi de répondre à cette question classique : En quoi le CrossFit n’est pas “une secte” ? 🙂 Et comment articuler cela avec le fait qu’il puisse y avoir un “culte” autour du CrossFit, et avec le fait qu’on réponde probablement à un besoin de communauté, là où les religions n’y répondent plus tout à fait…
👉 D’ailleurs, si le sujet vous intéresse, je vous conseille aussi d’aller écouter le Lockdown Calling que j’ai fait avec Ahmed Yetrib, théologien, où on parle de tout cela également ! 😉

Merci à Florian pour cette opportunité ! Et hâte de pouvoir partager la suite !!

Confinement et manque d’énergie

Est-ce qu’au fur et à mesure de ce confinement vous avez l’impression d’avoir de moins en moins d’énergie ? Vous aimeriez faire plein de choses, mais vous vous sentez lent… lourd. Vous avez l’impression de fonctionner au ralenti ?

J’ai l’impression d’entendre pas mal de gens dire ça actuellement. Et ça montre à mon avis que tout n’est toujours qu’une question d’équilibre et de juste milieu. Je crois que la philosophie bouddhiste explique très bien cet état. Je m’explique…

Parmi les obstacles à la méditation, le 3ème obstacle est appelé “Thina-Middha“. “Thina” renvoie à la lenteur, la lourdeur, le manque d’énergie motrice, “Middha” renvoie à la torpeur, l’engourdissement, la somnolence, le ralentissement. Les deux, ensemble, renvoie à un gros manque de motivation.

Et ce qui est très intéressant, c’est que selon la littérature bouddhiste, Bouddha comparait cet état de “Thina-Middha” à une situation d’enfermement ! Ainsi est celui qui est enfermé dans une cellule de prison et qui ne peut pas profiter des joies d’une belle journée ensoleillée à l’extérieur. Situation dans laquelle nous sommes, de fait, toutes et tous depuis mi-mars.

[Citation] : “The Buddha compared sleepiness to being locked up in prison because in prison you lack the opportunity to get cheered up by going to see anything entertaining – in the same way those subject to sleepiness or depression lose their opportunity to taste the joy of Dharma”. *

J’aime bien toujours imaginer les actions, les perceptions, les situations comme des curseurs entre deux extrêmes. Toute la difficulté est toujours de bien positionner ce curseur.

Continue reading Confinement et manque d’énergie

C’est “maintenant” !

Connaissez-vous l’étymologie du mot “maintenant” ? C’est simplement “tenant en main” : manu tenere (lat.), littéralement “pendant que l’on tient en main”.

Et ce que semble apprendre la pandémie de coronavirus, c’est qu’il vaut mieux agir tant que l’on a sa santé en main, si on ne veut pas devoir mettre sa santé entre les mains d’une unité de soins intensifs.

Qu’est-ce que je veux dire par là ? Il y a certaines maladies préexistantes qui augmentent les risques de devoir être hospitalisé, de se retrouver aux soins intensifs, et d’en décéder. Et ces maladies préexistantes sont le diabète, les maladies pulmonaires chroniques, et les maladies cardio-vasculaires (dont l’hypertension). Cela a été observé en Chine, en Italie et aux Etats-unis.

Il y a encore probablement plein de choses que la médecine va découvrir sur ce coronavirus, sur sa contagion, sur sa propagation dans le corps, sur l’efficacité des traitements, etc. Et il faudra du temps pour cela. Mais cette hypothèse-là semble se vérifier.

> > > A lire ici :
https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/69/wr/mm6913e2.htm?s_cid=mm6913e2_x

Et il n’est pas étrange que ça puisse se vérifier assez vite, parce que c’est quelque chose que la médecine connaît déjà : un corps se défendra d’autant mieux contre un agent extérieur qu’il est en bonne santé. Que cet agent extérieur soit un virus, un microbe, une toxine…

Continue reading C’est “maintenant” !

Coronavirus : Une conséquence inattendue du confinement

Une conséquence peut-être inattendue de cette situation de confinement : Combien de personnes vont se rendre compte qu’elles apprécient certains éléments de cette situation ?

Je veux dire…

Combien vont remarquer qu’ils apprécient travailler à distance, selon leur propre rythme, depuis leur terrasse, leur jardin, leur salon, en profitant du temps passé avec leurs enfants ?

