Brève réflexion : Écologie et capitalisme sont-ils incompatibles?

Une petite réflexion suite à la démission de Nicolas Hulot en France, et aux discussions qui ont suivi en Belgique, dont le débat entre Philippe Lamberts (Ecolo) et Charlie Le Paige (PTB) dans l’émission “CQFD” sur La Première – RTBF (https://goo.gl/5JZjm9)

Le fait qu’on n’arrive pas à penser la protection de notre environnement hors du cadre capitalisme v/s socialisme, gauche v/s droite, marché v/s Etat, etc., explique en soi l’inefficacité des partis écologistes / verts, malgré l’urgence écologique…

Un véritable projet écologique devrait être au centre d’un nouveau modèle de société, construit entre autres sur la notion de “communs”, et sur la bonne échelle pour que chacun puisse participer aux décisions qui le concernent. C’est l’idée d’une gestion participative des biens qu’on a “en commun”.

Il n’y a rien qui ressemble à un capitalisme vert, pas plus qu’il n’a existé un communisme vert*. Et ON S’EN FOUT. La seule chose qu’on a à faire, c’est d’arriver à vivre sans détruire l’environnement qui nous permette de vivre, de nous reproduire et d’y laisser vivre les générations futures.

… On l’a fait durant +/- 2,5 millions d’années… en fait précisément jusqu’à l’apparition du socialisme et du capitalisme, deux produits du modèle industriel.

Se demander si l’écologie est de gauche ou de droite, c’est comme se demander si lutter contre le diabète ou l’hypertension, c’est être capitaliste ou socialiste. Ca n’a aucun sens… et c’est inefficace.

* Pour info, dans les années 80, l’URSS générait 1,5 fois plus de pollution que les Etats-unis, par unité de PNB. Source : Global Environmental Change, Volume 4, Issue 3, September 1994, Pages 201-227.

Photo : St. Petersburg, URSS, 1935.

Share

La “Génération Transition” : Retour sur l’enquête “Génération Quoi ?” de la RTBF

capture-decran-2016-11-27-a-18-50-24

Petit retour sur l’enquête “Génération Quoi ? – Autoportrait des 18-34 ans en Belgique francophone“, réalisée par la RTBF et analysée par les sociologues Johan Tirtiaux et Jérome Pieters. Pas mal de choses ont été écrites ou commentées lors de la parution de l’enquête, la semaine passée, mais je voulais revenir sur quelques éléments qui me semblent importants, dans une optique de mobilisation collective.

Les jeunes veulent s’engager : 61% d’entre eux déclarent qu’ils seraient prêts à participer demain ou dans les mois prochains à un mouvement de révolte de grande ampleur. C’est surtout le cas des ouvriers (73%) et des chômeurs (68%).

  • 95% pensent que l’argent tient une place trop importante dans notre société,
  • 95% pensent que la finance dirige le monde,
  • 94% pensent qu’il y a trop d’injustice.

Mais l’offre politique actuelle ne répond à aucune de leurs attentes d’engagement : 90% des répondants déclarent ne pas avoir confiance dans la politique. Imaginez un peu : seule une personne entre 18 et 34 ans sur 10 a encore confiance dans la politique, telle qu’elle se présente actuellement, avec ses partis, son système électoral, ses institutions. 57% ne voudraient pas s’engager dans une organisation politique (alors que, comme on vient de le montrer, 61% seraient prêts à participer à un mouvement de révolte).

DENVER - AUGUST 27: (L-R) Jojo Peace, Jamie Laurie, lead singer of the Flobots and Zach de la Rocha (C) lead singer of Rage Against the Machine join the Iraq Veterans Against The War group in an anti-war march from the Denver Coliseum to the Pepsi Center during the 2008 Democratic National Convention on August 27, 2008 in Denver, Colorado. U.S. Sen. Barack Obama (D-IL) will be officially be nominated as the Democratic candidate for U.S. president on the last day of the four-day convention. (Photo by Doug Pensinger/Getty Images)
(Photo by Doug Pensinger/Getty Images)

Les auteurs de l’étude rajoutent : “les jeunes semblent déçus par des hommes politiques qui ne leur paraissent pas à la hauteur des problèmes de nos sociétés et des problèmes qu’ils rencontrent“.

Continue reading La “Génération Transition” : Retour sur l’enquête “Génération Quoi ?” de la RTBF

Share

La fin de leur monde

jux-Emmanuel-Rosario-7

Photo : Emmanuel Rosario

Un an après le début de la publication de textes sur la notion d’Empowerment, et ce que j’ai appelé l’ « anti-délégation », voici un texte qui synthétise là où j’en suis actuellement. Durant cette année, j’ai continué à écrire, à lire (surtout) et j’ai essayé de mettre tout cela en pratique, en créant – avec trois autres – notre entreprise, et en vivant de ma passion. 

J’ai discuté. Beaucoup. Avec plein de gens. Je n’ai pas su répondre à tout le monde. J’ai eu des contacts avec des maisons d’édition intéressées. Mais je n’en suis pas encore là. Il y a encore beaucoup à écrire.

Ce texte, c’est l’état actuel de ma réflexion sur les mouvements d’Empowerment dans la société actuelle. Et j’ai décidé de l’intituler « la fin de leur monde ». Temps de lecture : 15 minutes (cliquez ici pour la version PDF).

La fin de leur monde, c’est ce que j’essaie de décrire. C’est le sentiment qu’on vit dans un monde de plus en plus absurde. Un monde auquel on n’arrive plus à trouver un sens.

La fin de leur monde, c’est la fin de leurs institutions, auxquelles nous étions censés déléguer de pans entiers de notre existence, mais auxquelles on ne croit plus.

C’est la fin de leur Etat, dont on ne voit plus en quoi il est l’émanation de la souveraineté du peuple, en quoi il nous protège, nous assure l’égalité, l’émancipation, et l’accès aux moyens de subsistance.

C’est la fin de leur économie, de leurs marchés, de leurs échanges mondialisés. C’est la fin de leur système qui fait parcourir des milliers de kilomètres aux tomates qui arrivent dans nos assiettes, les chargeant en substances chimiques nocives pour notre santé, et les appauvrissant en micronutriments utiles à notre alimentation, tandis que notre voisin, producteur local de fruits et légumes, est acculé sous les charges, les règlements, les interdictions, les entraves au développement.

Et tout se mélange lorsqu’on nous dit que « notre » Etat doit sauver leurs banques. C’est le sentiment que c’est notre argent qui est utilisé pour sauver ceux qui ont tout perdu, en jouant avec… notre argent.  Ou lorsqu’on nous dit qu’il faut sauver leur industrie, pour sauver nos emplois, même si c’est au détriment de notre planète.

En réalité, c’est la fin de leur emploi, de leur Travail, des carrières qu’ils ont conçues pour nous (à la police, à l’armée, à la fonction publique, à la banque, à l’usine ou dans telle grande entreprise), des emplois stables, de l’épanouissement par le travail, des parcours d’insertion professionnelle pour chercheurs d’emploi. Et c’est la fin de leurs délégations syndicales, à qui on déléguait la défense de nos emplois. C’est la fin de leurs grèves…

C’est la fin de leur école, dans laquelle nous semblons tous perdus : enseignants, élèves, parents. Dans laquelle nous sommes pris entre la nostalgie des uns, dont les rappels à l’ordre et aux valeurs semblent obsolètes, et les volontés de réforme des autres, dont les innovations pédagogiques semblent désuètes. C’est le sentiment que ceux qui ont élaboré les programmes n’ont jamais enseigné dans nos écoles, à nos élèves ou à nos enfants.

Et c’est en vrac, la fin de leur médecine à laquelle on ne sait plus si on peut croire, tant elle paraît éloignée de nos maux, et de nos remèdes, de leurs médias, de leurs élections, de leurs conflits religieux, de leurs administrations.

vintage-gas-masks2

C’est en vrac le sentiment qu’on manque constamment de temps, qu’on court sans arrêt, sans savoir après quoi ; le sentiment que tout nous échappe ; qu’on nous en demande toujours plus, sans nous en rendre ; qu’on ne sait plus à quoi ou à qui se fier ; c’est le sentiment qu’on n’est plus les « Sujets » de nos vies, lorsqu’on est constamment l’ « objet » des réformes, des sondages, des mesures, et des dispositifs mis en place pour nous. Continue reading La fin de leur monde

Share

“Emulation ou Compétition ?” : débat à l’Athénée Royal Verwée

J’interviendrai, ce samedi 21 avril 2012, dans le débat d’idées “EMULATION OU COMPETITION“, lors des journées portes ouvertes, à l’Athénée Royal Verwée, à Bruxelles, avec Albert Jacquard, Abraham Franssen, Altay Manço, Chouckri Ben Ayed, Claude Javeau, Gauthier Chapelle, Luc Schuiten, Paul Cobut et Roland Zanasi.