Combien vont apprécier de ne plus passer 1 à 2 heures matin et soir dans des transports en commun bondés ou dans des embouteillages ?

Combien vont se rendre compte qu’une baisse de salaire, même significative, n’est pas aussi dramatique que ce qu’ils craignaient, s’ils adoptent un mode de vie moins *inutilement* dépensier, centré sur l’essentiel ?

Combien vont envisager de réduire leur temps de travail, et développer un side project en ligne, en mode “digital nomad” ?

Combien vont sérieusement réfléchir à se libérer du temps pour cultiver leurs légumes, élever quelques bêtes, et aller vers plus d’autonomie financière, alimentaire, énergétique ?

A la suite de ces semaines de confinement, l’économie sera impactée :

  • Il y aura des licenciements, mais je pense qu’il y aura aussi des démissions, suivies de reconversions professionnelles.
  • La production aura du mal à reprendre, mais il est probable que la consommation diminue également par rapport à avant.

Quoi qu’il se passe, et quoi qu’on souhaite (gens “de gauche”, gens “de droite”, etc.), rien ne peut empêcher qu’une situation aussi EXTRAORDINAIRE fasse RÉFLÉCHIR, chacun et chacune, sur son mode de vie.

… Et c’est souvent quand les gens réfléchissent que les choses changent… 👍

Stay in the game !

C’est probablement le meilleur conseil que je puisse donner à celles et ceux qui sont confinés à domicile. 

Ca veut dire : restez prêt et prête à reprendre une vie « normale » après : le boulot, l’école, les entraînements, vos projets. 

Ca veut dire concrètement de continuer à avoir un horaire, une discipline, une organisation. Continuez à vous lever tôt, à manger à heures fixes, à vous prévoir des plages de travail, à prévoir vos entraînements. 

C’est l’inverse de se dire qu’ « on n’a rien à faire de la journée »… parce que ça, c’est effectivement le meilleur moyen de ne rien faire de la journée. Si vous vous dites que, de toute façon, vous pouvez vous levez à l’heure que vous voulez, qu’il n’y a aucune raison de se faire des repas à heures fixes, puisque vous pouvez manger quand vous voulez, qu’il n’y a aucune raison de se dépêcher à s’entraîner puisque vous avez toute la journée, etc…, c’est le meilleur moyen de glander en pyjama toute la journée, et grignotant des chips devant Netflix ! 🙂

DONC : STAY IN THE GAME !! 

Levez-vous, douchez-vous, déjeunez, organisez votre journée et mettez-vous à la tâche ! Le confinement passera beaucoup plus vite ! 

J’aime bien cette idée du « Stay in the Game », parce que ça renvoie au sport. Imaginez cette période de confinement comme une période où nous nous sommes toutes et tous sur la touche, et où on peut profiter de cette mise sur la touche pour faire le point, réfléchir à la meilleure manière de progresser, et affûter nos compétences. 

Avancez-vous sur vos projets ? QU’EST-CE QUE VOUS POURRIEZ FAIRE POUR QUE VOTRE VIE D’APRÈS-CORONAVIRUS SOIT MIEUX QUE CELLE D’AVANT-CORONAVIRUS ? Chaque journée de confinement est une occasion de bosser là-dessus ! 

STAY IN THE GAME !! Pour revenir plus fort ou plus forte après !! 

(And stay at home !!) 😉 

Coronavirus : Et si nous *décidions* de prendre ça comme une alerte quant à notre mode de vie ?

Je ne veux pas du tout tomber dans cette idée qu’avec le coronavirus, la Nature nous « enverrait » un message. Je ne pense pas que « la Nature » puisse avoir une intention, un dessein, une volonté. Ce serait faire ce qu’on appelle du « finalisme », et ce n’est pas mon truc. 

Par contre, je pense qu’on peut *décider* de prendre un événement comme un message, une alerte, un avertissement. Un peu comme quelqu’un qui n’aurait pas une vie très saine, et qui ferait un petit accident cardio-vasculaire ou qui développerait, assez jeune, du diabète. Est-ce son corps qui le prévient qu’il doit changer de comportement avant qu’il ne soit trop tard ? Je ne pense pas que notre corps puisse développer une telle intention, indépendante de notre propre Raison. Par contre, je crois qu’on peut rationnellement décider de prendre cela comme un avertissement… ou au contraire, décider de s’en foutre et de continuer comme avant. 

Cet exemple est assez facile à comprendre. Et c’est au final assez proche de la « téléologie transcendantale » de Kant (telle que je la comprends). En deux mots, nous devons moralement et cognitivement « supposer » que la nature a une volonté, pour d’une part agir, et d’autre part, comprendre cette nature.

Tout ça pour dire que les premières études qui arrivent déjà sur le Covid-19 ne peuvent que faire réfléchir… et agir.  

1) 99% des personnes décédées en Italie souffraient déjà de problèmes de santé, avant de contracter le coronavirus. Et parmi ces facteurs de co-morbidités, 73,8% des personnes décédées souffraient d’hypertension, 33,9% de diabète et 30,1% de maladies coronariennes (pour citer les principales causes). 

Continue reading Coronavirus : Et si nous *décidions* de prendre ça comme une alerte quant à notre mode de vie ?

Et si on devait construire un mouvement politique…

Il y a quelques jours, j’ai partagé sur les réseaux sociaux ce qui, selon moi, devrait constituer la colonne vertébrale d’un nouveau mouvement politique. J’ai eu plein de retours positifs et c’est très cool ! ❤️

Heureux de voir qu’on est nombreux et nombreuses à vouloir créer quelque chose. 👊

Mais cela nécessite pas mal d’explications et de précisions. C’est vers cela qu’est en train d’évoluer le bouquin sur la question d’empowerment, sur lequel je bosse depuis des années, ce qui est logique puisque ça en est un peu le terreau… Mais en attendant, voici quelques précisions…

LA MOTIVATION ?

Pour l’expliquer, je pourrais reprendre les mots de KERY JAMES :

“À qui la faute ? J’n’essaye pas d’nier les problèmes
Je n’compte pas sur l’État, moi, j’compte sur nous-mêmes
À qui la faute ? Cette question appartient au passé
J’n’ai qu’une interrogation moi : ‘Qu’est-ce qu’on fait ?’”

> > > Qu’est-ce qu’on fait ? On essaie de construire quelque chose ⤵️

LA RÉCEPTION ?

A 40 ans, je ne ressens plus le besoin de me rattacher à des courants ou des idéologies. Et je vous invite à faire de même. Je pense qu’un projet politique doit émerger sur ces 7 éléments. Si quelqu’un qui se dit “de gauche” est d’accord avec moi, je ne vais pas me dire “Merde ! Quelqu’un de gauche est d’accord avec moi, il faut que je modifie mes propos !” Ca vaut aussi pour des gens “de droite”. Je propose ici ce en quoi je crois, je ne vais pas changer quoi que ce soit selon les étiquettes portées par celles et ceux qui seraient d’accord ou pas avec moi. Les arguments de chacun et chacune m’intéressent, pas les étiquettes qu’ils et elles se sont collées sur le front…

POURQUOI CES 7 ÉLÉMENTS-LÀ ?

Ils composent 2 “trios”, qui s’articulent autour de l’idée de démocratie, qui est par conséquent centrale.

Les 3 premiers éléments constituent une échelle, allant de l’humain à la famille puis au niveau local.

1) Tout projet politique doit mettre [L’HUMAIN] au centre.

Ou, dit autrement, l’humain comme mesure de toutes choses, pour paraphraser Protagoras. Je pourrais aussi citer Cicéron “aux yeux de l’homme, rien ne doit avoir plus de prix qu’un homme”. Volontairement, je n’ai pas utilisé le mot “Individu” qui est trop restrictif. Ce n’est pas un projet individualiste. Parler d’humain permet de considérer l’individu, d’une part sans sa dimension “sociale” (au sens d’Aristote : nous sommes des animaux sociaux ou politiques), et d’autre part dans son évolution (nous sommes le fruit de plusieurs millions d’années d’évolution). Ce dernier point a beaucoup d’importance en matière de santé et d’écologie par exemple… ou encore d’alimentation 😉 Mais aussi en matière de mobilité et d’urbanisme : celles et ceux qui pensent la ville devraient se rappeler que celles et ceux qui y vivent, y travaillent et y commercent sont des êtres en moyenne de 1,60m, 60 kg, et qui en règle générale ont 2 jambes, et se déplacent à 5km/h (et pas des êtres d’une tonne, avec un moteur et se déplaçant à 50 km/h).

Continue reading Et si on devait construire un mouvement politique…