Dans mon intervention, j’essaierai de présenter mon point de vue de prof/sociologue/coach sportif. Je pense que ça donne une perspective assez originale sur la question de la compétition.

Je reviendrai, si le débat le permet, sur quelques points que j’ai déjà abordés dans les articles suivants :

Lieu : Rue Verwée, 12. 1030 Bruxelles. (Tram 92 : arrêt place Pogge).

Heures : J’interviendrai lors du premier débat, de 14h30 à 15h20.

Share

Comment enseigner les comportements écologiques ? – Le PowerPoint

Le 28 avril 2011, j’étais invité à l’Athenée Verwée, à Schaerbeek, pour parler de l’enseignement des comportements écologiques. Cette conférence faisait suite à l’article publié dans le magazine “Imagine”, n°82, novembre-décembre 2010.

L’idée principale : le célèbre “dilemme du prisonnier” permet d’analyser les différentes réactions lorsqu’il faut adopter des comportements écologiques. Surtout, ça éclaire cette réaction typique : “on n’a pas envie de se priver si les autres ne le font pas“…

Voici le Powerpoint présenté aux élèves de 6ème “Sciences” :

 

Share

En 2011, arrêtez de chercher la “pilule magique” !

On apprenait récemment, en Belgique, que l’utilisation de médicaments destinés à faire baisser le mauvais cholestérol a été multipliée par vingt au cours des douze dernières années. Un Belge sur cinq, âgés de plus de 35 ans, consomme des médicaments contre le mauvais cholestérol, des « statines ».

Le Centre fédéral d’expertise des soins de santé recommande pourtant de ne considérer l’utilisation des statines que comme un des moyens, parmi d’autres, de prévenir de problèmes cardio-vasculaires. La priorité devrait aller, selon le centre, vers un changement de style de vie, comme arrêter de fumer, pratiquer plus d’exercice physique et s’alimenter sainement.

En gros, ce qu’on fait, c’est qu’au lieu de prévenir grâce à un mode de vie adapté, on médicalise la prévention.

La médicalisation de la prévention n’est qu’une des variantes du « quick fix » (Stephen R. Covey), du « bouton magique » ou encore de la « pilule magique » (Anthony Robbins) : on cherche la personne qui pourra mettre le doigt sur nos problèmes et nous guérir immédiatement, sans qu’on ait à s’attaquer à la cause de ces problèmes. On traite les symptômes au lieu de s’attaquer au problème.

Continue reading En 2011, arrêtez de chercher la “pilule magique” !

Share

Le modèle paléolithique : 13 conseils pour retrouver un mode de vie sain

Ce texte est une synthèse en français d’un très bon dossier, très complet, en anglais, de Francis Heylighen, sur le site de l’ « Evolution, Complexity and Cognition Group » de la Vrij Universiteit Brussel. Ce résumé a été publié avec l’autorisation de l’auteur.


La philosophie de l’évolution permet de développer un mode de vie sain et heureux. En comprenant comment nous avons évolué en tant qu’êtres humains, nous aurons une meilleure compréhension de notre fonctionnement optimal.

La sélection naturelle a modelé notre corps et notre esprit pour une vie de chasseur-cueilleur. Les hominidés ont vécu de cette manière durant des millions d’années. L’agriculture n’apparaît qu’il y a plus ou moins 10.000 ans au Moyen-Orient, et plus tard dans le reste du monde. Par conséquent, nos gènes n’ont pas encore eu réellement le temps de s’adapter au style de vie de travailleur agricole ou industriel. Ils nous préparent toujours à une vie de chasseur et de cueilleur.

Cela signifie qu’il y a un problème fondamental d’adaptation entre notre style de vie actuel et le style de vie auquel nos gènes s’attendent. Cette discordance peut expliquer une foule de maladies appelées « maladies de civilisation » : maladies coronariennes, obésité, cancer, diabète, Alzheimer, dépression, stress chronique, anxiété, trouble du déficit de l’attention, etc. Ces maladies dégradent notre corps et notre esprit, tout en réduisant significativement notre espérance de vie et notre bien-être.

De ce point de vue, quel est l’aspect le plus fondamental du mode de vie du chasseur-cueilleur ? Celui-ci concevait la vie comme une aventure, c’est-à-dire comme une suite de challenges et de défis, à l’opposé de nos vies hautement régulées.

Le stress vécu par le chasseur-cueilleur est vif et intense : fuir devant un ours, tomber d’un arbre, traverser une rivière à l’eau très froide, etc. Ces stress sont de courte durée, mais intenses (de quelques secondes à quelques heures). La décharge d’adrénaline est suivie rapidement par un sentiment agréable de relâchement.

A l’inverse, le stress de la vie moderne est typiquement chronique, c’est-à-dire de faible intensité, mais de très longue durée (de plusieurs semaines à plusieurs années). Ce stress provoque entre autres un niveau élevé de cortisol, une hormone qui tend à diminuer la masse musculaire, affaiblir le système immunitaire, favoriser l’obésité, l’anxiété et la dépression.

Continue reading Le modèle paléolithique : 13 conseils pour retrouver un mode de vie sain

Share

Comment enseigner les comportements écologiques ?

Voici les premiers paragraphes d’un article que j’ai publié dans le magazine Imagine, à propos de la manière d’enseigner les comportements écologiques. Je fais en fait référence à la théorie des jeux, et en particulier au “dilemme du prisonnier” face auquel on se retrouve lorsqu’on veut adopter un comportement écologique.

Comment enseigner les comportements écologiques ?
L’expérience du « dilemme du prisonnier »

Magazine Imagine, n°82, novembre-décembre 2010

Comment favoriser les gestes écologiques ? Et si l’optimisation de nos chances de succès passait par l’enseignement des comportements coopératifs ? C’est l’expérience du « dilemme du prisonnier », ce jeu qui montre comment chacun gagne, au bout du compte, en œuvrant apparemment « pour tous ».

Dans un article récent intitulé « Comment favoriser les comportements écologiques », Johanne Huart s’intéressait aux facteurs psychologiques pouvant favoriser ou empêcher l’adoption de comportements écologiques. Eric Lambin, dans son ouvrage Une écologie du bonheur, définit trois groupes d’individus en matière de comportement écologique. Les « écocentriques  » (représentant 20 % de la population), prêts à modifier leurs comportements vis-à-vis de la nature pour des raisons éthiques et par solidarité avec les générations futures ; les « suiveurs » ou « coopérateurs conditionnels » (60 % de la population), prêts à adopter des comportements écologiques à condition que tout le monde le fasse ; et les « free riders » (20 % de la population), poursuivant leur intérêt personnel indépendamment de toute préoccupation altruiste. Mon expérience d’enseignant dans le secondaire, où je donne des cours sur le réchauffement climatique, les économies d’énergie, la sauvegarde de la planète, etc., m’amène à poursuivre cette réflexion par le biais de la théorie des jeux, utilisée entre autres en sociologie. En réalité, cette idée m’est venue d’une réflexion récurrente de la part des élèves : « On n’a pas envie de se priver si les autres ne le font pas. » Voilà un problème que la théorie des jeux, et en particulier ce que l’on appelle le « dilemme du prisonnier », peut venir éclairer. Dans le but de le dépasser, et donc d’aller plus loin.

(…)

Lire cet article (2 pages) dans le magazine papier disponible chez votre libraire (en Belgique). Vous pouvez aussi le commander par courriel (envoyé par la poste, voir tarif ici) ou l’acheter au format PDF (3 euros).

Petite update : je me rends compte que l’article est en ligne sur Mondequibouge.be, à cette adresse : http://www.mondequibouge.be/index.php/2011/01/comment-enseigner-les-comportements-ecologiques-lexperience-du-«-dilemme-du-prisonnier-»/ Honnêtement, je ne sais pas ce que la revue Imagine pense de cette publication en ligne, mais personnellement, ça ne me dérange pas… Bonne lecture !

Share